Quel secret revele !! -Guilgoulim- 29 Sept 2013

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Nous commençons le 2ème chapitre de Shaar HaGuilgoulim, la akdama bet. Rappelons que nous parlons ici des 3 niveaux de l\’âme qui reviennent en guilgoulim : nefesh, rua\’h et neshama,

Le nefesh est la partie de l\’âme qui est la plus proche de monde ; elle est la matrice de toute notre activité matérielle (de nos actions positives, qui nous construisent et construisent le monde ; les actions négatives viennent, elles, du yetser hara).

Le niveau du rua\’h est l\’activité sentimentale, le monde des midot, des qualités qui nous édifient, et qui édifient les personnes que nous aimons. Par exemple, nous respectons ceux qui méritent de l\’être, et nous craignons, ou nous aimons, exactement comme il le faut. Au contraire, si nous n\’aimons pas assez et que l\’autre en souffre, ou si nous aimons de façon exagérée, ou ne l\’exprimons pas de la bonne manière, cela vient d\’un rua\’h abîmé, qui doit être réparé.

La neshama correspond à toute activité qui vient d\’un idéal, d\’aspirations. Celui qui a une neshama sent un manque, c\’est le monde de sa conscience et de son idéal, de la relation avec Hachem.

Dans un homme utopique, les 3 niveaux fonctionnent normalement, et il se réalise dans ces 3 types d\’activités. Mais, en réalité, nous faisons tous des erreurs et abîmons les 3 niveaux de notre âme, d\’où la nécessité de revenir en guilgoul.

On retrouve ces mêmes 3 étapes, dans la vie d\’un homme. Ce sont la jeunesse, l\’âge adulte et la vieillesse. Dans la jeunesse, on n\’essaye pas encore de construire, et l\’on s\’investit surtout dans le monde concret. Puis, à l\’âge adulte, on construit son monde sentimental. Enfin, dans la vieillesse, on se pose les grandes questions de l\’existence ; c\’est la neshama qui se réveille et l\’on se demande ce que l\’on a réalisé durant cette existence, et quel en est le sens.

Le Ari HaKadosh parle ici du cas théorique où l\’on naît pour la 1ère fois, et les 3 niveaux ne sont donc pas encore abîmés. L\’homme va mériter de voir se dévoiler dans cette vie les 3 niveaux. \ »Dès la naissance, le nefesh entre en lui. Et, si la progression de cet être se fait normalement (ses parents l\’enseignent peu à peu, par de petites actions qui construisent son nefesh), il aura le mérite de voir entrer en lui le rua\’h, le jour de la bar mitsva\ ». A 13 ans, l\’enfant pénètre donc dans une nouvelle dimension, la dimension sentimentale et il commence à ressentir amour, peur, respect… Jusque là, il était incapable d\’aimer vraiment, ou de respecter, car il cherchait seulement à combler ses propres besoins. Désormais, il pourra aimer les autres et les respecter, simplement parce qu\’ils méritent d\’être aimés et respectés ! \ »Ensuite, à 20 ans, la neshama entre en lui.\ »

Ce texte nous fait donc comprendre le déphasage entre la réalité toraique et notre réalité. Selon le Ari, un homme pourrait se marier vers 13 ou 14 ans, et parfaire son monde sentimental entre 13 et 20 ans, soit en seulement 7 ans ! Ensuite, il pourrait se consacrer à l\’activité nishmatique, qui est censée être la plus importante dans notre vie. Mais, pour nous, cela est beaucoup plus difficile. Nos Maîtres expliquent que le niveau intermédiaire, celui du rua\’h, est la jonction entre le monde concret et la dimension spirituelle. Pour arriver à vivre connecté au monde spirituel, tout en étant pleinement dans celui-ci, il faut être construit sur le plan sentimental. C\’est pourquoi le yetser hara se trouve au niveau du rua\’h, et les forces contraires font tout pour nous empêcher de réaliser cette connexion. L\’homme n\’est créé que pour faire la jonction entre les monde d\’en-haut et d\’en-bas, et cela s\’opère par le rua\’h, la dimension sentimentale. L\’homme est doté de forces inimaginables, pour réussir dans ce domaine. Mais c\’est aussi le domaine où les forces contraires s\’opposent le plus, car elles savent que rien ne pourra être construit, sans la dimension du nefesh, c’est-à-dire la relation avec autrui.

\ »Mais, s\’il n\’est pas arrivé à faire le tikoun de son ruah à 20 ans, la neshama ne pourra entrer en lui, et il aura seulement le nefesh et le ruah.\ » Il s\’agit donc d\’une personne qui aura réussi sur le plan matériel (nefesh réparé), mais aura beaucoup de problèmes sentimentaux. Dans ce cas, il pourra être très spirituel, mais ce sera seulement une \ »religion opium\ », qui ne le construit pas, non connectée à ce monde, et donc une fuite. \ »De même, on peut trouver un homme qui n\’a même pas terminé la réparation de son nefesh, et qui n\’aura donc ni rua\’h, ni neshama. Son nefesh devra revenir, autant de fois qu\’il le faudra pour qu\’il le répare. Quand il y parvient, le rua\’h peut entrer en lui. Il doit quitter ce monde puis revenir avec son rua\’h. Si, dans ce guilgoul, il termine aussi son rua\’h, il doit quitter à nouveau ce monde, et les 3 reviennent ensemble.\ »

Il y a donc au moins 3 guilgoulim successifs : le nefesh revient seul ; puis le nefesh avec son rua\’h ; puis ils reviennent avec aussi la neshama. Pour pouvoir exister véritablement, il y a donc au moins 4 venues (dont 3 guilgoulim), qui correspondent aux 4 lettres du Nom divin.

(3584)

Category: Guilgoulim
About The Author
-

  • ALBCOHEN

    Cher Maitre, Cher Rav,
    je commence ma troisième année de fidélité a vos cours je m\’astreint à les écouter au minimum trois fois, je ne travaille plus depuis deux ans. Je me posais la question comment exprimer en peu de mots ma profonde reconnaissance.
    Je tourne la page de mon livre, je lis une explication du mot \ » hasmal\ » has \ »silence \ »et mal \ »mot \ », trop beau, trop juste.
    j\’ai la chance de vivre une foi forte, j\’ai reçu d\’Hachem des diamants
    mais j\’apprends à prendre conscience des cadeaux reçus grâce à vous, Maître Joaijllier.
    Revevez tous mes voeux de Chana Tova pour vous, vos proches, j\’associe toute l\’équipe du Groupe Hai.
    j\’ai hâte de vous rencontrer à Jérusalem, ainsi je pourrais vous exprimer des secrets de ma Nechama.
    Baroukh Hachem.
    alb Toulouse.