18 Avril 2013 -Paracha Kedochim- Lorsque la morale pue ! Premier cours

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Rashi nous dit que se trouvent, dans cette paracha, tous les principes fondamentaux de la Torah. On y trouve, en particulier, de façon condensée, les principes de la relation à autrui, et comment se comporter avec son prochain. \ »Quand vous portez un jugement, ne commettez pas d\’abomination\ », c’est-à-dire, n\’ayez pas de jugement abominable : \ »ne favorisez pas le pauvre, et ne faites pas non plus de favoritisme pour le puissant. Vous devez rendre un jugement qui soit juste.\ »

Rashi commente que c\’est une abomination de faire du favoritisme : \ »ne te dis pas, toi le juge, que cette personne est misérable et n\’a pas de quoi manger, et celui contre lequel elle est en conflit a de l\’argent ; ne te dis pas que le riche a le devoir de lui faire la tsedaka, et qu\’on va la donner à ce pauvre-là. La Torah dit que c\’est une abomination de juger ainsi. Ne te dis pas que tu fais faire au riche une mitsva extraordinaire, de laquelle il ne pourra même pas s\’enorgueillir….. Et ne te dis pas, toi le juge, que cet homme est riche, respectable, et comment pourrais-je lui faire honte ?\ » Même si l\’autre est un délinquant, et qu\’il est quelqu\’un de très bien, nos Maîtres disent que ce serait un jugement abominable. Pourtant, cela semble fondé sur une morale très haute, et des valeurs très nobles (le riche doit donner la tsedaka ; et comment faire honte à quelqu\’un de respectable, etc….), mais c\’est un jugement abominable, car la vérité est falsifiée.

La Torah emploie, ici, le même mot que pour les 3 interdits, pour lesquels il faut se laisser tuer plutôt que de les enfreindre : meurtre, débauche et idolâtrie. Pourquoi le juge qui est animé de très bons sentiments est-il mis sur le même plan que le meurtre, etc…?

Le titre de la paracha est toujours l\’identité de la paracha, et le sujet de tous les points qui y sont abordés. La kedusha signifie, s\’éloigner de la débauche, mettre des barrières entre soi et la débauche.

La Torah nous apprend ici que tout excès moral sur le compte de la vérité prouve que la personne a des problèmes sexuels. Celui qui est capable de transformer la vérité pour la morale, est un idolâtre de son sens moral ; il est un meurtrier, car il condamne un innocent et fait couler son sang (en hébreu, damim signifie, à la fois, le sang et l\’argent). Mais en quoi tout excès moral prouve-t-il qu\’il y a un problème sur le plan sexuel ? La sexualité est le domaine le plus fort des émotions et, si l\’on ne sait pas limiter et gérer ses émotions dans ce domaine, on ne pourra pas les limiter dans les autres domaines. Dans tous les domaines où l\’émotion va se dévoiler en nous, elle prendra le dessus sur nous. De la même manière qu\’elle prend le dessus sur le plan sexuel, elle prendra aussi le dessus sur le plan moral.

Car il y a 2 catégories dans la morale : la morale pour la morale, et une morale qui est fondée sur l\’émotion. Dans la 2ème, le juge n\’arrive pas à gérer ses émotions, et il ira contre la vérité qui est au niveau du cerveau. Une émotion est coupée du cerveau, alors qu\’une qualité est liée au cerveau. La Torah révèle, ici, que toute exagération morale, et toute personne qui a un sens moral exagéré, cachent en réalité un problème sexuel. C\’est pourquoi la paracha s\’appelle kédouchim.

C\’est la morale juive authentique : on doit chercher la vérité, au lieu de fonctionner suivant le cœur. Car ce monde fonctionne aussi d\’après le cerveau, et pas seulement d\’après le cœur ; tout ce qui est émouvant n\’est pas forcément vrai. Ce n\’est pas parce qu\’une personne est malheureuse qu\’elle a forcément raison, et les autres tort.

La paracha continue \ »Tu ne seras pas comme un colporteur au milieu de ton peuple, et tu ne resteras pas sans rien faire sur le sang de ton frère.\ » Rashi explique : si tu vois ton frère en danger de mort, et que tu pourrais le sauver, tu as l\’obligation de l\’aider, même si tu te mets en danger.

Quel est le rapport entre le début du verset et sa 2ème partie ? Cela signifie que, si on risque de nuire à ton frère, tu as le devoir de parler mais, si tu parles à des gens qui ne sont pas concernés, et qui ne risquent pas de souffrir de ce que tu racontes, alors c\’est du colportage. Il y a un lien avec le 1er verset car, dans le 2nd aussi, quelqu\’un animé d\’un sens moral très fort pourrait vouloir parler, mais la Torah nous dit qu\’on ne peut le faire que s\’il y a un intérêt concret à ce que la vérité soit connue. Dans le 1er verset, la morale veut prendre le pas sur la justice et, dans le 2nd cas, elle veut prendre le dessus sur la vérité (je veux que le monde sache) mais, dans les deux cas, la Torah condamne cette morale. Il faut avoir la preuve absolue que ce que l\’on dit est utile pour celui qui va l\’entendre, sinon on doit se taire.

