La Symbolique du Shoffar – Nous sommes à 8 jours de Roch Hachana 5771 – 1 Septembre 2010

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Il est certes dommage d’avoir à écouter le rav sans le voir avec toutes ses expressions et sa gestuelle mais la Providence en a décidé autrement. Le Shoffar s’écoute avec concentration et sérieux comme ce cours dans lequel le rav va parler de la symbolique de cet instrument de Mitsva sous un angle inédit. Après de brèves introductions techniques, le rav pose la question évidente : Mais pourquoi le shoffar finalement ?
Et le rav de répondre que cette corne est liée au sacrifice d’Itshak par son père Avraham. Celui-ci sera stoppé au dernier moment par un ange qui devra intervenir par 2 fois pour l’arreter en lui disant : ne lui fait rien du tout ! Pourquoi cette expression qui est en plus sachant que la Torah compte les mots ? Méouma est le terme employé. Il lui demande de ne pas l´égorger ni même l´égratigner, Avraham veut malgré tout faire quelque chose. Et voila que débarque un bélier dépêché à toute vitesse par D. pour arrêter Avraham. Le conflit entre le bien et le mal est présenté habituellement entre un choix cornélien entre les 2. Ici, nous sommes face à un tout autre défi. Pourquoi D. lui dit s’il te plait, on a presque l’impression qu’il le supplie. Il semble que le Maitre du monde a besoin qu’il réussisse à tout prix à cette épreuve. Et le rav Haim Dynovisz de révéler que l’épreuve d’Avraham n’est pas de tuer mais de…ne pas tuer, renoncer à faire ce que D. attendait de lui. Et Avraham ne comprendra le dénouement qu’à la fin car la forme la plus pernicieuse du Yetser Ara est de se déguiser en bien. Trois jours durant, il va se préparer psychologiquement et spirituellement à sacrifier son fils, faire ce qu’il y a de plus haut dans sa vie. Pour un homme comme Avraham, il est humiliant de recevoir l’ordre d’un ‘simple ange’ d’autant qu’il s’apprete à effectuer l’acte le plus élevé de sa vie. Avraham pense alors qu’il s’agit d’une ‘ruse’ de D. pour le tester. Il se renforce alors encore plus mais…il se trompe car D. ne veut pas qu’il aille jusqu’au bout. Vient alors une second Malakh et Avraham hésite, c’est alors qu’un bélier se retrouve prisonnier dans ces cornes, il comprend, il comprend tout. Le yetser Ara a revêtu les habits de bien pour le faire tomber car D. n’a jamais demandé qu’il tue son fils, on parle de ‘Ola, élévation. Parfois, un homme bien croit faire la volonté de D. mais fait exactement le contraire, voila le sens de la Akéda ! Mais comment faire pour déceler le mal caché derrière le bien ? Parfois, l’homme fait bien le mal et mal le bien ! La ‘Akéda’ est le symbole du judaïsme authentique. Le mal visible est le résultat d’une source qui a commencé il y a fort longtemps.L’humanité veut suivre le bien mais elle est aveuglé par le faux bien qui créé une fissure qui provoquera la chute du mur. Sommes nous capable de nous soumettre à une loi qui nous prend toute notre vie qui nous impose sa vision du bien et du mal ? Le bien ou le mal doit être capté à la source ! Mais ou est la limite entre le fanatisme et l’intolérance ? Le son linéaire est l’immuable, ce qui ne change pas, la loi Divine, le son entrecoupé, correspond aux changements de loi, chacun fait ce qu’il veut, chacun vient au nom de sa propre conscience et le son long et interrompu, représente la vérité continue qui tient compte des changements, le juste milieu entre les 2 extrêmes. Quelle belle conclusion !

(2166)

Category: Fêtes juives
About The Author
-

  • Elisheva

    Votre interpretation des sons enigmatics du shoffar est tres interessante: le triple son saccade Shevarim represente le juste milieu ou ideal entre les deux extremes, le long son Tekiah(immuable, inchange, constant) et le multiple son saccade Teruah (changement continue).
    Je n\’arrive pas , toutefois, a l\’utiliser pour comprendre pourquoi les tekiot de Rosh Hashana se terminent avec le long son de tekiah guedola et pourquoi le jeune de Yom Kippour se termine par un seul son qui est celui de Tekiah Guedola.
    Votre interpretation ne me permet pas non plus de comprendre pourquoi pendant Rosh Hashana chaque son interrompu est precede et suivi par un son long. Ya-t-il un point qui m\’a echappe?