5 Septembre 2012 -18 Eloul- Vie Force et Joie (deuxieme partie)

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Nous lirons un texte écrit par le Rabbi de Loubavitch, sous la dictée de son beau-père, dans les années 50, concernant le ‘haï Elloul. Il a voulu y résumer ce qu’est ce jour, et donc aussi ce qu’est la ‘Hassidout, et ses grands thèmes : \ »Je vais t’expliquer l’essence de l’enseignement du Baal Shem Tov ; il a été donné parachat KiTavo \ »Quand tu arriveras sur ta Terre…\ » Il y a donc un lien entre le Baal Shem Tov et l’arrivée sur notre Terre puisque, dans la paracha de notre naissance, se trouve tout le programme de notre vie. Et, justement, après 1.700 ans d\’exil, le Baal Shem Tov a été le 1er Maître qui commença à envoyer ses élèves en Eretz Israël ; enseignement repris, ensuite, par le Baal HaTanya. \ »Ki Tavo ElHaAretz\ ». Le Baal Shem Tov explique la racine spirituelle de ce commandement, et le Rabbi montre que c’est l’essence.

A un niveau spirituel, la Terre \ »s’appelle Eretz, car se cache dans ce nom le ratson, c’est-à-dire le vouloir, la volonté.\ » Comme dit le midrash, \ »pour arriver à ce dévoilement du ratson (c’est-à-dire, si l\’on veut posséder cette volonté), cela doit nous être donné par Hachem… Pour mériter de le recevoir, \ »quand tu arriveras sur ta Terre et t\’y installeras…\ » signifie que tu dois t\’installer et vouloir vivre dans le ratson. \ »Tu prendras le panier et y mettras des fruits : tu feras entrer les lumières dans l\’intérieur du réceptacle ; tu prendras ton panier rempli de fruits et tu iras…\ » Cela fait allusion au fait qu’un Juif doit savoir que, partout où il va, c’est Hachem qui lui a mis ce projet d’y aller, de choisir en ce sens. Toute la vie d’un homme lui est imposée, et le libre arbitre est seulement le choix moral de comment il vit ce qui lui est donné. Le Baal HaTanya explique que tout le Projet divin est de mettre l’homme dans une situation où, pour s’en sortir, il n’aura pas d’autre choix possible que d’atteindre la volonté, seule force qui permet de traverser la vie en vainqueur, car \ »rien ne tient devant la volonté\ ». Le ratson est la raison pour laquelle je suis venu sur terre, et c’est pourquoi la Terre s’appelle Eretz, pour nous montrer que le but n’est pas seulement la prière, mais de nous battre contre des forces et pressions qui convergent pour nous mettre à genoux. Nos Maîtres disent qu\’est rajouté le alef, pour montrer qu’il faut être connecté, collé au Maître du monde, pour avoir ce ratson.

\ »Tu iras à l’endroit que J’ai choisi pour y mettre Mon Nom.\ » L’âme est venue sur terre pour dévoiler Hachem, là où elle est placée. C\’est l\’approche \’hassidique : là où je suis, à cet instant, c\’est là que je dois dévoiler Hachem. On me fait choisir telle épouse, tel lieu, on me donne tels compagnons de travail… car c\’est ce cadre qu\’Hachem a choisi pour que je Le dévoile. Le Berger me mène là où je dois aller pour accomplir ma mission, et je dois me réjouir de ce que j\’ai, pour construire avec. Ce que j\’ai, c\’est ce que je devais recevoir ; ce que je dois encore recevoir, je le recevrai. C\’est la confiance absolue qu\’Hachem me mène en toutes choses, pour que je consacre mes forces à Le dévoiler, partout où je me trouve.

L’homme, par lui-même, peut arriver seulement à la sagesse, la ‘Ho’hma, mais pour que la sagesse puisse s\’imposer, et soumette le monde, il faut le ratson. Tout le Projet est de doter le monde du ratson. Dire que nous méritons la Terre signifie que nous atteignons le ratson, et c’est le Projet. Or, s’il n’y avait pas d’obstacles, il n’y aurait pas de possibilité de dévoiler le ratson. De plus, il faut le recevoir, et donc le mériter. Il y a 2 conditions à cela : \ »véyashavta\ », installe-toi dans ce ratson, ne fuis pas les difficultés et le Projet qui est de se confronter à ce monde pour le vaincre ; et donc, ne va jamais selon le courant de la majorité. Dirige ta vie de façon à toujours dévoiler le ratson, dans ta vie.

Il t\’est aussi demandé de prendre les fruits, de les mettre dans le panier et de les amener à l’endroit choisi par Hachem ; ta vie durant, tu feras entrer les lumières dans les réceptacles, c’est-à-dire que tu ne vas étudier et enseigner que des choses que tu peux vivre (et non, par exemple, une philosophie déconnectée de la réalité). Car le but d’un Juif est de toujours confronter le vrai au réel. Le ‘hassid est celui qui veut à la fois le réel et la vérité ; il est un homme de vérité, dans ce monde concret. On y arrive en étant sans cesse, dans sa vie, à l\’écoute du choix divin. Nous ne sommes pas les décideurs, mais c\’est Hachem qui \ »est mon Berger, et je ne manquerai de rien.\ »

(1898)

About The Author
-