Le proche orient coule mais le seul probleme du monde c´est Israel !! -Paracha Ki Tavo- 19 Aout 2013

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : \ »Et voici ce qui se passera quand tu seras enfin arrivé sur ta Terre. Tu prendras les prémices des 7 fruits de la Terre qu´Hachem vous a donnée, le fruit de ton travail, tu les mettras dans un panier, tu iras dans l´endroit qu´Hachem a choisi pour y mettre Son nom, tu t´approcheras du cohen et tu lui diras : je me présente devant Hachem mon D, car je viens d´arriver sur la Terre qu´Hachem avait promise à mes pères.\ » C´est un Texte donné pour toutes les générations, en reconnaissance de ce que nous sommes sur notre Terre. Mais comment pouvons-nous nous y renouveler, au point que nous ressentions, même après des millénaires, que nous venons d´y arriver ?

Nous avons déjà montré, dans la parachat Vaet´hanan, le danger de l´usure, en particulier dans la relation avec D. et de l´importance de nous renouveler constamment. La Torah nous y révèle que la vraie raison de l´exil, c´est : \ »quand vous aurez vieilli sur votre Terre…\ » Mais comment empêcher ce vieillissement ? La Torah nous prescrit d´apporter les prémices de notre terre au Temple et de les donner au cohen en disant : \ »je viens d´arriver\ ». C´est la clé du renouvellement.

\ »Le cohen prendra le panier, le mettra devant l´autel. La paysan dira devant Hachem (pour marquer sa reconnaissance à D. de l´avoir amené en Israël) : l´araméen (Lavan) a voulu détruire mon père, qui est descendu en Egypte, un tout petit nombre, et est devenu un peuple très grand ; les Egyptiens ont commencé à nous faire du mal et nous avons crié vers Hachem qui nous a sortis d´Egypte à Main forte… Il nous a amenés jusque sur cette Terre et c´est pourquoi je t´apporte ces prémices.\ »

Pourquoi devons-nous revenir, précisément, à l´histoire de Lavan avec Yaakov ? Il y eut, entretemps, 1500 ans d´histoire, la conquête, la royauté de David… Nous savons que la Torah parle seulement de ce que l´on ne voit pas, de l´origine du mal. Elle met, ici, le doigt sur la source de tous nos problèmes qui ont commencé, en réalité, quand Lavan a poursuivi Yaakov. Il est dit que Lavan a voulu tout détruire, \ »si ce n´était le D. de tes pères qui m´a parlé\ ». Dans la haine de Lavan se cache déjà le secret de la Shoah, de tous les drames de notre histoire et de ce qui se passe aujourd´hui contre nous. Il est le modèle biblique qui nous permet de comprendre tout le reste.

Le Baal HaTourim remarque que, \ »juste avant la mitsva d´apporter les prémices, la Torah vient de nous dire d´effacer le souvenir d´Amalek, et de nous rappeler ce qu´il nous a fait. C´est immédiatement après qu´il est dit \ »quand tu arriveras sur ta Terre…\ » Comme il n´y a pas de ponctuation, en hébreu, il faut lire ces 2 versets à la suite. Il y a donc un lien entre : devenir une nation sur notre Terre, et nous rappeler ce que nous a fait Amalek.

Le commandement de faire disparaître le souvenir d´Amalek, s´applique quand nous sommes en Eretz. Car \ »il nous a attaqués pour nous empêcher d´arriver sur notre Terre.\ » Pourtant, il n´était pas l´un des 7 peuples cananéens dont le territoire nous avait été promis. C´est donc par simple principe idéologique, et non territorial : parce qu´il n´accepte pas le peuple juif comme une nation sur sa Terre. Le vrai antisémitisme, c´est celui qui s´attaque à nous par idéologie. C´est ce que l´on a vu avec Hitler, et aussi le Moufti, puisque c´est au moment où Israël commençait à se reconstruire sur sa Terre que cette idéologie ressurgit : leur but ultime était de détruire le ishouv juif, l´implantation en Eretz. Comme déjà avec Haman qui voulut empêcher la reconstruction de Jérusalem

Amalek est une force cachée dans le monde qui agit, depuis 3500 ans, pour nous empêcher de devenir une nation sur notre Terre. D. dit \ »Je suis en guerre contre Amalek, de génération en génération\ ». Le Baal HaTourim explique que \ »de génération en génération\ », a la même valeur numérique que \ »jusqu´à la venue du Mashia´h. En réalité, en nous combattant, Amalek mène une \ »mil´hama lHachem\ », une guerre contre D. Car notre mission est de dévoiler dans ce monde la présence d´Hachem en tant que \ »Roi sur toute la terre\ ». D. est le seul pouvoir, ici-bas, qui dirige tout Son monde, et c´est ce que refuse Amalek. C´est pourquoi il nous attaque toujours quand nous sommes en chemin vers notre Terre, pour y dévoiler la Royauté d´Hachem.

