Paracha Matot-la femme est le Messie- 2 Juillet 2013

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : Nous lisons, ce Shabbat, les deux dernières parachiot du livre de Bamidbar, et de la vie du peuple dans le désert. On remarquera que le titre donne son identité à une paracha ou à un livre ; de plus, ce qui termine un livre est, en principe, lié à ce titre. Pourtant le titre \ »Bamidbar\ » signifie \ »dans le désert\ » et, paradoxalement, tout le sujet de cette fin de livre concerne l’entrée en Eretz Israël, et la préparation à la conquête et à l’installation du peuple sur sa Terre ! On notera, aussi, qu’aucun des noms des livres de la Torah n’évoque la Terre, bien qu’elle soit le sujet fondamental et le projet de toute la Torah ; la première parole adressée à Avraham, puis aussi aux pères, est la promesse de la Terre ; c’est aussi le but donné à Moshé \ »pour les amener vers la Terre où coulent le lait et le miel.\ »

Elle est le sujet dont il est parlé le plus et, pourtant, aucun titre de livre de la Torah n’y fait allusion. Cela nous signifie que beaucoup de générations n’y entreraient jamais et que la plus grande partie de notre histoire se passerait à l’extérieur. Il est remarquable que le nom utilisé par les prophètes pour désigner l’exil est…. \ »le désert des peuples\ » ! L’exil est donc un endroit où il est impossible de prospérer et de réussir sa vie, en tant que Juif. On peut seulement y être de passage, de façon provisoire.

Il est extraordinaire de voir que, malgré ces longs temps d’exil répétés, nous sommes restés viscéralement attachés à notre Terre ; nous n’avons jamais perdu l’espoir d’y revenir. Et nous y sommes revenus ! Si ce n’était que de nous-mêmes, nous l’aurions oubliée depuis longtemps, comme le font les autres peuples. Mais cela ne vient pas de nous : le Maître du monde l’a promise à nos pères, et Lui-même fit en sorte que nous ne l’oubliions pas, et que tout notre être vibre pour y revenir ! Lui-même réalisa cela.

Nous savons que l’identité juive nous est donnée par la mère. Une deuxième chose passe par la dimension féminine, c’est l’amour de la Terre d’Israël. C’est ce que nous ont montré les dernières parachiot : les femmes n’ont pas accepté le compte-rendu négatif des Explorateurs, et n’ont pas pleuré avec eux, car elles aimaient trop la Terre d’Israël. C’est pourquoi, dit Rashi, toutes les femmes sorties d’Egypte sont entrées en Eretz. Il explique que la nature, l’essence féminine, est d’être attaché à cette Terre. La femme juive est créée pour que cette fibre de l’amour d’Israël soit toujours éveillée en elle. C’est ce que l’on voit, d’une façon extraordinaire, avec les filles de Tslofhad : elles avaient la certitude d’avoir une part dans la Terre, ce que même Moshé n’avait pas vu. La femme transmet l’identité juive et l’amour de la Terre, ce qui montre que les deux sont inséparables : on ne peut être un Juif accompli qu’en Eretz Israël.

Un autre point de cette paracha est remarquable, car tout à fait irrationnel : le peuple n’est pas encore entré sur sa Terre mais Hachem, par Moshé, lui donne déjà tout le tracé de ses frontières ! On n’a jamais vu, dans l’histoire, un peuple conquérir une terre et se limiter par avance en décidant qu’il n’en aura ni moins, ni plus ! C’est la preuve incontournable de la divinité de la Torah, car aucun homme n’aurait pu imaginer cela, et aucun peuple ne l’aurait accepté ! C’est qu’il ne s’agit pas d’un territoire national, mais DIVIN ; le lieu d’une connexion qui ne peut exister à aucun autre endroit ! Quand Il créa le monde, Hachem décida que LA CONNEXION AVEC LUI SE FERAIT A CET ENDROIT ! C’est le secret de la Terre d’Israël, qui se cache dans cette paracha.

Mais pourquoi les tribus de Réuven et Gad demandèrent-elles à rester en dehors des frontières données par Hachem ? Comment Moshé accepta-t-il et Hachem ne dit-Il rien ? La réponse est dans le fait que Moshé leur ajouta la demi-tribu de Ménashé car elle symbolise l’amour de la Terre. Le fait qu’elle soit coupée en deux était aussi le garant que la demi-tribu ne laisserait jamais oublier leur appartenance à Israël.

