De quoi depend la delivrance finale? -Roi David- 11 Mars 2014

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Nous arrivons à la fin du livre de Shmuel II qui termine l´histoire du roi David. Cette fin de son histoire doit être l´apogée de quelque chose de sublime ! Et, en effet, il s´agit d´une véritable prophétie relative à notre époque, jusqu´à la Délivrance et la reconstruction du Troisième Temple.

Entre les trois possibilités de punition, David a choisi l´épidémie. Elle dura trois jours et, du nord au sud du pays, elle tua 70.000 personnes. Le mal´ah, la force envoyée par Hachem, commença à se diriger vers Jérusalem pour la détruire. \ »Mais, à ce moment, Hachem revint sur Son décret et dit : cela suffit maintenant ! Arrête !\ » Le mal´ah se trouvait dans la grange de Arvana le Yevoussi. David vit le mal´ah prêt à frapper le peuple et dit à Hachem : \ »c´est moi le fautif, que ce soit moi et ma famille qui prenions les coups !\ » Le Baal HaTourim fait remarquer que, seuls Moshé et David firent cette prière d´être frappés à la place du peuple. A ce moment, le prophète Gad vint, envoyé par Hachem, et dit à David : \ »Ne t´inquiète pas : à cet endroit précis où tu as vu le mal´ah s´arrêter, c´est là que tu construiras le Temple.\ » Ainsi, le mal se transforma en bien et, par le mal´ah qui venait pour frapper et tuer, fut révélé à David l´endroit de la Connexion avec Hachem et du futur Temple ! On retrouve ici ce principe que, dans le malheur lui-même, se trouve la délivrance !

\ »Quand David reçut cette révélation, il accomplit ce que lui dit Gad, sur l´ordre d´Hachem. Il dit à Arvana : je veux acheter ta grange, car c´est à cet endroit précis que se trouvera le Misbea´h d´Hachem. Et, si tu acceptes et que tu me permets de construire maintenant un misbea´h, l´épidémie va cesser.\ » Arvana voulut d´abord lui donner sa grange et dit : \ »tout est donné par Arvana le roi, au roi.\ » Que signifie cette expression ? Car il ne peut être roi, puisque David est le seul roi, en Israël ; d´autant plus qu´Arvana est non-Juif ! La Torah nous montre que, au moment où il donna à David sa grange, il prit conscience que c´est l´endroit de la Mal´hout, et celui qui le possède est roi. En cédant ce lieu à David, il lui céda la royauté qui était entre ses mains ! De plus, il y a un lien entre la royauté et le Bet HaMikdash de sorte que, le jour où nous avons perdu cet endroit, avec la destruction du Temple, nous avons aussi perdu la Mal´hout.

Par ce texte, la Torah fait allusion au fait qu´un jour, les nations elles-mêmes reconnaitront que ce lieu nous appartient ; elles nous le redonneront et elles consacreront ainsi la royauté d´Israël. Car le Har HaBeit ne pourra jamais être pris de force par Israël. Comme l´avait dit le Rabbi : ce sont les nations qui doivent nous le donner, et ce sera le signe de la Délivrance ! Il fallait que cela passe déjà, à ce moment-là, par Arvana et David. David répondit : \ »Je ne veux rien de gratuit, mais je veux le payer. Car, pour nous, il n´y a pas de service divin qui soit gratuit.\ » Un homme qui reçoit quelque chose gratuitement ne sait pas en apprécier le prix. L´endroit du Temple, en particulier, ne peut être gratuit ! \ »David l´acheta 50 pièces d´or. Il construisit un misbea´h ; on y apporta des offrandes et Hachem pardonna. L´épidémie cessa de dessus Israël.\ »

La Torah révèle ici l´enjeu politique de ce lieu qui est le véritable lieu du pouvoir politique sur terre ! C´est pourquoi il est tellement convoité ! Le Radak, il y a 2000 ans, fait remarquer : qu´est-ce qu´un Yevoussi faisait à cet endroit, au milieu du royaume d´Israël ? Certes, il y avait en Israël des enclaves cananéennes, mais le Yevoussi est un descendant des Philistins et aurait dû se trouver dans la bande de Gaza, et non ici ! Arvana était descendant du roi Aviméle´h, qui est le symbole même de celui qui trahit un traité avec Israël, puisqu´il avait promis à deux reprises à Avraham : tu resteras chez toi et moi chez moi. Or, à deux reprises, il envoya des descendants de sa famille à Jérusalem, dans le but de dominer toute la Terre. On remarquera que le nom \ »Philistins\ » vient de \ »liflosh\ » qui signifie \ »envahir\ » !

Le Malbim observe que le mal´ah qui voulait détruire Jérusalem est une allusion à la guerre de Gog et Magog, revendication des nations pour nous prendre Jérusalem. Jérusalem est la dernière étape et c´est ce que nous sommes en train de vivre. Mais nous savons que le dernier combat sera sur la Jérusalem spirituelle, le Har HaBeit. Il faudra le miracle de la Délivrance pour qu´il soit redonné à Israël. Comment se fera ce miracle ? Le Malbim remarque que D ordonne au mal´ah de cesser de détruire. Pourquoi ? \ »Les Maîtres ont dit : quand le mal´ah entra, il vit à cet endroit la cendre de Itz´hak. Et ils ont aussi donné une autre réponse : il vit le ´hatsi shékel, la moitié du shékel que chaque Juif devait donner à la caisse du Temple au mois de Adar.\ »

Dans les midrashim, on trouve cet enseignement que, chaque fois qu´il y a un décret grave sur Israël, Hachem regarde la cendre de Itz´hak et Il annule le décret. Pourtant, Itz´hak n´a pas été sacrifié. Mais nos Maîtres, depuis 2.500 ans, font une allusion prophétique au fait qu´un jour, nos enfants seraient réduits en cendre. C´est ce mérite qui permettra que, lorsque les nations voudront détruire Jérusalem, Hachem regardera les cendres de nos enfants et dira : cela suffit ! Itz´hak, qui n´avait jamais quitté la Terre d´Israël, est aussi le symbole d´Israël attaché à sa Terre.

Quant au demi-shékel, il symbole la solidarité de notre peuple : chacun devait donner seulement un demi-shékel pour nous apprendre que nous sommes seulement une moitié, la moitié d´un autre Juif ! Il y a deux parties dans notre peuple, ceux qui sont spirituels et les héros de guerre ; et les deux sont les sauveurs de notre peuple, chacun à sa place. Un shékel entier se fait avec deux Juifs !

C´est le message final du roi David, car ce sont les deux choses qui vont nous sauver de la guerre de Gog et Magog : la cendre de Itz´hak et l´unité entre nous. Il est providentiel que, alors que les nations sont en train de se mettre d´accord contre nous, nous soyons en train de discuter de la place de chacun et de la paix entre nous !

(2838)

About The Author
-