Lorsqu´il est seul contre nous, nous l´appelons Amalek. Mais, lorsqu´il convainc toute l´humanité à notre encontre, il est appelé Gog. Aujourd´hui, pour la 1ère fois dans l´histoire, l´humanité entière a adopté unanimement l´idéologie amalécyte. C´est la guerre de Gog, où tous les pouvoirs de ce monde sont contre la survie d´Israël.

La Torah nous donne une solution : renouvelle-toi constamment sur ta Terre. Nous devons être une population qui se renouvelle sans cesse dans son amour pour sa terre et qui ait toujours, pour elle, une motivation, comme si nous venions d´y arriver.

On remarquera que c´est le paysan, qui travaille et fait fonctionner la terre, qui apporte le fruit de son labeur et le donne au cohen, à celui qui n´a pas de terre, ne va pas à l´armée et n´a pas le droit de travailler. C´est la solution que nous donne la Torah, qui répond au débat d´aujourd´hui : il faut à la fois le paysan et le cohen, les deux sont nécessaires, et ils doivent être unis, car ils ont besoin l´un de l´autre et doivent se reconnaître l´un l´autre ; notre survie en dépend, non seulement matériellement, mais surtout spirituellement.

De nos jours, certains ne jouent pas le rôle qui leur est assigné par la Torah, mais cela ne remet pas, pour autant, en cause le principe de leurs missions respectives. Le peuple juif est composé de deux forces fondamentales, l´une active et l´autre spirituelle ; toutes deux sont indispensables et elles doivent travailler ensemble pour la survie de notre nation. C´est ce vers quoi nous tendons, car de plus en plus de jeunes Juifs, ici, comprennent qu´il n´y a pas de contradiction entre corps et âme et que nous devons préparer, tous ensemble, le réveil de notre nation sur sa Terre.

(3130)

