Preparation Yom Kippour 2 -19 Aout 2013-

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Les 1ères Tables étaient au niveau du juste qui n´a jamais fauté. Les 2èmes sont au niveau du baal téshuva qui a transformé la faute en tremplin pour s´élever plus encore. Dans le Texte, lorsqu´il devrait y avoir l´énoncé des 2èmes Tables, à la place, la Torah dévoile les 13 midot de ra´hamim. Elle montre ainsi que le véritable don des 2èmes Tables ne consiste pas dans les commandements eux-mêmes, (qui sont d´ailleurs pratiquement les mêmes que les 1ers), mais dans l´énoncé des midot de ra´hamim et le dévoilement de l´attribut du Kéter, énergies purificatrices qui réparent tout. 13 est l´unité. D. est un, Il englobe tout, même le mal qui, non seulement ne Lui échappe pas, mais Il S´en sert pour construire plus encore Son projet. Du point de vue de l´homme, le mal est conçu comme un éloignement mais, côté D, c´est le contraire. Si nous faisons téshuva, nous entrons dans cette vision de D. C´est pourquoi la téshuva est au niveau des 2èmes Tables : nous nous rendons compte que nous pouvons aller dans le sens du Projet, plus encore que si nous n´avions pas fauté. De même, tous les événements négatifs de l´histoire contribuent à amener l´accomplissement de Son Projet, en vue du E´had qui sera reconnu par l´humanité entière.

\ »Hachm passa devant Moshé qui entendit : Hachem, Hachem…\ » Rashi explique que le Nom d´Hachem est dit 2 fois pour montrer \ »la puissance réparatrice de D. L´un avant que l´homme ne faute, et l´autre après qu´il ait fauté et soit revenu.\ » \ »Hachem Hachem\ » signifie que nous sommes connectés encore plus. C´est le dévoilement de ra´hamim, qui vient du mot re´hem, utérus, matrice ; c´est la présentation de D. comme Créateur de vie. La faute est la mort, mais D., quand Il répare, crée la vie. Il transforme une situation de mort en matrice de vie ! C´est pourquoi Kippour n´est pas un jour austère, mais de joie ! Nos Maîtres disent même qu´il n´y a pas de jour de joie plus grand. C´est aussi la raison pour laquelle Israël ne peut vieillir, dans sa relation avec D. car, à chaque Kippour, nous sommes resitués par rapport à Lui comme au début, sans la faute. C´est donc un jour qui nous construit. Nous avons la crainte de D., qui ne signifie pas peur, mais que nous avons le sentiment d´être dans le palais, en présence du Roi. Nous avons donc joie et bonheur d´être choisis pour être les princes d´un tel Roi et de vivre en Sa présence !

Moshé, entendant ce dévoilement, \ »se précipita et se prosterna devant Hachem. \ »maintenant, je sais que j´ai trouvé grâce à Tes yeux et que Tu es au milieu de nous, bien que nous soyons un peuple à la nuque raide.\ » Rashi commente : \ »il se dépêche de saisir ce niveau, pour qu´il ne disparaisse pas, et il scèle ainsi ce dévoilement.\ » Si D. le veut, Il peut nous supporter et tout peut toujours être réparé, grâce aux 13 midot. D. est fidèle à Son alliance avec nous ; Israël restera Son peuple pour l´éternité. Nous devrions donc passer ce jour de Kippour à dire merci, selon ce qui est écrit \ »vos lèvres s´useront à force de dire merci\ » !

Ce n´est pas le jeûne qui fait la réparation, mais c´est le jour de Kippour lui-même. Il suffit de nous connecter aux énergies qui se libèrent ce jour-là. A Kippour, est scellée pour l´éternité, l´alliance faite à la sortie d´Egypte et, paradoxalement, il a fallu passer par une faute terrible, pour y arriver.

