22Juin 2012 -SPECIAL 3 TAMOUZ- Le soleil ne se couchera pas !

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Demain, Guimel Tamouz, est une date ‘hassidique extrêmement importante à laquelle, en 1994, LE RABBI MENA’HEM MENDEL SCHNEERSON, le dernier Rabbi de la ‘Hassidout ‘Habad, s’est voilé.

Quand il s’agit d’un Juste, d’un Rabbi d’une telle dimension, on voit dans la Torah, et en particulier dans la tradition des Maîtres d’Israël, qu’on n’emploie ni le mot mort, ni le verbe hébreu niftar. La référence la plus importante à ce sujet est le Zohar où Rashbi dit, à propos de Moshé, qu’on ne peut parler de mort. Le Talmud affirme que Moshé « n’est pas mort » et Rashbi explique pourquoi : il prend l’exemple du soleil. Il savait déjà, à cette époque, que la terre est ronde et que, lorsqu’une moitié est éclairée par le soleil, l’autre moitié est dans l’obscurité ; puis, quand le soleil se cache et qu’il fait nuit dans la 1ère partie du monde, cela ne signifie pas qu’il est mort ou qu’il a disparu. Il continue à éclairer la terre, mais d’une autre manière : il éclaire une autre partie de la terre. De plus, même dans la partie qui est dans la nuit, on voit encore sa lumière, cette fois-ci par l’intermédiaire de la lune dont toute la lumière vient du soleil. Celui-ci influence donc constamment, soit directement, soit indirectement, la vie sur toute la terre.

Rashbi dit qu’il en est de même pour Moshé : la génération qui a vécu à ses côtés était comme l’homme en plein jour, qui reçoit directement la lumière du soleil. Et les générations qui viennent ensuite sont comme la partie de la terre qui continue à recevoir la lumière du soleil, par le biais de l’intermédiaire, en l’occurrence l’élève, Yehoshua, qui reçoit l’inspiration de son Maître. Moshé s’est voilé mais, explique le Zohar, il n’est pas mort, il n’a pas disparu, mais il exerce son influence, non plus directement, mais par l’intermédiaire de l’élève, représenté ici par Yehoshua.

Il y a donc 2 moments fondamentaux dans la vie et l’influence du Juste : le temps où il exerce directement son influence sur la génération ; puis le temps où il le fait par l’intermédiaire de son élève. Le Talmud et le Zohar disent que Moshé ressemble au soleil et Yehoshua à la lune. La véritable responsabilité de l’élève commence au moment où les générations ne peuvent plus directement accéder à la lumière du Rabbi, mais il faut passer par l’élève qui joue le rôle de la lune, et continue à perpétuer la lumière du Juste. Il ne transmet pas sa propre lumière, mais c’est toujours la lumière du Maître, de même que la lune est seulement un miroir qui reflète la seule et unique lumière qu’elle possède, celle du soleil.

Le Talmud dit que Moshé n’est pas mort car, de même que le soleil reste le même durant le jour et durant la nuit, de la même manière, le Juste continue à exercer son influence sur terre. Peut-être, même, d’ailleurs, que son influence s’accroît, après son voilement. En effet, quand le Juste se voile aux yeux d’une partie de sa génération, peut-être que c’est le moment où il se dévoile à l’autre partie, au moins aux yeux de l’âme, de la même manière que le soleil éclaire l’autre partie de la terre.

C’est ainsi que le Zohar dit que le Juste, après son voilement, est encore plus grand qu’avant, non seulement dans les mondes supérieurs, mais plus encore dans ce monde matériel : il y a toute une partie du monde qui ne recevait pas sa lumière directement, et c’est le paradoxe : une partie de la génération doit voir ce qui représente pour elle un voilement, afin qu’il y ait, pour les autres, un dévoilement, au niveau des yeux de l’âme. Le Zohar affirme que le Juste est encore plus influent sur terre après son voilement, car des générations commenceront à recevoir vraiment sa lumière, à partir du moment où il se sera voilé. Et cela s’applique tout particulièrement au Rabbi, puisqu’il est le soleil de sa génération.

C’est, d’ailleurs, ce que l’on a vu concrètement. Car, paradoxalement, c’est seulement après son voilement que de nombreux Juifs (qui, alors qu’il était visible, n’ont pas voulu, ou n’ont pas ressenti le besoin de se rapprocher) se sont réveillés, après son voilement, et se sont sentis rattachés à ses enseignements, comme s’il avait été vraiment présent dans la génération.

C’est pourquoi nous n’utilisons jamais les mots de mort ou de ptira pour les Justes des générations. Le Zohar dit que, de même que « la lumière de Moshé traverse toutes les générations, et s’incarne dans le Juste de chaque génération », de la même manière qu’on ne peut parler de mort pour Moshé, on ne peut en parler pour le Juste de la génération.

Il faut remarquer que cette date du Guimel Tamouz est une date qui était déjà connue par les Maîtres d’Israël. Elle fut déjà mise en évidence, à l’époque de Moshé, par Yehoshua lui-même lorsque, au tout début de la conquête de la terre de Canaan, à Guiv’on, pour pouvoir vaincre, Yehoshua leva sa main vers le soleil et lui dit de s’arrêter, pour laisser le temps à son armée de venir à bout de ses ennemis : le soleil s’arrêta, et il fit jour suffisamment de temps pour que Yehoshua ait la victoire.