About The Author
-

  • Zuhurbelea

    Shalom. Alors comme ça on veut que l\’Homme ait une valeur et se tienne aux Côtés du Seigneur ? Et allez une petite couche de l\’Homme-superstar qui ne fait ses besoins ni sur une croix ni dans les films, et allez une petite couche d\’hommes-numéros du jihad. Et qui se ressemble s\’assemble : qui était l\’ami des japonais kamikazes ?.. En attendant c\’est quand les gens cessent d\’acheter que ça ne se vend plus. A force d\’avoir des raz-de-marée humains ou physiques, ils vont bien finir par se lasser : ils seront prêts ! . . . § § § . . . Voici que j\’ai eu à subir personnellement les conséquences désastreuses d\’avoir quelques amis de profil maléfique, autant partager les conclusions de cette expérience non-communautaire, et qui démontre à quel point il y a microcosme dans la relation au sein d\’un petit nombre d\’individus ! \ »Souviens-toi\ » du sens des salamalecs. Se promène en plein jour, déguisé, mêlé à toute population, un genre d\’hommes qui se rendent éventuellement malades à force de cynisme et de chosification de l\’idée humaine, ce qui transparaît dans leur vocabulaire et leurs intonations et, au stade avancé, provoque chez le sujet une facilité d\’acceptation des thèse indépendantistes hâtives et autres confusions historiques que l\’on connaît bien – refus du droit et des temps oblige comme l\’annonçait Daniel. Ecrasés par une autorité paternelle aveugle, ils cultivent la rancoeur et la médisance, blessant par effet de dispersion thématique leur interlocuteur avec une acuité qui laisse sans voix (c\’est surnaturel !), gâchant mille occasions. Doués de télépathie inconsciente, ils tombent toujours au pire moment et c\’est, de tous leurs prodiges, le plus remarquable et le plus symptomatique : l\’indice certain qui doit alerter l\’esprit vigilant. Leur talent est d\’affecter une attitude de victime pour atteindre un confort, tout en rétablissant une politique arrogante et narcissique au quart de tour dès que cesse le besoin, toujours en usant des mensonges les plus gros pour tout ce qui concerne l\’affectif, l\’engagement, et les qualités de tous – en l\’occurrence, l\’auto-description de ces \ »êtres\ » dépasse la prétention de Münschausen et cause évidemment un malaise en société. Tous se regardent alors, dépassés, interloqués par ces anti-héros de l\’invraisemblable devenu réalité. Leur but est sexuel et il convient de ne JAMAIS présenter votre zivoug à ce profil de personnes pour écarter toute influence sur le shalom bayit ou pire si affinités. La moindre latitude laissée à ces individus est la porte ouverte à un glissement vers l\’abus fatal et causera systématiquement des désordres nombreux et au moins une catastrophe irréversible : le mouvement de ces plantes carnivores qui resserrent d\’abord à pas feutrés leur mâchoire empoisonnée avant de mettre la victime devant le fait accompli, illustre fort bien la ruse (parfois involontaire !) de ces ex-victimes qui choisirent la complicité idéologique avec leurs bourreaux, et n\’ont de cesse de pourrir sous belle apparence la vie de qui ne se convertit pas à leur infériorité – infériorité qui découle de leur incapacité cultivée à exister hors de la référence à un tiers. Leur seul projet est de détecter, approcher, rassurer, jouer sur l\’attachement et les arguments d\’ouverture ou d\’équité, exploiter tous les scrupules de l\’autre, puis détruire et insulter finalement la victime en niant l\’agression. Méfiance avec les blanches pattes de cochon. Ce sont des vindicatifs sans largeur d\’intériorité, leur horizon est vide sans une cible. Une affirmation partiale, populaire et abrupte a des chances de les hypnotiser dès lors qu\’on la teinte de familiarité et de (fausse) désillusion – c\’est l\’avantage de l\’intérêt que témoigne ce type d\’hommes pour le consensus et l\’effet de \ »foule\ » (à traduire par \ »meute\ », terme sacré chez ces gens) et aussi l\’avantage de leur manie apparente d\’honorer la prétendue vanité de \ »la\ » vie – alors que c\’est leur valeur personnelle qu\’ils ont renié, aucunement le fait de la vie des autres ni son sens – malgré qu\’ils s\’acharnent à les bafouer afin de les effacer. Ces prêcheurs invétérés d\’une honnêteté, en fait une façade, n\’attendent qu\’un signal pour abuser par surprise : votre propre honnêteté ! Aussi quand ces menteurs vous parlent de valeurs morales, souvenez-vous qu\’il s\’agit d\’un déguisement somnifère qui nécessite beaucoup de réactivité et une fermeté sans appel. Je reconnais cette tendance chez