1 Novembre 2012 -Paracha Vayera- Toute l´histoire d´Israel en 1h 30 !

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Dans cette paracha, nous retrouvons la \ »Akédat Its´hak\ » (sacrifice ou non-sacrifice ? Nous le verrons…) Avraham a 137 ans, et c´est la fin de sa \ »vie biblique\ ». Pourquoi Hachem a-t-Il voulu l´éprouver d´une telle façon ?

Dès le début, Hachem avait dit à Avraham \ »sers-Moi et, en échange, Je te donnerai un fils, une terre… De plus, il lui est dit \ »leh le´ha\ », que Rashi traduit \ »va pour toi\ », c´est ton intérêt de Me suivre, car tu seras béni dans tous les domaines. Certes, Avraham a servi Hachem comme personne ne l´a fait, se mettant même en danger, mais on pourrait penser qu´il l´a fait d´une façon intéressée. Hachem veut prouver quelle est sa véritable motivation. A un moment où Avraham a déjà tout reçu, Its´hak a déjà 37 ans et va bientôt se marier, ce qui annonce la génération à venir. Tout le Projet est déjà là, devant Avraham. Et voilà qu´Hachem lui dit : maintenant, tout va disparaître ! Pourtant, Avraham n´hésite pas !

\ »Prends, s´il te plaît, ton fils…\ » Rashi nous montre comment Hachem veut faire sentir à Avraham tout l´enjeu du Projet, et qu´il doit obéir de tout son cœur. C´est plus qu´une épreuve, c´est une faveur qu´Hachem demande ! \ »C´est pour moi\ ». Le monde a besoin de cette preuve, car Je t´ai trop promis et donné, et il faut leur prouver…

Rashi donne 2 autres raisons de cette épreuve. \ »Nos Maîtres se sont divisés en 2 écoles\ » mettant l´accent sur des aspects différents. L´une dit que cette épreuve est venue en réponse aux paroles du Satan. \ »Lors du festin qu´Avraham fit pour la présentation de son fils, il aurait dû apporter une offrande\ ». Hachem répondit \ »même si Je demandais à Avraham de sacrifier son fils, il le ferait\ » ; et le Satan prit Hachem au mot\ ».

D´autres Maîtres disent que c´est Ishmaël qui a demandé le sacrifice. Alors qu´Ishmaël s´enorgueillissait d´avoir accepté d´être circoncis à 13 ans, Its´hak lui dit : \ »si le Maître du monde me demandait tout mon corps, tout de suite j´accepterais\ », et les anges rapportèrent ces paroles à Hachem…\ »

Dans ces 2 explications, il manque un sacrifice, soit au niveau d´Avraham, soit chez Itz´hak. Il faut prouver quelque chose dans la capacité d´Israël à se sacrifier.

Mais Rashbi rapporte aussi 2 autres explications : \ »maintenant, je sais que tu crains D\ », j´ai enfin de quoi répondre au Satan et aux oumot, aux peuples, qui constamment s´étonnent de ce que Je t´aie choisi. Rashbi nous révèle que le Satan désigne la source idéologique qui critique Israël et son élection. Cette idéologie pense que la grandeur d´un fidèle est sa capacité à se sacrifier pour D (maintenant, c´est même devenu… la capacité à sacrifier les autres !…) D´ailleurs, nous avons vu, cette semaine, la \ »fête du sacrifice\ » où ils disent que c´est le \ »sacrifice d´Ishmaël\ », et non d´Its´hak !… Dans ce texte, Rashbi dévoile qu´il y aura aussi, dans l´histoire, une seconde source idéologique qui nous contredira, celle des oumot (allusion au monde occidental)…

Rabbi Abba explique qu´Avraham dit à Hachem : Tu m´as donné successivement la promesse d´un fils, puis l´ordre de le sacrifier, et finalement l´ordre de ne pas le toucher. \ »J´ai toutes les questions, et contradictions de 3 paroles différentes, mais j´ai prouvé ma crainte de Toi, car je n´ai rien dit.\ » Hachem lui répondit que Sa parole ne sera jamais changée. \ »Je ne t´ai pas dit \ »tue-le\ », mais \ »monte-le moi\ » (car c´est le même verbe ; la ola signifie la montée, et aussi le sacrifice). Dans la religion juive, D. ne demande pas le sacrifice ! C´est seulement Avraham qui avait compris ainsi !