Nos Maîtres affirment que c’était le 3 Tamouz. La Torah n’en précise pas la date, mais nos Maîtres ont reçu comme tradition que c’était le Guimel Tamuz. Pourquoi ce jour est-il tellement important qu’il fallait en préciser la date ? La Torah est une prophétie, et nos Maîtres, en datant cet événement, faisaient allusion au Guimel Tamouz 1994, où se produisit le même miracle.

En effet, Moshé, dans sa génération, était comparé au soleil. Et l’action de Yehoshua est un symbole incroyable, quand il dit au soleil : ne te couche pas, il indiquait ainsi au monde que c’est à l’élève qu’incombe le devoir d’arrêter le voilement de son Maître, et de le maintenir haut dans le ciel, au-delà des règles de la nature. Car, quand s’agit d’un Maître de la dimension d’un soleil, l’élève a le devoir et le pouvoir d’empêcher que le soleil ne disparaisse ! Moshé dit à Yehoshua : si tu me vois comme un homme normal, quand mon temps sera fini, je quitterai ce monde comme les autres. Mais si tu crois véritablement qu’un Rabbi n’est pas un homme comme un autre, mais qu’il vit déjà au-dessus de la nature, avec cette force surnaturelle qu’il a exprimée du temps de sa vie, l’élève a le pouvoir d’empêcher le voilement. Tu peux prouver au monde entier que le soleil de la génération continue à éclairer la génération. Je vais devenir ce que tu me vois !

C’est un message extraordinaire, dont l’application est pour nous aujourd’hui : nous devons être les Yehoshua de la génération et dire au soleil : tu étais déjà un soleil surnaturel, qui ne suit pas le cycle de la nature, et tu ne te voileras pas ; tu continueras à éclairer notre génération. Ta lumière dépend de ce que nous ferons d’elle. Si nous le croyons, tu peux continuer à éclairer la génération, C’est nous, les ‘Hassidim, qui devons dire au soleil : tu ne te voileras pas. nous pouvons maintenir le soleil au-dessus de notre génération.

Le Guimel Tamouz de Yehoshua est donc un signe pour nous. Nous pouvons renouveler notre attachement indestructible au soleil, au Rabbi de notre génération. Que cette lumière continue, grâce à tous les Yehoshua de l’histoire, à éclairer notre génération et celles à venir, jusqu’à ce que le Mashia’h se dévoile à nos yeux. Et c’est toujours le même soleil qui, après s’être voilé, réapparaîtra : c’est Moshé lui-même devenu Mashia’h car « goël rishon, hou goël a’haron » « le 1er libérateur sera aussi le dernier ». L’âme de Moshé rentrera dans le Mashia’h, et il est lui-même le Mashia’h. Moshé est le soleil de toutes les générations.

Nous avons la responsabilité et le devoir d’accomplir la dernière mission que le Rabbi nous ait confiée : faire véritablement venir le Mashia’h, c’est-à-dire empêcher que le soleil ne se couche, afin que le soleil de Moshé puisse se transformer en soleil du Mashia’h.

(2793)

About The Author
-

  • rav Haim Dynovisz

    Reponse a maurice ajbuszyc: Ne vous inquietez pas…\ »personne ne restera en galout\ »…meme, vous, du fin fond de votre exil, le Machiah finira par vous retrouver et vous ramener….

  • ajbuszyc

    Si cela pouvait être aussi simple que vous le dites et que cela paraît !

    Pas de Roi (Le Vrai)) pas de Puissance, donc Que Dalle !

    Le Master du monde n\’en finit pas d\’autoriser Son Oint à prendre les affaires en main, et quand bien même quand cela arrivera seront nous en mesure d\’y faire face, rien n\’est moins certain !!!

    De Bonnes Nouvelles
    En vous souhaitant Beaucoup de Force pour votre
    Dévouement dans le dévoilement de la onnaissance d\’ASHEM.

  • ChicMontana

    Réponse à Maurice, ne regardez pas seulement ce qui n\’est pas, voyez plutôt l\’évidence de ce qui est déjà un immense accomplissement prophétique il y a aujourd\’hui un état d\’Israël sur la terre qu\’Hachem nous a donné. Tout n\’y est pas parfait mais les choses avancent inéluctablement vers leur accomplissement total. Qui sera assez puissant pour empêcher le cours des choses ?

  • londres

    shimon nemni
    Enfin j\’ai pu ecouter ce gimel tamouz des parolles justes et courageuse d\’un Rav qui n\’a pas froid aux yeux et dit la veritee en face et publiquement,hazak! YEHI HAMELECH!!

  • Esthie

    Un cours Extraordinaire qui repond du Tac au Tac a toutes questions que les gens de\ » l exterieur \ » ( qui ne sont pas Habad !) nous posent, et auxquels nous ne savons pas quoi repondre ….
    Merci Rav…