5 Septembre 2012 -18 Eloul- Vie Force et Joie (premiere partie)

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Le 18 Ellul, il y a environ 300 ans, à 50 ans d’intervalle, sont nés le Baal Shem Tov, puis le Baal HaTanya. C\’est pourquoi ce jour est devenu, pour les \’Hassidei \’Habad, un jour de réflexion, de remise en cause, comme un petit nouvel an pour faire un bilan, individuellement, et prendre des engagements pour l\’année à venir. Car nos Maîtres disent que, le jour de naissance, il y a le phénomène de \ »mazalo gover\ », la force du juste, sa lumière, se renforce. L’énergie d’un homme se réveille ce jour-là, selon le principe que tout ce qui s’est passé un jour revient, à la même date, avec toutes ses forces ; le jour fixé pour l\’apparition de notre vie reste, tout au long de notre existence, un jour de dévoilement de nos forces. A plus forte raison pour les Sages, les neshamot klaliot, qui sont venus pour inspirer des générations entières. Des forces colossales se dévoilent le 18 Ellul, liées à ces 2 Maîtres.

Pourquoi fallait-il que ces 2 néshamot se dévoilent ce jour-là, au mois de Elloul, et le 18, jour ‘haï, qui signifie la vie ? Selon une 1ère explication, Elloul est un mot formé des initiales d’une phrase du Cantique des cantiques où le roi Salomon dit \ »ani léDodi véDodi li\ », \ »je suis pour mon bien-Aimé, et mon bien-Aimé est pour moi\ », c’est-à-dire, je manifeste mon attachement à Hachem, et Lui aussi manifeste Son attachement envers moi. Cela signifie que, pour que ce lien se crée entre Lui et nous, cela doit commencer par un travail qui vienne de nous. C’est l’un des fondements du Judaïsme : il n\’y a ni grâce, ni prise en charge, mais il faut une décision et un effort de notre part. De plus, l\’aide que l’homme attend en retour de son effort n\’est pas automatique et, s\’il y a réponse, elle ne sera pas forcément selon les critères que nous aurions voulus. Et c’est la différence entre le mois de Ellul et toutes les autres périodes de l\’année : Salomon affirme \ »véDodi li\ » car, en Ellul, tout effort vers Hachem, toute avancée vers Lui, est forcément et immédiatement assurée d’un retour vers nous. De plus, ce mois fait partie des 40 jours où Moshé prie pour obtenir le pardon, et recevoir les 2ndes Tables. C’est donc un temps propice à la réparation, au pardon, à la prière, et surtout à la réponse, puisque Moshé a reçu immédiatement le tikoun, et les 2èmes Tables.

Qu\’ont apporté le Baal Shem Tov et le Baal HaTanya, qui n’était pas déjà présent dans le mois de Ellul par Moshé et Salomon ? Leur apport se trouve dans leur jour de naissance, puisque ‘haï, c’est la vie. Jusqu\’au Baal Shem Tov, le Judaïsme était devenu une religion avec une approche austère et culpabilisante, mettant en évidence la faute et l\’éloignement, surtout lorsqu\’elle parlait du jugement et du retour vers D. En Ellul, on ressentait une tristesse et une peur exagérées. Le Baal Shem Tov a complètement renversé cette façon de voir, car Hachem est appelé Mekor \’haïm, la source de vie, et la Torah nous dit que \ »la force et la joie se trouvent là où Il Se tient.\ » Ceux qui ont accès à l’intériorité voient qu’il n’y a en Lui, constamment, que joie et force, quels que soient les événements ou la destruction vécus par l\’homme. Certes, on peut étudier seulement l\’extériorité de la Torah (la dimension technique, ce que l\’on doit faire ou non). Mais, en donnant à Israël l\’intériorité de la Torah, on connecte l\’intériorité de l\’âme à l\’intériorité du Divin, et l\’on fait du Juif un Juif de force et de joie ; accroché au D. vivant, il reçoit LA FORCE du rocher, et LA BENEDICTION qui lui permettra de réussir, en dépit de la logique du monde. C’est ce qu\’apporte la ‘Hassidout.

Quant au Baal HaTanya, son apport se situe dans le Tanya, par lequel il a commencé à faire descendre les secrets, depuis l\’élite vers le grand public ; livre écrit en 20 ans, il est le condensé de plusieurs siècles d\’étude des secrets de la Torah, au point que l\’on peut s\’y connecter à l\’essence de la Torah. Le mot Tanya, de l\’Araméen \ »enseignement\ », a les mêmes lettres que \ »eytan\ », qui est le plus haut niveau de force. Car le but n\’est pas la connaissance, ni même les secrets de la Torah, mais de vivre la force et la bénédiction reçues de la Torah, qui se manifestent en nous par la joie, l\’optimisme, le courage, le don de soi… toutes ces forces de la vie qui s\’étaient perdues dans l\’exil et dans les ghettos. Issue du \’hai de Ellul, la \’Hassidout est ce dévoilement de la Torah, juste avant la Délivrance, qui va ramener la royauté de David (qui s\’appelle \’haï) et qui va connecter Israël à la véritable dimension d\’Hachem (qui S\’appelle aussi \’Haï).

(2399)

About The Author
-