ce businessman politique, futur président français, qui me donne si mal à la tête – autant dans les manières, que dans la logique argumentaire. L\’inégalité est le principe opposé à l\’amour équilibré du prochain, voici donc l\’atome visé à la source. La pire arme de cette secte est de savoir rester groupés même dans un système de trahison pugnace, l\’orgueil collectif étant leur besoin perpétuel à tel point que même un feu certain ne dissuaderait pas un des leurs, une fois provoqué, d\’y bondir immédiatement sous l\’impulsion de l\’adrénaline et par abolition de la pensée – contrairement à Abraham. L\’avantage d\’une telle bombe d\’antimatière est sa capacité à leur exploser dans les mains : que vienne l\’outil de ce système à se briser, aucun n\’en réchappe, aucun n\’a de délai tant leur attache réciproque est maladive ! On a le même schéma avec les incendies de puits de pétrole : il faut éteindre le tout, sinon le feu se régénère en un autre point et remplit à nouveau tout l\’espace qu\’on avait cru sauver. Aussi on constate que l\’effet de \ »refroidissement\ » idéologique ne marche pas avec ce genre de communautés. Il faut couper l\’approvisionnement ou souffler le feu – ce qui se fait en rompant toute relation, car même une solution drastique, tant qu\’elle passe par le dialogue, encourage automatiquement une prochaine trahison au pire moment possible – c\’est l\’inertie idéologique, qui retord tout cerveau en cinq-cinq après pourtant des mois de lutte contre l\’opium : nul dialogue, argumentaire, ou morceau d\’évidence ne rétablit durablement l\’équilibre de cette tendance. Tout ce qui précède est uniquement fondé sur mon expérience de trois ou quatre personnes venues d\’horizons radicalement différents, mais c\’est non-exhaustif. Il semble qu\’il y a aussi un peuple qui subit cela… Courage ! Je suis avec vous ! En attendant, chacun aura avantage à se souvenir de ceci : ce genre d\’humains nécessite une réaction immédiate, disproportionnée, dénuée de toute politesse. Il s\’agit pour des raisons vitales de ne se sentir gêné ni par l\’éthique des manières sympathiques et justes qu\’on doit montrer envers son prochain, ni par le sentiment trompeur qu\’on manque de moyens, verbaux ou militaires. Il existe au moins une astuce paralysante pour amadouer ce serpent et gagner le temps de se préparer mieux : elle consiste simplement à réagir (oui !), ce qui prouve par définition à ces esprits pas si idiots dans le fond, qu\’on n\’est pas tombé dans le panneau. Etrangement, et je n\’ai jamais réussi à comprendre pourquoi, la réaction du vicieux en pareil cas ressemble à celle d\’un voleur nocturne soudain éclairé par des lampes tenu en joue par une cohorte de soldats invincibles, ou mordu par un animal vénéneux (la larve de libellule s\’auto-empoisonne parfois définitivement, ce qui est une piste intéressante). Le Juste avisé ne dort pas – c\’est une image bien sûr, il s\’agit ici d\’un état d\’esprit. Entre individus, la petite phrase utile se situe sur le mode véhément du \ »Ouh là ! il y a quelque chose qui me dérange\ ». En disant rien que cela, on provoque un déclic et le reptile rentre aussitôt dans sa tanière. En osant dire son intuition avec fermeté, on démontre en réalité qu\’on a conscience de la Vérité et qu\’on entend en développer l\’idée et l\’action. C\’est le moment de donner dans la foulée le coup de marteau par un rappel moral absolu. Et ne pas en démordre sinon c\’est l\’autre qui remord. La revendication défensive doit impérativement être la plus disproportionnée possible et ne laisser aucune ouverture ultérieure dans aucun domaine, ce qui passerait pour une preuve de faiblesse intellectuelle et irriterait le lézard en quête d\’un meneur aussi totalitaire que la sincérité est une approche totale d\’un absolu de Vérité : si payer cent shekels leur semble trop cher, baissez alors à mille. Voilà qui aide les transactions avec cette engeance. Car mille klipot rendent ces esprits incapables de réciprocité, leur conscience ne vous parlera jamais : on ne suicide pas une montagne de masques – on préfère sacrifier la Vérité ou la Vie. Celui qui abuse manifestement et fièrement en représailles contre ces parasites gagne leur admiration inconditionnelle par-delà la mort ; celui qui leur témoigne un grain de respect, même simplement formel, en salaire d\’un mérite (de pattes de cochons, attention), se fait avoir comme Sarah ! Et c\’est la violence… Tandis que celui qui ne leur accorde AUCUNE concession acquiert un tel prestige dans leurs esprits déviés