Les Guilgoulim- Attention on decolle !- 30 Juin 2013

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : \ »De son vivant, l’homme faute et abîme ses 3 niveaux d’âme. Il devra revenir en guilgoul pour réparer ce qu’il a abîmé. Quand il revient, les 3 niveaux ne peuvent descendre dans la même personne. Son nefesh revient dans un corps. On suppose que, cette fois, il réussit et répare son nefesh. Son rua’h ne peut venir dans le corps où se trouve le nefesh. Il doit descendre dans un autre corps, où se trouvera un nefesh haguer. De même, la neshama, puisqu’elle est aussi abîmée, doit venir chez quelqu’un d’autre. 3 personnes différentes auront donc les 3 parties d’une même âme.\ »

Si le nefesh a été réparé, pourquoi le rua’h doit-il descendre avec le nefesh haguer, et non avec son nefesh réparé ? \ »Guer\ » signifie \ »celui qui revient de loin\ » : toute personne qui se rapproche d’Hachem, soit qu’elle revienne en tant que non-Juif par la conversion, soit en tant que Juif parce qu’elle s’était éloignée, est donc un guer. La différence est seulement quantitative : de quelle distance on revient.

Le nefesh haguer est une structure nishmatique qui ressent des manques et éprouve le besoin de les combler. De la même façon que D. a mis en nous la fonction de la faim, qui nous pousse à manger afin que nous ne mourions pas, l’âme est aussi dotée d’un sentiment de manque qui fera qu’elle cherchera à combler ses besoins. Une âme en bonne santé est dotée de ce mécanisme appelé nefesh haguer, nefesh du rapprochement, qui fait que l’on cherche comment se rapprocher. C’est ainsi que le baal teshuva, le converti, et même le tsadik cherchent toujours à s’améliorer. Nous sommes venus pour des tikounim, des réparations, et il faut que nous ressentions ce besoin de nous réparer.

Une fois que le nefesh est réparé, on ne peut lui envoyer le rua’h abîmé car le nefesh réparé ne sentirait pas de manque et n’éprouverait pas le besoin de se réparer. Comment la personne réparera-t-elle son rua’h ? C’est la structure haguer qui donne le sentiment de manque, car elle a constamment faim de Torah et de vérité. C’est elle qui va entraîner le rua’h à se réparer. C’est donc un cadeau d’avoir ce nefesh haguer.

On connaît davantage ce nefesh haguer pour les convertis, car c’est la structure nishmatique qui se trouve chez le non-Juif avant la conversion. En réalité, il y avait chez le non-Juif un réshimo, une trace de l’âme juive perdue. Toute personne qui naît non Juive, mais chez qui il y a ce réshimo, dès le départ, ressent un malaise, un mal de vivre ; elle se sent différente, etc… Les générations qui l’ont précédé ont aussi ressenti ce malaise, mais n’y ont pas prêté attention. Celui qui a le mérite d’approfondir ce qu’il ressent, et qui cherche à comprendre, attire en lui le nefesh haguer : quand il pense à se convertir, son nefesh non-juif disparaît, et est mis en lui le nefesh haguer qui a toujours faim et le pousse à la converion. Puis, à la conversion, il reçoit l’âme juive. Donc, depuis le moment où il pense à se convertir, jusqu’à la conversion, il n’est plus vraiment non-Juif, car il n’a plus le nefesh non-juif, mais il n’a pas encore l’âme juive. Il est dans un statut intermédiaire. Nous avons aussi ce nefesh haguer mais la différence est que nous l’avons dès la naissance. C’est la structure nishmatique qui nous pousse à progresser.

\ »Qu’advient-il de l’âme qui s’est réparée ? Le nefesh qui s’est réparé a besoin d’un rua’h, pour continuer à progresser. Il reçoit le rua’h réparé d’un tsadik auquel il ressemble sur des points très particuliers du bien, de la vérité et du service divin. Il aura ce rua’h en échange du sien parti chez quelqu’un d’autre.\ »

Le tsadik est celui qui ne vit que pour faire du bien, d’abord à soi-même, puis aux autres. \ »Même après leur mort, les justes n’ont pas de repos et continuent à faire du bien\ ». On fait donc descendre le rua’h d’un juste, pour permettre au nefesh réparé de continuer à progresser. \ »De même, dans le corps qui a reçu le rua’h et l’a réparé, cet homme-là a besoin d’une neshama et il va recevoir celle d’une tsadik.\ » On reçoit le rua’h ou la neshama d’un tsadik avec lequel on a des affinités. Cela ne se fait pas par un guilgoul, mais par un ibour, puisque cette partie d’âme vient en nous durant notre vie. Mais la progression reste notre mérite puisque le rua’h ou la neshama du tsadik vient en nous, pendant un certain temps, afin de nous aider

\ »Si celui qui avait le nefesh est mort, et que celui qui a le rua’h est arrivé à un bon niveau, le nefesh qui est en haut voit son rua’h qui est en bas, en bonne santé et demande à le récupérer. Le nefesh quitte le Gan Eden et se met dans le corps du vivant qui a son rua’h, et il se trouve avec le nefesh haguer dans ce corps, avec son rua’h.\ » Si la neshama a aussi été réparée et veut redescendre, les 3 niveaux se retrouvent dans la même personne, avec le nefesh haguer.

Mais cela pose énormément de questions, et tout d’abord : est-ce que l’on ressent tous ces changements ? L’homme était d’abord avec seulement un tiers d’âme, puis se reconstitue ; ressent-il la différence ? Recouvre-t-il son identité, quand il récupère les autres parties de son âme ? Il semble qu’il y ait deux vies qui se superposent dans cette existence : l’homme avec sa famille, ses joies, etc… et une autre vie qui le dépasse complètement. L’homme est comme un bateau à la surface de l’eau, au-dessous duquel est toute une profondeur, un monde mystérieux dont il n’a même pas conscience, mais qui est caché en lui.

