Guilgoulim- je ne suis qu´un tiers de moi- 7 Juillet 2013

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Nous avons vu qu´une âme fondamentale est composée de la neshama, du rua´h et du nefesh. La neshama est la prise de conscience du pourquoi de l’existence, c’est-à-dire du projet fondamental et de ma place dans ce projet. Le projet fondamental doit nous être révélé, car nous ne pouvons l’inventer, et cette révélation est captée par le niveau de l’âme appelé neshama. Vivre en adhérant totalement à ce projet est la force de la neshama.

Le rua´h, quand à lui, est la conscience qu’il existe autre chose que ce monde, ses besoins, et la nécessité de combler ces besoins ; c’est la conscience spirituelle qui est dans l’homme ; il vit en relation avec la Torah et fait ce qu´on lui demande de faire, mais il ne vit pas à l´intérieur d´un projet.

Au niveau du nefesh, sont toutes les forces dont nous avons besoin pour nous réaliser sur terre ; ce sont les forces de la vie qui consistent à avoir un travail honnête, une vie familiale droite, dans la fidélité, et donner une bonne éducation à ses enfants…

Si l’homme est en possession de toute sa structure nishmatique : par le nefesh, il a la réussite matérielle dans ce monde, d’une manière morale. Au niveau du rua´h, il a aussi un sens spirituel très développé. Enfin, au niveau de la neshama, il a conscience que tout cela lui a été donné dans un but ; il cherche donc quoi en faire, et sa place dans le projet d´Hachem.

Quand on l´a fait descendre pour la 1ère fois, l´homme avait la possibilité de réussir sur les 3 niveaux, mais il a fauté. La conséquence directe de la faute, du ‘het, est la déconnexion des 3 niveaux : non seulement nous blessons et abimons le niveau où nous faisons le ´het, mais il ne peut plus se connecter avec les 2 autres niveaux. Chaque niveau se retrouve seul ; c’est là que commence le principe des guilgoulim : lorsqu´ils reviennent en guilgoulim, ils ne peuvent le faire ensemble, tant qu’ils sont encore porteurs de leur ‘het qui déconnecte les 3 niveaux, et ils redescendent séparément. IL y a donc des tiers d´âmes, dans des personnes différentes.

Au départ, il y avait un homme, capable d’utiliser les forces du nefesh pour renforcer celles du rua´h et, ensemble, toutes ces forces oeuvraient au projet à réaliser : l´homme vivait une connexion totale, depuis son idéal jusque dans son action.

Bien sûr, quelqu´un qui est un tiers d´homme se sent amputé des dimensions qui lui manquent. Par exemple, un homme du niveau du nefesh va avoir une bonne réussite dans le travail, le couple, les enfants… mais il se rendra compte d´un vide, un manque, dans sa vie. Celui qui a seulement le rua´h pourra être très spirituel mais, n´ayant pas le nefesh, qui est la réussite de la vie terrestre, il ne sera pas heureux en famille, etc… et, sans la neshama, il n´aura pas la dimension du sens de son étude.

Les hommes de neshama, s´ils n´ont pas une assise dans un bon nefesh et un bon rua´h, seront de grands idéalistes, mais sans aucune réalisation concrète et sans réussite dans leur vie privée.

Ce monde est créé sur le principe de \ »ashan\ », ayin shin noun : olam, l´espace, shana, le temps et nefesh, l´humain. Tout existe seulement dans l´espace et le temps qui dépendent de l’homme et sont définis par rapport à lui. Toute réalité, dans ce monde, doit pouvoir se retrouver à tous les niveaux : dans le temps, dans l´espace et dans l´humain. Par exemple, la notion de galout, d´exil, existe aux 3 niveaux. Le Ari HaKadosh révèle qu´il y a aussi un exil dans le temps et dans l´homme. La racine du mot \ »guilgoul\ » est \ »galout\ », l´exil, car le guilgoul est un exil, dans le temps et dans l´humain.