qu\’il est rageant de ne pas avoir commencé par cela, une fois qu\’on s\’aperçoit du truc. On peut vérifier l\’expérience avec la bande de naza. A savoir aussi que, dès qu\’un est démasqué, les autres s\’en méfient, le jugeant compromettant par imprudence. L\’effet de meute se retourne contre l\’attrappé – ce phénomène se produit pour le meilleur comme pour le pire, c\’est-à-dire quel que soit l\’identité de celui qui est en état de faiblesse. Et même si une victoire sur le mal divise le camp de celui-ci, les alliés qui en émanent sont temporaires et chercheront à fomenter afin de générer une position de domination à leur bénéfice. La pire des jalousies caractéristique de ces gens parmi toute leur panoplie de poisons, n\’a d\’autre objet que votre liberté. Aussi, jusqu\’au moindre sourcillement parmi vous est forcément scruté. Evidemment que face à cette distortion, la seule réplique est la démesure ! C\’est la seule chose qui passe pour un gage de paix, ces gens étant finalement de grands peureux en mal d\’un protecteur : n\’ayant pas le lien au Ciel, ils le cherchent désespérément sur terre au travers d\’un type humain qu\’on ne peut identifier qu\’en les provocant tous – ce qu\’ils font. Leur seul message est de chercher par tous les moyens à prouver qu\’ils ne connaissent pas la peur : c\’est obsessionnel chez ce culte du plus obtus. La peur est leur fardeau, leur bannière et leur arme contre le libre-arbitre, et bientôt le carburant de leur auto-destruction. On pend qui voulait nous (faire) pendre, on efface qui voudrait nous effacer, du moment que la liberté d\’être en dépend : la simple pensée de mettre ou pas des gants est alors la certitude d\’y passer instantanément. Si quiconque tombe pourtant dans le panneau après avoir intégré ceci, ce ne peut être dû qu\’au caractère semi-subconscient (donc discret) des intentions de ces humains : en effet ils sont souvent persuadés d\’être nourris de bonnes intentions envers leur victime, or il est plus sain d\’avoir un ennemi déclaré qu\’un ennemi qui se croit votre ami. Ou aussi ils se sentent habituellement menacés par l\’humanité (le groupe humanité), qu\’ils identifient tantôt à la même menace qu\’ils constituent déjà eux-mêmes, tantôt à une différence qui leur est incompréhensible et qu\’ils confondent avec une ruse alarmante : la QUALITE d\’Humanité (jusqu\’à recevoir un cadeau comme on reçoit une insulte ou une malédiction). D\’où une tendance agressive chez eux qu\’ils vivent comme une auto-défense si permanente qu\’elle n\’affiche aucun symptome la plupart du temps ! C\’est la normalité apparente, des nuées de messieurs tout-le-monde et pas seulement des barbares hurlant en tenue de combat… Méfiance , et bien penser à briser les chaînes du harcèlement et de la maltraitance, car ces deux défaillances sociales entraînent à tous leurs échelons des générations maléfiques contaminées qui reprennent le flambeau de leurs contaminateurs afin de terminer le travail sur ceux qui ont gardé leurs forces de pureté – or transiger sur la liberté de ceux qui ne transgressent pas c\’est s\’exposer aux châtiments léthaux du veau d\’or et s\’impliquer, soi et son histoire, dans une acceptation de l\’incongruité morale. Malgré les apparences les plus amicales, une forte proportion d\’humains n\’a qu\’un but immédiat : pousser dans un premier temps et dès la première occasion tout naïf, jusqu\’à leur propre ami, à accepter de laisser ses aïeux se faire violer juste trente secondes. Clef tournée, loup entré. Les aïeux, et leur éthique, leurs règles ou même simplement leurs préférences et habitudes : ce qui nous a été transmis est sacré, hors de prix, hors de commerce. Que peut-il se passer lorsqu\’on accepte d\’être considéré comme une machine à se taire, et que cette prétendue machine fonctionne mal ? Son interlocuteur serpent donne des coups sur la machine. Et de se laisser considérer comme une machine à aider ? L\’aidé nahashique exige toujours plus en masquant ses requêtes sous la politesse du sourire ou le discours de l\’honnêteté. La bonne nouvelle, c\’est de savoir qu\’on a acquis la conscience de ce problème presqu\’omniprésent d\’une Humanité qui génère une inhumanité déguisée, laquelle par définition est appelée à se glisser entre les mailles du filet et survivre éventuellement sur de longues périodes… Et puis en face de cela, il y a les amis sincères, avec lesquels il y a si souvent des intuitions synchrones – et avec les peuples alliés, tellement d\’événement qui tombent pour le mieux ! Reconnaissez ces gens