(2953)

Category: Guilgoulim
About The Author
-

  • philippo

    Bonjour maître que faire qu\’on un simple
    Home que la tora ne l\’intéresse pas et lui d\’un coup peu voir a plusieurs niveaux terrestre et cosmiques ya 6 jour
    Tou l\’université célestes m\’est apparu et je sui on contact diret avec lui ou elle
    Se que je sai c\’est maushe a case les10 commandement a cosse du vaut dor
    Je sais que le dieu toro ou vache a batu le dieu mouton(parho)
    Sa se mai on core en place je sait que le cochant s\’est les français. Je s\’est que les français an déjà fai tikoun et je sais qui est leur nouveau roi René re (recommencer né renaissance)
    Qui des moi je suie le 666 .ou l\’oeil .jesu mohamef le .malin ou le bon dieu. ou le vaut dor je sui très confus s\’est un super bardak be roshi ana mimha caveni ani ben 46 aval asiti barmitsva 08.11.1966 isrel nahariya rouah a adama bi ma alye lahasot qui lo barour li
    Toda iche a teva se ou adone le atsmo ani notsri me av notsri lima yeudi ja. ana a im ani tsarih ishpouze dahouf ????

  • MartineDespretz

    Un cours édifiant, un de plus! et qui peut expliquer pourquoi certains se retrouvent dans un service psychiatrique parce qu\’ils pensent et vivent sur trois dimensions … alors qu\’ils ne sont tout simplement qu\’en train de réparer …
    Les familles d\’âmes font-elles obligatoirement partie de la même tribu ?

  • Tamie

    Ce soir et Grace au suivi de tous les cours sur les guilgoulim , a ete une sorte d\’aboutissement et de compréhension(a mon niveau bien sur) sur le principe des guilgoulims et son application sur les niveaux d\’ \ »âmes\ » et leurs
    subdivisions. Les étapes de mon parcours ont trouve un nom une place une existance: telle que la recherche de \ »vérité\ » du nefesh alors que l\’etre est éloigne de toute pratique, cette soif venue d\’on ne sait d\’où (maintenant on
    sait!). Puis le rouah qui vous prend comme par \ »magie\ » et qui vous fait passer a l acte, changer, cette roue de secours dont on ne comprend pas d ou elle vient mais qui fait qu a partir de maintenant plus rien n est comme avant et ne pourra plus revenir en arrière. J ai du mal a l exprimer avec des mots et brièvement mais une chose est certaine apres ce cours j ai senti\ »bon sang mais c\’est bien sur!!!\ » merci Rav … En attendant le prochain cours avec impatience

  • 30543

    Cours effectivement passionnant; vous me rappelez une question que j\’avais posée à Manitou,zal:qu\’est-ce qui fait que l\’on a le mérite de rencontrer tel ou tel maître? Il m\’avait répondu: \ »c\’est un problème d\’âme\ »! Votre cours a parfaitement explicité de façon plus précise sa réponse; expérience que l\’on peut ressentir soit-même, surtout quand on enseigne! Impression que l\’on ressent de toute évidence!
    question: si tous les niveaux de mon âme peuvent se retrouver dans un nombre énorme de personnes dans tous les guilgoulim,que se passe-t-il pour תחית המתים?qui et combien vont ressusciter? Sous quelle forme?

  • adam_akiva

    Shalom Rav, Vous expliquez dans le début du cours qu\’une ame qui a son rouah réparé en haut (avec le corp qui le recevait est mort et est réparé) voit son nefesh qui est réparé et le réhabite. Cependant il existe une notion qui dit que toute ame qui a fini son travail sur terre le corp meurt. Alors pourquoi ce nefesh qui s\’est réparé vit encore ? (de sorte que le rouah puisse le réhabiter)// Désolé de la maladresse dans l\’explication de ma question

  • natguedj

    Est-ce que les autistes on la meme ame que nous. je travaille avec eux et je voudrais savoir s ils reviennent pour reparer et peut on nous avoir une partie d ame commune a la leur.
    Kal a kavod pour ces cours si passionnant.

  • cognoscere

    J\’avoue que ça serait moche de passer le reste de sa vie, après avoir fait le tikoun de son nefesh, de ne pas pouvoir être aussi à un autre niveau, donc de recevoir un Rouah d\’un Tsaddik. Enfin, c\’est ce que j\’ai compris ou mal compris. Merci pour ce cours !

  • MBitam

    L\’art pur à la Dynovisz 🙂
    Grâce à ce cours, je ne passerai plus pour un fou auprès de mon épouse. Ou elle nous prendra tous pour des fous.
    c\’est incroyable de pourvoir expliquer l\’inexplicable même si l\’explication a sa complexité 🙂
    Bisous

  • Zuhurbelea

    Shalom. Votre frère et défenseur le rav Touitou a dit pour résumer un de ces cours \ »quatrième dimension\ », que nous sommes des stations de réincarnation. Donc oui, faites un film s\’il-vous-plaît, contribuez au scénario : il y a un filon énorme ! C\’est même surprenant que vous n\’ayez pas encore commencé. Vous avez déjà deux contributeurs possibles pour la partie musique, et déjà un caméraman attitré si j\’ai bien compris votre site. Sans parler de votre plume. Bientôt un t-shirt \ »Hai Productions\ » en vente, qui sait !

  • Zuhurbelea

    (Il y a déjà eu un succès dans ce genre de trames : l\’espion se rendait amnésique de façon ciblée pour devenir l\’infiltré parfait. Il était secondé à son insu par son épouse, espionne elle aussi)