15 Octobre 2012 -Paracha- Berechit, Noah- Barbarisme ou humanisme, l´histoire d´un desastre

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Qu´est-ce que la Torah ? C´est le livre de l´histoire de l´homme, \ »sefer toldot haadam\ ». Le sujet direct n´en est donc pas la connaissance de D. mais, au contraire, le Projet, c´est l´homme ! Le but est la construction d´un monde où l´on puisse vivre et atteindre le bonheur. Cela change donc toute la vision de la relation de l´homme à D. : dans les religions, l´homme n´existe que pour servir son Créateur, alors que dans la Torah, Hachem Se prête comme simple moyen (certes incontournable !) pour que l´homme soit heureux et atteigne sa perfection.

Toldot signifie, en réalité engendrement : \ »et voici l´histoire de la naissance de l´homme\ ». Car le Projet est de faire naître un homme. Rabbi Shimon explique que seuls peuvent être appelés Adam ceux qui s´attachent à la Torah ; c´est ce que la Torah définit comme une créature à l´image de D. Et donc, \ »voici le Livre qui va nous permettre de comprendre comment naît Adam\ », comment l´histoire va engendrer des hommes et des femmes avec cette dimension adamique qui a existé tout au début de l´histoire biblique, jusqu´à la faute, puis qui a ressurgi chez les grands hommes qui ont fait avancer l´histoire, qui portaient en eux vraiment le tsélem Elokim. Nous portons en nous cet Adam, mais il doit se construire à l´intérieur de la matrice humaine que nous sommes, et il sera dévoilé à la Délivrance finale.

On notera que Béréchit et Noa´h sont en réalité une seule paracha, nous montrant les 2 grands problèmes existant au niveau des peuples et des civilisations, puis seulement après vint Avraham, qui répond à ces 2 problèmes. Pour comprendre le Projet d´Avraham, il faut donc comprendre ce qui s´est passé avant lui, et ce que représentent les 2 fautes essentielles, du Déluge et de la Tour de Babel ?

Le problème du Déluge est simple : c´est la violence d´une civilisation en décadence, où il n´y a plus de morale. Le Déluge est la réponse de la nature à ce que l´homme a semé lui-même : par sa débauche et son immoralité, l´homme s´autodétruit et il détruit aussi le monde. C´est ainsi que les civilisations finissent par disparaître.

Mais le problème de la Tour de Babel est beaucoup plus subtil : Rashi et les commentateurs font remarquer qu´il s´agissait d´une civilisation extrêmement élevé \ »toute la terre n´avait qu´une langue et un seul projet\ » ; d´autant plus que, dit Rashi, ils parlaient le lashon hakodesh, la langue sainte, avec laquelle D a créé le monde.

Le Rav nous explique cette référence de Rashi au lashon hakodesh, langue qui nous ramène à la source. Le principal problème de l´homme est de nier toutes ses sources et toute reconnaissance. La sainteté, au contraire, est la capacité de remonter à la source, de savoir d´où je viens, et de dire merci. La génération de la Tour de Babel a voulu être sa propre source. Elle incarne les civilisations qui veulent la perfection, mais sans D. C´est l´humanisme qui veut tout ce qui est bien, mais sans D. qui est, pourtant la Source de toutes les sources. Or, lorsque l´on enlève le fondement, tout s´écroule.

On voit, ici, les 2 conséquences de la faute d´Adam, correspondant aux 2 aspects de sa faute : d´une part, il était poussé au mal, et donc à aller vers la mort ; et, d´autre part, il voulait \ »être comme des dieux\ ». Ce sont les 2 aspects du mal : vouloir détruire, jusqu´à se détruire soi-même ; ou vouloir être comme D, arriver à la perfection sans Lui. Mais, dans les deux cas, on arrive au même résultat : on se détruit.

Les hommes de la Tour de Babel parlaient le langage de la source, mais sans vouloir remonter à la véritable source, et ils sont arrivés à la division totale. La Torah nous montre, ainsi, que toute tentative de créer un monde meilleur sans le Maître du monde est voué à un résultat tout à fait contraire.

Le Ari HaKadosh avait écrit que, au moment de la Délivrance, ces 2 types de civilisations (celle qui porte la mort et la destruction, et celle du rêve libéral et humaniste) se retrouveraient. Or, aujourd´hui, les porteurs de la mort sont en train de gagner le monde, car le monde libéral s´autodétruit de par ses divisions. Mais toute civilisation qui porte la mort finit par s´auto-détruire elle-même, elle aussi.

C´est après ces 2 types de civilisation que vint Avraham.

(2911)

About The Author
-

  • Padrig

    Merci cher rav pour ce clin d\’oeil aux lorrains dont vous n\’ignorez pas qu\’ils vous écoutent et vous apprécient… et à qui vous manquez lorsque vos occupations ne vous permettent plus d\’être en connexion avec nous !

  • gringo

    votre conclusion limpide a savoir la comparaison entre les civilisations du deluge et celle de la tour de babel m interpelle.selon la torah notre generation et la future de quelle nature va telle etre je n ai pas la reponse.de quel cote penchera le monde vers la generation des ipods ou vers la generation de la torah……..

  • rav Haim Dynovisz

    Reponse a Patrick Martin: voulez vous vraiment que je repasse par la lorainne avec mes gros sabots…en verite j\’y etais l\’annee derniere et j\’y ai meme donne un cours……

  • ohayon

    oh… pas toujours ….. ca repose un peu …des fois prise de tete … l absence ce rendez vous quotidien a paru bien long cette fois heu …c est vrai…… mais ce nest pas un compliment non non au contraire c est tres grave on est dependent….. on ne fait plus rien on erre je veux mon cours les provocs et les les les……. qu est ce que l on va devenir….. intoxiques par les chiourim c est dramatique…….