qui ne vous feront rien miroiter et vous offrirons concrètement moyennant tout service – que vous acceptiez l\’offre ou que vous choisissiez d\’agir pour Hashem. Enfin l\’Humanité ne peut être que bonne, puisqu\’elle a la capacité d\’engendrer, à côté certes, des malencontreux dépravés Homo Luciensis, aussi parfois de véritables humains dont les seuls traits prévisibles sont inscrits dans la plus haute morale. Soutenez ces gens dès que vous en trouvez ! Car dès qu\’une connaissance ne vous demande rien alors qu\’il le pourrait, des resquilleurs chercheront à l\’envahir comme largement décrit plus haut – et si vous avez compris cela, alors vous êtes sans doute du même clan que ce groupe exilé mais sauf dans son identité, et menacé à ses divers niveaux d\’existence. Quelles que soient les opinions argumentaires des uns ou des autres sur un monde dirigé par un Seigneur, de toutes façon ce groupe de vraies bonnes manières a la discrétion et le jugement moral de ceux qui ressentent l\’Unicité dans leur for intérieur et en appliquent les directives implicites dans toutes leurs actions de partage : ni trop, ni trop peu. Ce fil d\’or abrahamique est la vraie conscience humaine du monde, qui pense, évalue et agit au travers du défilé historique, exactement comme le ferait une personne de très grandes dimensions et de mouvement par conséquent très majestueux et progressif : c\’est une indication de plus que le germe de Délivrance est compris presque d\’avance dans le Vav, seul le dépassement d\’un seuil provoque soudain quelque surprise. Cette période progressive de mélange fusionnel, évolutif, contraste avec les ères d\’initiation des premières lettres, qui cassent l\’absence d\’un processus plus qu\’elles n\’harmonisent celui-ci. Aussi, quand il existe un méchant à notre époque, il existe par définition son inverse quelque part, parfois plus près qu\’on ne le croit : or le bon grandit tandis que le méchant chute. Ce mouvement est irréversible dans sa globalité, tandis qu\’un changement individuel de statut est possible mais jusqu\’à un certain seuil de l\’Histoire. Si un homme s\’accroche trop tard au câble lancé depuis le paquebot, il devra redoubler ses efforts pour gravir la paroi de la coque et s\’y blessera évidemment. Il faut se hâter tant que la nef est à quai. Petite expérience : prenons une casserole d\’eau froide et portons-la à ébullition : l\’eau commence par frémir, on voit l\’ébullition arriver et le tout dure assez longtemps pour qu\’on puisse agir sur les différents éléments, objets ou événements. Maintenant, prenons la même casserole : à mesure que l\’eau chauffe, tournons-la afin qu\’elle forme un tourbillon. Le mal tourne ainsi les choses et voile ce qui se prépare. Au bout de nombreuses minutes, la fatigue et l\’habitude aidant, on a tendance à vouloir vérifier ce qui se passe, d\’autant plus qu\’une élégante brume point à la surface et au-dessus des eaux. On relâche alors l\’effort et l\’ébullition se déclare soudain avec vigueur et assurance, et de larges bulles bondissent (éventuellement peu nombreuses mais centrées), projetant de grosses gouttes brûlantes. Ainsi le mal devra reculer et sera banni : plus il attend avant de vérifier si le feu a été transmis (via le solide à l\’eau, dévoilant son air), plus son ban sera énorme Amen . . . note : il y a répétition de Hét, et il y a répétition de l\’air : l\’air nourrit le feu, mais il en résulte un air fait d\’eau. L\’espace Hé alloué au Yod est donc bel et bien à enrichir via un processus Vav. Le processus étant une séparation entre la vapeur potentielle (eau) et la réelle (buée), le Vav est un processus de sélection. Or pour séparer un mélange finement granulé, on imprime des mouvements à l\’ensemble afin d\’extrémiser les différences. Or Adonai aime les moyennes car c\’est le seul cap qui évite le recours à l\’irréversible et prolonge les ères de libre choix
    . . . § § § . . .
