Ah! Le jour ou l´on redecouvrira enfin la vraie Torah !-Vayakel- 17 Fev 2014

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : La paracha Vayakel est étonnante, car elle semble être seulement une longue répétition de ce que la Torah nous a déjà dit concernant le Tabernacle ! Rashi dévoile les messages essentiels qui se cachent derrière cette répétition. D´abord, cette paracha marque le moment où le Tabernacle a commencé à être construit, moment important car c´était le lendemain du premier Yom Kippour de notre histoire, après qu´Hachem ait pardonné la faute du veau d´or. Il est dit à Israël : en échange de ce pardon, vous devez Me construire une demeure dans ce monde. C´est la beauté du Judaïsme ! Le pardon s´obtient dans l´action et il doit être intégré dans nos vies par un engagement concret ! Pour montrer à Hachem que nous voulons réparer, nous Lui faisons un Tabernacle pour qu´Il soit au milieu de nous !

Mais, dans la construction du Mishkan, quelle action en particulier était réparatrice ? Vers la fin de la paracha, il est reparlé du \ »kior\ », bassin en cuivre placé dans la cour du Temple, où les cohanim avaient l´obligation de se laver les mains et les pieds, tous les matins, avant de commencer leur service dans le Temple. Sinon, ils auraient été \ »´hayav mita\ », sanction céleste extrêmement grave ; de plus, tout leur travail aurait été \ »passoul\ », considéré comme nul. La Torah nous dit comment avait été fabriqué ce kior : les jeunes femmes d´Israël étaient venues en foule pour apporter leurs miroirs, afin de participer à la construction du Mishkan. Sans hésiter, elles avaient donné le plus intime et le plus précieux de ce qu´elles avaient, \ »les miroirs grâce auxquels elles se faisaient belles pour leurs maris\ ». Moshé avait refusé de tels objets dont le but est d´attiser le yetser hara. Mais Hachem le lui reproche : \ »Accepte-les tout de suite ! Car cette offrande, Je la préfère à toutes les autres. Rien n´est plus cher à Mes yeux que cela ! Car, lorsque leurs maris étaient épuisés sur les chantiers, elles se sont faites belles pour eux et c´est grâce à elles que le peuple a pu continuer. Je punirai de mort le cohen qui ne voudrait pas se laver avec cette eau.\ » Moshé comprend que, pour construire une maison à Hachem, il faut apporter la matérialité qui a été transformée en bien ! L´Arche était le symbole de la sainteté universelle, mais le kior est le symbole de la sainteté d´Israël qui prend ce monde matériel et le transforme en sainteté !

Le second message extraordinaire est que l´organisation de la construction du Tabernacle a été confiée à la fois à Betsalel, de la tribu des rois et du Mashia´h, et à Oliav, de la tribu de Dan. Or, commente Rashi, \ »Dan est la plus médiocre des tribus, qui venait de l´une des servantes et nous a toujours causé des problèmes.\ » Mais, dit Hachem à Betsalel : \ »pour construire Ma maison, vous devez être ensemble, au même niveau !\ » Nous devons comprendre que, devant Lui, il n´y a aucune différence entre le plus grand et le plus petit. Car l´essence de tous les hommes est la même. Ce travail de Betsalel et Oliav ensemble était le tikoun, pour tous les deux, mais surtout pour Oliav. En effet, il est très difficile, quand on est face à un grand et que l´on se voit comme un nain, de dévoiler le géant qui est en soi. Rien n´est plus difficile que de relever la tête et d´apprendre la liberté. Mais, devant Hachem, nous sommes tous insignifiants !

Le troisième message nous est donné à propos des \ »nessiim\ », les princes des tribus, qui ont apporté les douze pierres ayant permis la réalisation du pectoral d´Aharon. Le mot \ »nessiim\ » est écrit avec une anomalie, sans le youd. Rashi explique qu´\ »Hachem les a punis car ils ont été les derniers à apporter une offrande. Ils se sont dit : que le peuple apporte son offrande, et nous complèterons ce qui manquera.\ » Ils ont méprisé le peuple, pensant qu´il n´est rien et n´a pas de moyens, tandis qu´eux-mêmes feraient une offrande royale. Mais le peuple a apporté tout ce qui était nécessaire à la construction, et leur offrande à eux n´était plus nécessaire. Hachem dit qu´ils apportent les pierres du pectoral, et Il enlève le youd de leur nom. Nous avons ici le même message : devant Hachem, nous sommes tous petits ! Et, pour construire Sa maison, nous devons nous effacer.

Mais, étonnamment, cette paracha qui parle du Mishkan, fait tout d´un coup une déviation sur le respect du Shabbat ! Pourtant, la Torah en a déjà parlé ! Rashi explique : nous aurions pu croire que la construction de la maison d´Hachem est au-dessus du Shabbat ; le Shabbat serait seulement l´arrêt de nos travaux personnels, mais ceux de la maison de D.ieu continueraient. La Torah nous dit, non ! Le Shabbat est au-dessus de tout ! Après que D.ieu ait dit aux hommes : vous êtes importants à Mes yeux et Je veux résider parmi vous, pour éviter que la grandeur de l´homme ne le fasse déraper dans l´orgueil, vient le Shabbat où il n´y en a plus que pour D.ieu ! Nous ne pouvons ouvrir un parapluie, ou allumer la lumière, etc. Il ne reste que Lui.