Cela nous montre que nos interrogations et incompréhensions viennent seulement de notre vision humaine du monde, mais qu´il existe une vision bien supérieure à la nôtre et, quand elle se révèlera, nous verrons qu´en réalité, il n´y avait aucune question ! Comme ce Rav qui disait à son ´hassid, après la Shoah : \ »pour celui qui n´a pas la emouna, il n´y a pas de réponse ; pour celui qui a la emouna, il n´y a pas de question.\ »

Avraham ne cherche pas à tout comprendre. Il a des questions, mais continue à avancer. Hachem répondit aux peuples : c´est pour cette raison que je l´ai choisi, parce qu´il supporte les questions sans réponse, et les contradictions.

Etre capable d´aller jusqu´au bout pour Hachem fait partie de l´identité d´Israël. Il y a 1000 ans, le Baal HaTourim révéla que, lorsqu´Ishmaël tombera, à la fin de l´histoire, se dévoilera le Mashia´h Ben David, avec la force d´Its´hak, car il affrontera des dangers inimaginables et se mettra en danger. Il se lèvera avec les Juifs n´ayant pas peur de la mort pour que le monde puisse vivre ! Nous devons sortir de nos peurs et de nos angoisses, car cette force d´Its´hak commence à se révéler, dans ce pays, pour que le monde vive !

(3447)

About The Author
-

  • Roland2

    Bonjour Cher Rav, il me semble vous avoir entendu dans l’un des cours parler de la différence fondamentale entre l’homme et l’animal et vous l’aviez placée au niveau de la construction plutôt qu’au niveau du langage en affirmant que la parole était une distinction moindre dans cette approche. Je pense que cette comparaison entre le langage et la construction est véritablement un cheveu dans la soupe et l’un comme l’autre peuvent se révéler plus déterminent dans ce qui différencie l’humain de l’animal. Lorsque vous parlez de langage, si nous partons d’un langage de signes en passant par des langues élaborées mais pas construites de manière infinie comme le grec, l’italien et je ne sais quelle autre langue, en passant par l’hébreu moderne et en chutant à l’hébreu biblique je pense que la construction part d’une simple transformation à une transformation comme vous en parlez dans la construction.

    Non seulement cela est vrai, mais même au sein de ces langues, il peut y avoir aussi du trivial et du plus sophistiqué. Ce que vous faites avec la langue est une vraie construction en compagnie de Nathan et cela n’est pas donné à n’importe quel individu sur terre. \ »Le langage humain peut être aussi utilisé pour exprimer des émotions par exemple, mais avec un respect strict des règles précises, de grammaire et de syntaxe nécessaires à la transformation du sens.\ » ! Il est indépendant de l’affect. Entre les mains des orfèvres du mot que sont les poètes, le langage humain peut même atteindre au sublime. Quand nous lisons la « Chanson d’automne » de Paul Verlaine dans ses Poèmes saturniens, nous pouvons avoir des choses comme : « Les sanglots longs/des violents de l’automne/blessent mon cœur/d’une langueur monotone ».

    On se rend compte que les mots ne servent plus simplement à véhiculer l’information ; c’est la façon dont ils sont mis ensemble, leur musicalité, leur rythme, les images qu’ils évoquent, qui nous touchent au plus profond de notre âme et nous donnent le sentiment d’accéder à une vérité supérieure cachée, à un aspect de la réalité différent de celui perçu par la seule raison. Notre intellect saisit bien le sens de la phrase-la mélancolie de la nature qui se meurt en automne-mais il ne la dissèque pas ni n’analyse froidement chaque mot (que signifie « les violents de l’automne » ?).

    Cette magie des mots qui enivrent et des phrases qui transportent, le philosophe Jean Paul Sartre le décrit fort bien dans son récit autobiographique intitulé \ »Les Mots\ » : (Les phrases étaient de vrais mille-pattes, elles grouillaient de syllabes et de lettres, étiraient leurs diphtongues, faisaient vibrer les doubles consonnes ; chantantes, nasales, coupées de pauses et de soupirs, riches en mots inconnus, elles s’enchantaient d’elles-mêmes et de leurs méandres sans se soucier de moi… Les phrases me résistaient à la manière des choses ; il fallait les observer, en faire le tour, feindre de m\’éloigner et revenir brusquement sur elles pour les surprendre hors de leur garde.\ » !