Est élaboré ici, verset après verset, ce qu\’est la fausse morale : c\’est une morale exagérée.

(3299)

About The Author
-

  • esthernehama

    Kavod Rav, Chalom Rav.
    Toda Raba Rav pour le cours.
    Chabat Chalom Rav.
    Chabat Chalom à toute l\’équipe du site.
    m\’interogeant suite au cours:sachant que Hachem A créé l\’émotion:c\’est donc pour une raison.est-ce que vous savez Rav quel est l\’avantage donc de l\’émotion?quel est sa fonction?quel est son utilité?

  • SAM-LION

    Pour débattre de cette personne qui exerce une fonction publique et qui devait être amenée à tondre tout le monde même de la laine qu\’il avait pas sur le dos, je ne suis pas d\’accord avec vous : si cette personne avait rapatrié son fric dans son pays elle aurait pu continuer d\’exercer ses fonctions. Au lieu de cela elle l\’a encore mieux caché et prétend venir des leçons de morale au pauvres comme au riches ! Sans compter qu\’une telle compétence n\’avait sans doute pas l\’intention d\’aider son Pays mais bien de lui fermer toutes les portes et de l\’asservir à des règles perverses. Ce genre de personnes sont plus vicieuses que les mensonges qu\’ils veulent bien admettre.Même encore aujourd\’hui sa stratégie de défense ne vise qu\’à l\’avantager et ne négocie que son degré d\’innocence avec la morale. Mais il est certain que ce pays n\’a pas intérêt à ce que toute la lumière soit faite : ce monsieur le sait trés bien. Il est autant en danger qu\’il met tout le monde en danger.

  • MartineDespretz

    Rav, ce cours est magnifique commetous les autres. Néanmoins, deux questions :
    1) Pourquoi des Juifs qui ont choisi de vivre en Israël depuis 10, 20 ou 30 ans s\’intéressent encore autant à la France essentiellement dans la critique ?
    2) en réponse au commentaire d\’Ilan et à votre réponse, le journaliste a pour mission d\’informer et non d\’être homme de Loi, même s\’il est Juif pratiquant. Si l\’information est exacte, il n\’a pas à aller voir le suspecté en tête à tête pour s\’expliquer. Pas question d\’émotion dans cela mais que chacun remplisse son rôle.

  • ESKEVAR

    Très intéressant . Il se trouve que pas plus tard qu\’hier , j\’ai reçu un jugement qui favorisait à tort le salarié par rapport à l\’employeur que je défendais en tant qu\’Avocat . Ce salarié avait apitoyé les juges , 3 femmes , car il s\’était présenté à l\’audience en chaise roulante alors qu\’au moment de son licenciement , il était tout à fait valide . En sortant de cette audience , l\’idée m\’a traversé l\’esprit que ces juges avaient une attirance physique pour l\’Avocat de ce salarié, idée que j\’avais aussitôt chassée comme ne reposant sur rien de concret …Confirmé par votre commentaire de cette paracha…Mais délicat d\’expliquer cela à mon client !
    Quid aussi que tout jugement provient d\’Hachem et ne peut qu\’être juste quand il s\’agit dans les faits d\’un tel faux jugement ? Bref , comment doit-on considérer un tel jugement ?Et quelle réaction peut-on en avoir ? Je précise qu\’il n\’y a plus de recours judiciaire possible dans ce cas , que mon client va être obligé de payer . Comme je connais bien ce client , j\’avais d\’ailleurs pensé qu\’il n\’avait pas donné assez de tsédaka et que peut-être qu\’Hachem la lui avait fait faire par ce biais. Mais si un juge ne peut pas raisonner ainsi il me semble qu\’a fortiori Hachem non plus …Que faire , que penser donc dans un tel cas ?

  • han

    קְדֹשִׁים תִּהְיוּ

    \ »un ordre pour l’individu ( sois kadosh !)
    une promesse pour la collectivité ( dans le futur toute la collectivité sera kadoch )

    cette paracha parle du PROJET du 7eme jour \ »

    enseignement de Rav Leon Ashkenazy (Manitou)

    merci rav pour vos cours si enrichissants

  • Roland2

    Cher Rav je pense que l\’Israelien Nathan a raison sur Cahuzac: il est juge et parti au budjet, il est en conflit d\’intêret donc il ne peut pas être à la tête de la police qui traque l\’évasion fiscale alors que lui même est un évadé fiscal, comme si tu nommais Al Capone un mafieux à la tête de la Police de New York. Cela n\’est pas possible même dans la morale juive. Et de deux, Son Président a clairement dit avant son élection que quelqu\’un qui aura des problèmes en justice ne peut pas être présent dans son gouvernement, donc il ne peut plus être dedans puisqu\’il est mis en examen. Mais d\’une manière générale, pensez-vous que l\’évasion fiscale ne met pas les gens en danger? Bien sûr que si, plus de 26 milliars manquent dans les caisses de l\’Etat et les gens meureunt parce qu\’il n y a plus de médicaments qui ne sont plus remboursés, l\’Etat est pauvre, c\’est clair que cet homme à son niveau met l\’Etat en danger, c\’est un voleur et un voyou!!!!