Mais, lorsque l´homme accepte de s´annuler devant D.ieu, le Maître du monde fera de cet homme un roi. Au contraire, celui qui fait de lui-même un roi, les hommes feront de lui un esclave.

(2621)

About The Author
-

  • yoelhaddad

    C\’est lié au nom même de la Paracha – Vayakhel. Moché rassemble tout le Peuple, petits et grands, sans aucune différence, et tous ensemble entendent les ordonnances concernants le michkan. Et ce alors qu\’en général, comme Rachi le dit dans la Paracha de la semaine dernière, chaque partie du Peuple recevait les ordres séparément et de manière hiérarchique.

  • 19700813

    Shalom !

    En réponse au titre de la vidéo : Aaah, le jour où le Rav Dynovisz traduira la Torah dans toute sa subtilité et la justesse des mots…

    Je rêve d\’un tel livre, pour pouvoir accompagner ses cours. L\’explication serait toujours nécessaire, bien sûr, mais il y aurait enfin une base saine, en français.

  • kiki

    Yedid,

    Non seulement s\’il ne mange pas chabat il transgresse chabat , mais même s\’il mange, mais froid: il est consideré comme \ »Apikoros\ ».
    Vouloir bien faire et faire bien avec le yetser hara est sainteté. Dieu y participe: Il a apporté dans la grotte du vin pour que les filles de Loth puissent réaliser leur désirs de procréation.(Source du messianisme)
    Discussion entre les maitres: Les fêtes doivent elles être consacrées toutes à Dieu(Prier et étudier) ou toutes à l\’hommee(manger et boire)?
    Pour shavouot, tous sont d\’accord que c\’est moitié moitié.Boire et manger est égal à étudier surtout à Shavouot.
    Le Tabernacle était la réparation de la faute du veau d\’or, comment le voit on?

    1)L\’or(source de maux et de crimes) passe au service du bien de l\’élévation et non au service de l\’idolatrie, de la violence.
    2)Les convertis acceptés par Moshé en sortant d\’Egypte, vivaient en dehors des nuées,et recevaient des restes de mane apres qu\’Israel ait mangé(Midrash). La réparation: personne en dehors pas même Dan qui portait les idôles de Mikha en traversant la mer (Midrash).
    3)Les femmes ont refusé de donner leur or pour le veau d\’or, elles y ont été forcées par leur maries; pour le tabernacles, c\’est elles qui forceront leurs maries à donner (Rachi), et elles offriront leurs miroirs volontairement.

    Concernant les miroirs: Si tu es bien percu par les yeux de ta femme, (actions, attitudes), alors tu peux prétendre à l\’élévation car le seul être qui te connaisse vraiment c\’est ton épouse!\ »Tu ne peux pas faire le beau devant le mirroir de ta femme\ ».
    Hazak
    Rav LEVY (Montréal)

  • MartineDespretz

    c\’est sûr que s\’ils nous avaient présenté leur Jésus en rabbin original qui était suivi par une cour d\’hommes et de femmes qui ont soif de Emeth et qu\’on nous avait dit qu\’il avait épousé une prostituée, on les aurait peut-être pris plus au sérieux …

  • 19700813

    Shalom !

    Autres indications possibles de la relation entre le Shabbat dans la seconde parasha qui le concerne :

    Il y a trente-neuf travaux qu\’il faille cesser, alors que le Tabernacle est en construction et trente-neuf jours avant la faute du veau d\’or, alors qu\’il aurait fallu attendre la fin du quarantième et le retour de Moshé avec les Tables.

    Comme si Hashem avait voulu indiquer que, cette fois, il pourrait encore être prouvé par le peuple que le temps de chaque chose serait correctement respecté et que Lui seul serait sanctifié.

    Dans le cas des Tables et du Tabernacle, il est aussi question de la présence d\’Hashem.

    Le Shabbat n\’est pas directement lié à cela, mais il y a, apparemment, corrélation au niveau du nombre trente-neuf, un moment d\’attente de reprise d\’un ouvrage et le fait que ce temps soit consacré à la seule présence d\’Hashem (dans le sens où Il enseignait la Torah à Moshé et lui donnait les Tables, l\’importance d\’Hashem est omniprésente durant cette période, ainsi que la Torah, durant le Shabbat).

    De plus, au lieu d\’être dans l\’allégresse de l\’attente de la Torah et des Tables, le peuple était dans l\’allégresse du veau d\’or. Cela pourrait aussi être relié à l\’allégresse qu\’il retrouve, durant le Shabbat, qu\’il aurait dû éprouver initialement.

    La téshouva et le tikoun du veau d\’or seraient donc inclus dans cette parasha, quand elle fait cette allusion au Shabbat.

  • Zuhurbelea

    je joins mon suffrage à la requête de Frédéric Didier, j\’y pensais ces dernières 48 h… \ »Traduction réelle ouvre mieux le Ciel\ ». Torah entière ? Soit chaque élève recueille, quelques-uns font la synthèse, le Rav corrige… soit le Rav fait tout mais ça demande un temps considérable alors vient la technique audio et son élève transcripteur… C\’est peut-être un projet à cacher car \ »tout\ » ce qui mécroit s\’y oppose et tout celui qui croit pour l\’instant s\’y repose… une chose si nécessaire qu\’elle est évidente pour les uns, létale pour les autres