7 Novembre 2012 -Paracha Haye Sarah- La reparation d´Ichmael

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Par des notions de Kabbala, le Rav nous explique que les énergies qui permettent l’existence se divisent en 2 grands pôles, ‘Hessed (les énergies de l’expansion, du don) et Gvoura (les énergies de la retenue, de la rigueur, du din). Une sfira du type ‘Hessed doit recevoir une énergie qui lui correspond, sinon elle explose ; il en est de même pour une sfira de type Gvoura. Le Ari HaKadosh révèle que le Olam HaTohu a explosé, car chaque sfira recevait une énergie opposée à sa nature, ce qui la dérèglait. Le Olam HaTohu ve’Bohu, qui a précédé le nôtre, se trouve à l’intérieur du nôtre. Il représente les structures fondamentales contenant tous les problèmes qui ont été volontairement placés par le Maître du monde, pour nous permettre de travailler. Notre travail est de réparer le monde du Tohu, et d’arriver au monde du Tikoun. Dans le monde du Tikoun, la structuration des sfirot est très différente, car chaque sfira inspire une sfira de même nature qu’elle.

De là, on comprend que le mal n’est pas forcément de faire le mal, mais c’est aussi de donner quelque chose qui ne correspond pas à celui qui va le recevoir : même si le flux est bon, il en résulte un mal qui dérègle et détruit les personnes, exactement de la même façon que l’attribut de Gvoura explose en recevant la lumière du ‘Hessed, qui est contre sa nature. Ainsi, les personnages bibliques \ »problématiques\ » ont dérayé, parce qu’ils ont reçu quelque chose qui n’était pas pour eux ! Un bien qui est mal reçu est l’origine d’un mal !

Mais le Ari HaKadosh dit qu’il y avait aussi un autre problème, dans le Olam HaTohu : chaque attribut était enfermé en lui-même, dans sa propre qualité. Il voulait prendre toute la place, refusant les autres. La guerre entre les attributs a provoqué une explosion.

Ces 2 shémas nous montrent les 2 causes possibles de la fin d’une civilisation : soit un don qui devient un mal, par exemple, une société qui accueille, en trop grand nombre et trop vite, une immigration avec des mentalités trop différentes, ne peut gérer cet afflux, et son ouverture, son ‘Hessed, se transforme en mort ; c’est l’implosion. Une permissivité excessive aboutit au même résultat, avec des personnes ne correspondant pas à cette sfira. Soit la fin de la civilisation survient, parce que chacun se prétend l’unique, excluant ceux qui sont différents de lui, et c’est une destruction de l’extérieur : c’est l’explosion

Nos Maîtres ont montré que les personnages bibliques font toujours allusion au Olam HaTohu et à sa réparation. Il y a les Justes du tikoun comme les 3 pères, Moshé, David… Et nos Maîtres ont vu dans Esav, et la civilisation qui va sortir de lui, le prototype même de ce qu’il faut réparer.

Tous ces mécanismes sont une clé pour lire notre paracha. On comprend, d’abord, que le ‘Hessed d’Avraham a détruit Ishmaël, qui est un homme de din. Se fondant sur les explications du Ari HaKadosh, le Rav nous montre qu’Itz’hak a compris ce qui est arrivé à son frère, et il veut faire son tikoun. Il va prier, puis ira même s’installer, dans le territoire d’Ishmaël. Car il se connecte à Hachem selon une connexion qu’Ishmaël peut recevoir. Et, en effet, Ishmaël fait téshuva, puisqu’on le voit ensuite enterrer Avraham avec son frère, et Itz’hak est cité le 1er, nous montrant qu’Ishmaël a reconnu qu’Itz’hak passe avant lui. Itz’hak, par tout ce travail, prépare ce que nous vivrons en fin d’histoire : le tikoun d’Ishmaël.

Rashi explique que, tant qu’Avraham est là, avec l’influence de son ‘Hessed, le mauvais Ishmaël \ »s’installe\ ». Mais, dès la mort d’Avraham, il tombe, et le bon Ishmaël se dévoile. De la même façon, à la fin de l’histoire, quand cessera la mauvaise influence avramique de la civilisation occidentale, le mauvais Ishmaël disparaîtra, et pourra apparaître le bon Ishmaël, le fils de Ktora, dont Itz’hak a fait le tikoun. A ce moment-là, se dévoilera le fils de David, \ »le descendant d’Itz’hak\ », appelé ainsi car il incarnera la mida de Gvoura. En effet, on ne peut aider Ishmaël, homme de Gvoura, que par la Gvoura.

Mais, si le ‘Hessed de la démocratie provoque l’implosion chez Ishmaël, l’opposé, qui serait la dictature, aboutirait à l’explosion. Quelle Gvoura devons-nous donc développer en nous ? La mida d’Itz’hak. Il est dit que, lorsqu’Itz’hak fait le tikoun d’Ishmaël, il voit Rivka, qui est son extrême opposé. On comprend que, s’il faut à Ishmaël et aux non-Juifs (connectés à Elohim) une association avec ceux qui leur ressemblent, au contraire, le Juif (connecté à Awayé) doit être associé à celui qui est son opposé. Car un Juif doit être capable de servir D. à un niveau qui l’oblige à sortir de sa nature. Et le symbole en est le mariage entre Itz’hak et Rivka, le Din avec le ‘Hessed.

Le Juif de la Délivrance est Itz’hak adouci par Rivka ; système qui n´est ni la démocratie ni la dictature, ni l´implosion ni l´explosion, mais un système politique et humain nouveau, qui sera dévoilé par le Mashia’h, représenté dans le microcosme biblique par le mariage de Itz’hak et Rivka.

(4069)

About The Author
-