Yossef était le plus attaché à la Terre, et il transmit cet amour à ses descendants. Mais pourquoi est-il parlé ici de Ménashé, et non d’Ephraïm que Yaakov fit passer devant son frère ? Yaakov mit sa main gauche sur Ménashé. Or, dans la symbolique des secrets de la Torah, la gauche fait allusion à la dimension féminine et au matériel, à la terre ; la droite évoque le masculin, le spirituel, le ciel. La Terre est liée à la dimension féminine, et la femme juive a la force d’être connectée à Hachem, même en plein cœur de son engagement dans la matérialité.

Les Explorateurs étaient l’élite spirituelle d’Israël. Mais, lorsqu’il fallut entrer en Eretz, ils se rendirent compte qu’ils ne pourraient à la fois conquérir la Terre, puis la mettre en valeur, tout en étant connectés. Car la dimension masculine ne peut vivre à la fois une vie spirituelle authentique et un engagement dans la vie terrestre.

En mettant sa main gauche sur Ménashé, Yaakov lui montra que brille en lui la dimension féminine, qui est tout le Projet divin : être plongé dans ce monde, au cœur des problèmes de cette existence, tout en étant connecté à Hachem. Le monde souffre d’être séparé en deux pôles, religieux et laïcs ; les uns ont peur du monde, et les autres ont peur de D. Le salut de l’humanité dépend de l’homme qui aura le courage de révéler en lui la dimension féminine, de la connexion à Hachem, tout en étant totalement impliqué dans la matérialité.

Enfin, pourquoi Réuven et Gad se sont-elles installées de l’autre côté du Jourdain ? Il s’agit de trois des dix terres promises par Hachem à Avraham dans la paracha Lech Lecha. Nous avons déjà sept de ces terres. Les trois dernières nous seront données, dans les temps messianiques. Or, tout ce qui existera à la perfection à la Délivrance figure déjà dans la Torah. Il fallait donc que les tribus s’installent déjà, en partie, sur ces trois terres.

La Terre d’Israël nous est donnée en deux étapes qui incarnent les dimensions masculine (la rive ouest, que nous avons) et féminine (la rive est, que nous aurons ; c’est pourquoi Moshé y installa la demi-tribu de Ménashé qui incarne la dimension féminine). Pour l’instant, il y a encore dualité, séparation entre matériel et spirituel, masculin et féminin… C’est pourquoi nous n’avons qu’une partie de notre Terre. Mais, lorsque nous saurons être, à la fois totalement impliqués dans cette vie et attachés à Hachem, nous pourrons recevoir ces trois terres qui nous ont été promises.

(2638)

About The Author
-

  • mimouni

    \ »Le sceptre ne disparaitra pas de Judah, ni l\’autorite de sa descendance jusqu\’a l\’avenement de Chiloh, a qui obeiront tous les peuples.\ » Vay\’hi. 49:10. Y-ACHIR DIDIER. LION DE JUDAH.

  • mimouni

    \ »Alors YHVH , ton Dieu, ramenera les captifs et aura pitie de toi, Il se remettra a te rassembler de chez tous les peuples oû t\’aura disperse YHVH, ton Dieu.\ » AMEN. Y-ACHIR DIDIER. LIUON DE JUDAH.

  • roidesgwader

    viva yeschoua hamachiach\’ le fils mâle du Dieu d\’israel, c\’est lui l\’avenir des vraies juif , qui seront une épine aux flanc du grand dictateur satanique qui vient et règnera pour le malheur de l\’humanité encore présente sur la terre quand les chrétiens auront tous étés enlevés lors de la parousie! soyez bénis mes soeurs filles d\’abraham \ » el saday agadol \ » bons baisers du paradis : yeschoua est le chemin de la vie éternelle !

  • MartineDespretz

    Si vous le permettez Rav, on peut dire aussi en partant d\’un autre cours de la semaine que Jésus-Yeshou n\’était pas le fils du MA(pourquoi) ni du L(lamed=étudier). En tous les cas, les rédacteurs du NT n\’ont pas jugé important de le dire ou plutôt cela dérangeait sûrement leur propre version.

  • kiki

    Yédidi,
    Voila pourquoi le seul fils de Yaacov à avoir la valeur numérique de tsion est Yossef.
    Voila pourquoi il fallait une femme (Rivka) qui donnera à son fils Yaacov les vêtements de Essav et l\’enverra dans la plus grande toumm\’a:Lavan.
    Voila pourquoi à la fin des temps les peuples se réuniront dans un soucca (Pélerin, temporaire materiel)mais avec la peau du Léviatan (permanent, eternel)
    Les 7 terres aujourd\’hui car elles correspondent à la structure du monde créé et les trois autres correspondent à la sagesse (Hokhma bina daat) pour manœuvrer ici bas.
    Enn milim léhodot lakh que nous atteidront léhatid lavo,BH
    Rav LEVY (Montréal)