12 Mars 2013 – Pessah- Un monde qui repose sur les peknos !

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : La mitsva de Rosh ´Hodesh Nissan marque véritablement le début de l´histoire d´Israël car, comme l´expliquent nos Maîtres, c´est le 1er commandement donné à tout Israël : sanctifier le 1er jour de ce mois, puis de tous les mois de l´année. Il y a 3.500 ans, c´était la 1ère fois que nous faisions cette mitsva. Or, comme on le voit dans la Torah, tout ce qui s´est passé ensuite, la sortie d´Egypte et toutes les lois liées à cette sortie, puis la Torah, s´enracinent dans cette mitsva. Nous avons, dans le Judaïsme, un principe fondamental : le début d´une chose est le cerveau de l´ensemble. Toute la Torah est donc contenue dans cette mitsva. Pourquoi ? Que fallait-il faire, concrètement ? A l´époque où nous réalisions cette mitsva, nous étions sur notre Terre, à l´époque du Temple. Il fallait que 2 témoins voient, ensemble, le 1er croissant de lune apparaissant dans le ciel et qu´ils montent à Jérusalem, devant le Sanhédrin nommé pour cette vérification. Le Sanhédrin décrétait, alors, le début du nouveau mois qui était \ »mékoudash, sanctifié\ ». Or, ces témoins devaient venir à Jérusalem, même si c´était Shabbat et qu´il fallait voyager. Cette mitsva était donc extrêmement importante !

En réalité, nos Maîtres, savaient exactement quand serait le molad, le nouveau mois. C´est le \ »Sod Ha´ibour\ », le secret de quand devait tomber la nouvelle lune, qui se transmettait de génération en génération depuis Moshé. Aujourd´hui, nous savons quand tombent Rosh ´Hodesh, les fêtes, le milieu du jour ou de la nuit, etc… car Rabbi Hillel, grand astronome à Tsfat, il y a environ 2.200 ans, quand il vit que ce secret risquait de se perdre, calcula tout le calendrier pour tous les siècles à venir.

Mais, pourquoi fallait-il que deux témoins profanent shabbat, puisque les Maîtres savaient quand on devait voir la nouvelle lune, en chaque lieu d´Israël ? De là, on comprend la grandeur de la Torah : sans le témoignage des petits, il n´y a ni calcul du temps, ni fêtes, ni vie juive de tout le peuple. Les Maîtres savent, mais il faut qu´ils l´entendent de la bouche des petits, car chaque Juif a sa place, et il n´y a pas une mitsva qui mette autant au même niveau ceux qui sont tout en haut et tout en bas. Nous sommes tous membres d´un même peuple, et c´est un cri d´égalité et d´amour authentique pour chacun. Cette mitsva met en évidence l´égalité des essences, et elle est le cerveau de toutes les mitsvot. Mais elle montre aussi l´extrême responsabilité de chacun : le plus petit doit jouer son rôle, aux côtés des plus grands Maîtres d´Israël.

Aujourd´hui, on ne peut plus accomplir cette mitsva, car nous sommes en exil, et on se sert du savoir pour fixer le temps, ce qui était interdit car on court-circuite la place des petits. L´exil, c´est le règne du pouvoir, mais la Délivrance sera l´égalité réelle entre les hommes.

On remarque que les 10 commandements comptent 620 lettres, 613 + 7, ce qui évoque que les 613 mitsvot sont contenues dans les 10 commandements, ainsi que les 7 lois données aux Bnei Noah. Les 10 commandements englobent toute l´humanité. Et nos Maîtres expliquent que 620 est la valeur numérique de Kéter car, grâce aux 613 mitsvot d´Israël et aux 7 lois des nations, D. sera Roi sur toute la terre. De plus, les 7 dernières lettres des derniers mots sont : \ »asher lé réa´ha : tout ce qui est à ton prochain.\ » Mais asher, \ »qui est\ », veut aussi dire \ »bonheur\ », ce qui nous montre que la Torah a été donnée pour que chacun s´occupe du bonheur de son prochain, et pour qu´Israël puisse s´occuper aussi du bonheur des nations.

En Egypte, avait été créée une idéologie faisant croire aux hommes qu´ils ne pouvaient échapper à leur condition. Ils étaient écrasés sous le poids de la fatalité de leur naissance, persuadés qu´ils ne pouvaient être autre chose que ce qu´ils étaient. Esclaves, ils ne pouvaient même pas imaginer qu´ils puissent être libres !

Mais Hachem donna la mitsva de Rosh Hodesh, par laquelle Il signifie : cessez de croire ce que vous voyez de vous-mêmes. Par cette mitsva Je vous montre le géant que vous pouvez être, et Je vous donne la possibilité de le devenir, de façon très concrète !

Toute la sortie d´Egypte, la SORTIE DES LIMITES, s´enracine dans cette première mitsva qui est aussi la tête, le cerveau de toute la Torah. C´est la LIBERATION DE L´HOMME, PAR LA PRISE DE CONSCIENCE, A LA FOIS, DE SA GRANDEUR ET DE SA RESPONSABILITE.

(2817)

Category: Fêtes juives
About The Author
-