    L\’éminence grise est d\’abord (chronologiquement à chaque nouvelle réapparition) la tendance de masse à vouloir vivre avec les mains sur les yeux (c\’est-à-dire pour les plaisirs du monde). Nos habitudes à tous conditionnent l\’apparition de cette demande : à nous tous de refuser d\’en être clients. Que vienne Israel à apporter sa preuve de validité communautaire par la mitsva d\’habitation en Eretz Israel, et c\’en est instantanément fini de cette hypocrisie. Par conséquent, toute activité juive un peu trop prometteuse inquièté : or tout sentiment de masse est synonyme de clientèle ou de niche politique. Une place idéologique étant libre, le premier vicelard opportuniste venu s\’emparera du discours attendu par les gÔgòs, revêtant le scaphandre d\’invisibilité typique de ce démon : c\’est le moustachu se sachant assassin, qui ordonne que nulle trace humaine ne soit laissée de ses victimes, ou le yop label \ »soutien équitable à la révolution palestâne\ » ! Il fera appel à ses protzatuées et ses Lucie, toutes machines à lashon hara, s\’en mettra plein les poches, et convertira chacun à un fanatisme qu\’il ne partage pas (sauf épouvantable exception) – puisque les idiots croient défendre leur liberté alors même qu\’il n\’a pour but que de les en priver ! Or tout imposteur peut se voir tourné en ridicule, flashé en flagrant délit – il suffit de le mettre en confiance en lui laissant croire à une victoire, et en laissant s\’endurcir son coeur. Il finit toujours par commettre une erreur fatale car, à sa logique tronquée, vient s\’ajouter la précipitation – ce qui le rend inattentif dans son anticipation. Il se retrouve finalement désemparé publiquement. Napoléon voulait donner au citoyen Juif, tout, à la Nation Juive, rien. Il s\’est fait rouler royalement en Russie : c\’est la roulette ruse. L\’infortune d\’un leader est parfois regrettable du point de vue humain : par exemple on aurait aimé que l\’aura du chef des nazi ait glué plus fortement au neurone de ses adeptes afin qu\’ils le suivent tous dans les voies du suicide. Pour \ »effacer le nom de\ » cette éminence qui souffle de mauvaises idées aux têtes \ »dirigeantes\ » (…), il s\’agit certes de faire ce qu\’elle ne veut surtout pas : être plusieurs Juifs organisés habitant Israel – même s\’il n\’y a pas de prééminence juive là, c\’est déjà un effacement, comme l\’atteste le vilain projet de destruction imaginé contre le Yichouv ! Le mal est un esclavagiste révisionniste, un système à seulement 6 dimensions qui n\’a d\’autre vocation que de se nourrir lui-même – sa pire émanation étant la quatrième bête de Daniel, qui ne nourrit qu\’elle-même et consomme en plus de l\’énergie à détruire gratuitement ce qui échappe à sa pyramide nutritive – on parle de \ »chaînes\ » alimentaires. L\’aliment étant la conscience humaine pour des raisons sûrement très métaphysiques… (car il n\’y a plus vol physique mais cannibalisme énergétique quasi rituel, volonté d\’absorber, klippatiser et remplacer !). Deux méthodes donc : les cailloux (gros événements répétés pour casser les dents de ce mal) ou le poison (un anténahash, une organisation qui joue une attitude sans connexion avec son plan réel et pousse le mal à l\’erreur). Vient alors Pourim avec fou-rire
    . . . § § § . . .
    La descente des générations le long de l\’image d\’un corps humain permet de comprendre au travers des géométries traversées le scénario dans ses fidèles proportions. Celui qui se tient dans la direction droite avait vu dernièrement deux grands pans d\’un seul et même empire plus ancien, s\’effilocher, puis renaître. Il verra dans la largeur des talons une certaine extrémisation mais sera peu éclaboussé. Celui qui se tient sur le côté – et il serait intéressant de comparer les réactions symétriques et opposées de chacun entre Ishmael et esav – a vu en avant une seule des deux tendances de ces deux demi empires, se réduire d\’abord, renaître ensuite, puis presque disparaître. Durant toute cette période, un filigrane menaçant (le membre opposé, du moins ce qui en dépasse), reflétait une méfiance réciproque basée sur le rejet et la méconnaissance : Cain et Abel. Alors soudain l\’étendue asymétrique du pied provoque chez le partisan une probabilité d\’extrémisation totalement asymétrique. Or là justement cette répartition asymétrique dans un bloc humain répond symétriquement à une opposition inverse dans le bloc opposé. A ces blocs il faudra une huile à partir de la Délivrance
    . . . § § § . . .
    On dira \ »le seul moyen de rendre beau le monde, c\’est l\’art\ ». Il n\’y a rien de plus vrai : le seul moyen de rendre beau le monde est de garantir un monde où nul ne manque de temps ni de moyens pour pouvoir se consacrer à son art. Si on rend dures les places et impitoyable le monde, la concurrence devient règle et l\’agression en est le fondement, le ferment et l\’explosion. Souvenons-nous qu\’un certain malade avait tenté un concours de peinture, obligeant l\’esprit humain à s\’intéresser à sonder le coeur de la matière – et si ce n\’était pas une klipa de vouloir cacher un apport sous couvert de conception d\’armes, alors qu\’est-ce que c\’était ?