Un grand secret de plus, droit descendu du ciel et offert a tous-La Vie de David-24 janvier 2012-

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Dans le secret des lettres hebraiques se cache toute l´histoire humaine depuis la faute de Adam jusqu´a la delivrance finale…..Notre vie sur terre s´enracinne dans les secrets les plus profonds du sens de l´existence….Notre travail est de faire descendre, devoiler, interpreter et comprendre ce secret….David est l´incarnation du secret devoile….de l´homme qui retrouve sa tete….

(2514)

About The Author
-

  • elior

    C’est dur ! Mes poumons ne sont pas assez grands ! Rav, votre cours est vraiment très compliqué !!! Vous avez parlé du youd qui est avant le vav ; après vous avez comparez le aleph et le vav. Dans cette comparaison, vous avez mis en avant le caractère élevé du aleph, qui est comme la tête. Par cela, vous avez dit de façon tacite que le vav correspond au cœur car le vav correspond aux 6 valeurs émotionnelles. A partir de là, j’ai un peu évolué à travers les mots hébreux afin de trouver à quoi me rattacher. J’ai vu qu’il y a les mots : yeor = fleuve (youd-aleph-resh) comme dans Béréshit 41 :1 où Rashi dit que c’est grâce à leurs astuces que les égyptiens disposaient d’eau sur leur terre ; yosh = désespérer (youd-aleph-shin). Ces deux mots semblent avoir une certaine connotation « négative » ; comme quand on désespère de voir la pluie tomber, on se met à construire des canaux d’irrigations. Ensuite, il y a les mots : yaov (youd-aleph-beth) = désirer passionnément comme dans Tehilim 119 :131 ; yaal = agir avec forte conviction, presque d’imprudemment, comme quand quelqu’un aime « à la folie », comme dans Bereshit 18 :27. On voit que dans ces 4 mots, le aleph est lié dans le premier cas aux lettres resh et shin qui forment le mot rosh = tête (resh-shin) et dans le deuxième cas avec les lettres beth et lamed qui forment le mot lev = cœur (lamed-beth). Dans ces 4 mots, le aleph lie une seule des lettres. Puis, si on cherche le même genre de liens avec le vav : on a le mot yobel = trompette, jubilé (youd-vav-beth-lamed) comme dans Shemot 19 :13 où Rachi dit que c’était le chofar de Yits’hak ; et le mot yosher = droiture (youd-vav-shin-resh), je n’ai pas trouvé d’exemple adéquat pour ce mot mais j’ai trouvé Ishayahou 26 :1 ! On voit donc avec ces mots, que le vav permet de passer à l’union avec les lettres resh et shin, et les lettres lamed et beth ; on remarque que ces lettres sont inversés comparé à leur sens dans les mots cœur lev (lamed puis beth) et rosh (resh puis shin). Maintenant, on peut voir une liaison avec le aleph et le vav, avec les autres lettres. Par exemple Shaoul = shin-aleph-vav-lamed ; on voit le lien de l’aleph avec le vav et ici on a deux des lettres des mots cœur et tête. On devrait trouver un autre nom dans la Torah qui donnerait la même chose mais avec les lettres resh et beth . Pour cela, il y a Réouven = resh-aleph-vav-beth-noun bien qu’il y a en plus l’ajout d’un noun dont je ne connais pas la signification. Mais j’ai vu qu’on pouvait comparer Reouven et Shaoul, et cela par le mot bor = citerne, et le fait que tous les deux déchirent leurs vêtements (Cf. Bereshit 37 :29 pour Reouven, et 1 Shemouel 19 :22-24 pour Shemouel). Maintenant si on analyse le texte 1 Shemouel 19 :18-24, on voit qu’avant le mot baséko en ligne 22, il y a le mot asher (aleph-shin-resh). Ce mot est étonnant en vue des comparaisons faites précédemment. Si on regarde en Béréshit 42 :21, il y a les deux mots asher et abal (aleph-beth-lamed) dans le même verset. Ce passage concerne Reouven et ses frères face à Yossef ! Maintenant, si on regarde le mot baséko (1 Shemouel 19 :22) = beth-shin-kaf-vav ; regardons avec le regard qui cherche à former un cœur et une tête, on voit qu’il faut ajouter un youd au mot afin que le kaf devienne un lamed, et il faut ajouter un resh. Si on cherche un mot qui possède ces deux lettres, on trouve le mot yaro = craindre (youd-resh-aleph). On voit qu’il y a un aleph en plus, mais finalement on voit que c’est bien car maintenant, on a beth-shin-lamed-resh-aleph-vav. On a le aleph-vav, le « ou », mais en fait on ne doit pas dire « le cœur ou le cerveau » de façon exclusive, mais avoir les deux ensembles : c’est l’addition logique, l’un ou l’autre, l’union. Ce qui importe plus encore c’est de voir qu’en Béréshit 42,18, Yossef utilise ce mot juste avant qu’on retrouve le lien avec les deux mots asher et abal, l’épisode avec Reouven. Ce qui me fait penser d’autant plus que le mot « craindre » a toute son importance c’est parce que c’est le dernier niveau de « la voie des Justes » du Ramhal avant d’atteindre la prophétie ; or c’est de prophétie qu’il s’agit dans 1 Shemouel 19.. Et plus fortement encore, de la même manière que Shaoul est resté dévêtu après avoir prophétisé ; on trouve un parallèle avec Béréshit 3 :10. Mais finalement, on pouvait aussi ajouter le mot roir = visible (resh-aleph-youd) comme dans Bereshit 16 :13 « Tu es un D.ieu visible ! C’est pourquoi on appela cette source « la source du Vivant-qui-me-voit » où le Targoum traduit « le puits ( !) du vivant de ma vision. Or Shaoul dit : « Où sont David et Shemouel ? » alors qu’il se trouve à la grande citerne ; il ne les voit pas. J’aimerais revenir sur le mot « asher » qui se trouve avant « baséko » ; je me demande s’il ne fait pas écho au mot « abal » en 1 Shemouel 16 :1. Voilà, sinon j’ai l’esprit confus par rapport au cours, et après ce que j’ai pu écrire, pour moi c’est le trou noir. Je sais qu’il faut s’accrocher, mais j’appelle à l’aide car c’est trop décousu. Qu’est-ce c’est que ça ? Comment je peux en arriver là ? Pourquoi j’en viens à lier Shaoul et Reouven, et pourquoi le noun vient s’ajouter ?