    Par ses mots magiques, le poète crée une sorte de résonance entre ses émotions et les nôtres, et magnifie notre perception du monde. La Parole est un instrument de communication. Elle nous fait partager la conscience des autres. Et Dieu ne l’a donnée qu’à l’homme seul pour la posséder. Je pense que même un jour vous avez parler de la justice divine comme étant un langage, la création même n’est qu’un langage et donc la transformation peut à des fois devenir juste une conséquence du langage et c’est le décodage même du récit de la création…
    Outre cet exemple avec la création par la Parole, qui est un métaphore, il est aussi démontré scientifiquement que tous les animaux même les plus avancés sont complètement démunis et à bout de moyens dès qu’il s’agit de composer des messages complexes nécessitant par exemple l’agencement d’un grand nombre d’éléments différents. Au contraire des humains, ils n’utilisent pas le langage pour catégoriser et expliquer le monde, formuler une pensée. Alors que le langage humain est gouverné par sa structure-ce qui autorise des variations illimités-, l’expression par exemple chez les chimpanzés est dictée par son contenu, ce qui restreint le champ du possible. Le fossé entre une phrase de chimpanzé et un poème de Baudelaire ou un sonnet de Ronsard est incommensurable et cela dépasse tout aussi bien une transformation animale à une transformation du monde par l’homme.

    D’ailleurs si les Néandertaliens ont été supplantés par Cro-Magnon, et que les premiers n’ont pas été capables de réaliser des grandes transformations et des grandes constructions par rapport aux seconds, l’un des facteurs déterminants a été le développement du langage chez Cro-Magnon au travers déjà d’une maitrise exceptionnelle des symbole. Je pense sincèrement que la construction et la transformation sont des conséquences du langage et donc de la communication. Les inventions florissantes de Cro-Magnon en si peu de temps et la transcendances à plusieurs égards sont le résultat du langage chez les humains préhistoriques et cela la science l’a largement démontré.

    Le stimuli principal qui a déclenché l’avènement des capacités cognitives chez l’Homo Sapiens c’est l’apparition du langage. Le Néandertalien ne parlait pas et n’avait jamais franchi le cap de la maitrise de la pensée symbolique. Il n’a jamais maitrisé le type de langage qui nous est familier. Il pouvait peut être communiquer de la même manière que les grands singes qui possèdent un large répertoire de sons (trente au moins ont été identifiés par les primatologue), mais ces expressions vocales ne sont pas utilisées pour expliquer ou décrire une situation, comme nous le faisons quand nous parlons, mais exclusivement pour manifester un état émotionnel, pour exprimer la joie, la peur, l’amour à un moment donné. Ce qui n’est même pas pour les humains, le niveau de langage trivial…

    Voilà ce que j’en pense cher Rav et merci pour tous vos cours meilleurs les uns que les autres !!!!

  • Anonyme

    shalom rabbi,
    J\’ai été particulièrement ému par ton géantissime cour de ce premier novembre.Une splendeur de vérité et de vrai courage. Je suis tellement heureux d\’avoir trouvé en ta personne un frere et un ami avec qui je suis tellement en accord.C\’est bon de ne plus se sentir seul au monde. Je suis physicien mathématicien et avec toute mon honnêteté je confirme que la théorie de l’évolution n\’est pas une théorie véritablement scientifique mais une doctrine philosophique qui se surcroît est profondément destructrice. Les datations annoncées avec zèle et autorité en paleontologie sont évidement complètement bidon et il est pour le coup facile de le démontrer scientifiquement avec la rigueur la plus parfaite.
    Merci rabbi de ta générosité et te ton courage la ou je vie une large majorité de lâche et de falsificateur… Je t\’aime beaucoup.

  • manuel1825

    Abraham fait preuve d\’une intelligence malgré tout limitée puisqu\’il ne soupçonne pas sa méprise et se force à obéir à un Dieu pour lui contradictoire et non paradoxale, donc qu\’il ramène à sa mesure.Mais cela ne fait que mettre davantage en valeur son désintéressement et son sens du sacrifice.Cela contribue à ancrer le monothéisme du côté du dualisme éthique, à la différence des sagesses orientales (monisme métaphysique).

  • MarieChristine

    Réponse à l\’envoi mielleux de Patrick Barrieu-Jud (géantissime cour, splendeur de vérité, générosité et courage, je t\’aime beaucoup): Décidément, la connerie humaine ne faiblit pas. Monsieur est physicien mathématicien. Et moi, je suis madame Elisabeth II, reine d\’Angleterre. J\’ai l\’impression que tout cela tourne à la farce, c\’est quand même triste, tout ça. Je regrette d\’être venue ici. Mais bon. Tant pis. Mesure pour mesure. S\’il n\’y avait
    de brèche pour que la connerie s\’engouffre, on n\’en serait pas là. Marie-Christine.