On remarquera qu´il y a de nombreuses différences, dans l´énoncé des 1ères et 2èmes Tables, mais la principale concerne le Shabbat. Dans les 1ère Tables, il est dit \ »zahor\ » (souviens-toi) et dans les 2èmes \ »shamor\ » (protège). De plus, dans les 1ères, la raison pour se souvenir est que D a créé le ciel et la terre en 6 jours, puis cessé tout travail le 7ème jour. Nous nous souvenons que le monde a un Créateur et nous vivons à Son rythme, pour connecter notre vie à Lui. Dans les 2èmes, la raison est \ »Je vous ai sortis d´Egypte et de l´esclavage, pour vous amener sur la Terre…\ » Le Shabbat est un acte de liberté. Par lui, nous nous libérons de toute dépendance, de toute attache réflexe et instinctive au monde. Nous montrons que nous sommes libres. Le Shabbat est un cadeau, et c´est pourquoi nous mettons de beaux habits, mangeons et sommes dans la joie en famille. La Torah nous montrait, déjà, que le vrai danger est la transformation de l´homme en esclave (par des gouvernants, des religions, un minorité, etc…). Et c´est toute l´histoire de l´humanité ! Ainsi, le Shabbat nous garde, beaucoup plus que nous ne le gardons !

La téshuva est sous le signe des 2èmes Tables, car elle est la véritable libération de l´homme. Si l´homme est rempli de Torah, il sera toujours libre, et ce sera sa force, au quotidien. Tous les fils d´Israël sont des fils de Roi. Faire réellement téshuva, c´est devenir roi, et c´est ce que l´on attend de nous : c´est ce qu´est le baal téshuva. Certes, les 2ème Tables sont à un niveau plus bas, mais c´est le nôtre. Moshé a dû apporter les Tables, et nous devons venir avec nos efforts. Le Judaïsme cherche ce qui est authentique, et non une prise en charge ou des artifices qui ne sont pas nous-mêmes.

Cela nous enseigne que D. n´est pas intéressé à ce qu´on Le serve, mais à ce que l´homme se construise. D. n´est pas le but, Il n´a pas besoin de nous, mais le but est l´homme, qu´il entre dans le Projet et y avance.

(1673)

Category: Fêtes juives
About The Author
-

  • marcy

    Merci Rav pour ce cours d\’une magnifique profondeur et très émouvant!
    Une minorité qui rend esclave la majorité a toujours existé à cause du pouvoir que confère l\’argent! Le monde capitaliste qui prétend donner les mêmes chances à tous a aliéné la majorité, de même que l\’humanisme a promis le bonheur illusoire à l\’homme! Merci d\’avoir fait la distinction entre le judaïsme et la Thora qui elle est céleste et n\’est en aucun cas concernée par les abus des hommes même au niveau du Judaïsme. cependant je souhaite savoir si la Thora définit ce qu\’est un homme construit en dehors du fait d\’accomplir les mitsvots et de vivre selon ses préceptes? y-a-t-il une définition de ce qu\’est un homme construit?

  • elioramidror

    Traduction-Trahison ! Comment peuvent-ils traduirent «observer» alors qu’il existe le mot shemerot qui veut dire «paupières» comme employé à Tehilim 77,5. Tout le monde sait que les paupières gardent les yeux: elles les protègent. Bon ok, on pourrait accepter «observer» comme quand une mère garde son enfant; elle l’observe sans cesse car son enfant c’est comme la prunelle de ses yeux. La pupille se dit «bat aïn» (littéralement: la fille de l’oeil) comme employé à Eikhah (Lamentations) 2,18. Or on peut dire que shabat, c’est comme shamor bat: garder la pupille, c’est-à-dire garder ce qu’il y a de plus précieux. Ce qui m’a plus, Rav, c’est quand vous avez dit que les Juifs sont des fils de Roi. Ca c’est le moment le plus fort du cours. En fait, et suivant le principe que la délivrance viendra par le mérite des femmes, si on calcule la valeur numérique de «bat Malkhout» (fille de la royauté) on a 402 pour bat (beth-tav) et 496 pour Malkhout (mem-lamed-khaf-vav-tav); si on additionne on a donc 898. Cela correspond à Shamor (shin-mem-resh) 540 + Mashia’h 358. En effet, quand am Israel gardera deux shabat de suite, alors Mashia’h viendra. Et si am Israel ne respecte pas shabat, c’est que le na’hash (358) est en train de ramper (ramosh= resh-mem-shin) dans leur vie. Alors qu’on se le dise avec courage et détermination : «Israel remet vite ta couronne !».