Lorsqu´Il a fait descendre telle âme, Hachem avait vu que tel moment était celui qui lui correspondait le mieux, dans le temps historique, afin de réaliser son projet. Mais, quand elle doit revenir en guilgoul dans d´autres générations, elle est en exil dans le temps, car ce n’était pas le temps prévu pour elle initialement, pour son projet. Or, elle revient plusieurs fois. Il y a aussi un exil dans l’humain, car les morceaux de l´âme sont éparpillés dans différentes personnes. Chaque morceau d’âme n’aurait pas dû être seul, mais aurait dû être connecté aux autres niveaux, dans un corps qui devait contenir tous les niveaux en même temps. En réalité, tant qu´il n´y a pas la Délivrance et la construction du 3ème Temple, nous sommes tous en galout.

Comment savoir dans quel type de guilgoul nous sommes ? Quelqu´un d´instable, qui n´arrive jamais à s´installer est un guilgoul de nefesh ; il doit investir dans le travail, la famille, les enfants, les amis, construire sa vie là où il est, car c´est là sa réparation. Celui qui a un mal de vivre et se sent mal dans sa peau est un guilgoul de rua´h ; il doit étudier la Torah et pratiquer les mitsvot, et c´est ainsi qu´il fera la réparation de son rua´h. Celui qui sent constamment un vide dans l´existence, qui cherche un sens à sa vie, et à toujours utiliser à bon escient le temps qui lui est donné, est dans un guilgoul de neshama ; ce qui le réparera, c´est l´étude des secrets de la Torah.

(2743)

Category: Guilgoulim
About The Author
-

  • 170553

    Shalom cher Rav.

    Grands mercis pour ce cours sur les Guilgoulim, cours que nous venons d\’écouter.

    De ce cours, quelques questions :

    – Les âmes qui, prenant corps en situation de Guilgoulim et naissent, sont-elles toutes des Bnei Adam ?

    – Que se passe-t-il pour toutes ces âmes qui, en situation de Guilgoulim, naissent ou sont avortées ? ou naissent sans généalogie (sans famille, sans racine de famille) connue ou déclarée ?

    Vous remerciant chalom ! – 17 juillet 2013 / 10 av 5773 –

  • ESKEVAR

    J\’ai entendu dire qu\’il y avait des âmes nouvelles qui descendaient sur terre et qu\’il s\’agirait des personnes nées le chabat . Mais d\’après votre cours , cela n\’est pas possible . Qu\’en est-il ? S\’agit-il d\’une notion différente ou d\’une pure invention ?

  • marcy

    Je connais peu de gens qui sont satisfaits et ont réussi leur vie dans tous les domaines ce qui voudrait dire qu\’ils n\’ont plus de problèmes avec leur nefesh! Un homme ne passe-t-il pas par toutes sortes de phases dans sa vie, n\’est-il pas vrai? des moments de bonheur, de malheur, de satisfactions, de désarrois, de chagrins, de deuils etc….! je doute fort qu\’on n\’ait pas de problèmes du tout avec l\’un ou l\’autre ou plusieurs des niveaux de l\’âme à un moment ou à un autre! Éternel insatisfait, l\’homme veut toujours justement ce qu\’il n\’a pas et envie ce que l\’autre a! Il est vrai que je m\’inquièterais plutôt pour les gens satisfaits, heureux de leur petite vie alors que le monde est décadent, que l\’injustice la misère et les massacres règnent sur la terre dans l\’indifférence la plus totale, un monde où les familles sont éclatées dans lequel seul l\’intérêt personnel et les possessions matérielles comptent! comment ne pas désespérer par moments? alors non le psy ne peut rien à ce mal-être qui va en grandissant lorsqu\’on prend de plus en plus conscience de l\’horreur! c\’est pour cela que nous devons étudier les secrets de la THora afin de réaliser véritablement que notre vie sur terre n\’est pas insensée mais au contraire a un but bien particulier! c\’est le seul moyen de s\’élever et de dépasser un peu toute cette médiocrité et surtout arriver à y vivre! L\’essentiel n\’est-il pas de se relever de toutes les épreuves et de continuer, de serrer les dents et avancer avec courage?