Notre Devoir d’exercer notre Droit au Retour sur notre Terre – Béhar 1 – Cours Vidéo Torah Judaïsme- 3 Mai 2010

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Avec courage, car il en faut, le Rav Dynovisz affirme haut et fort que la dimension morale de la Torah est la religion de l’exil mais l’attachement et le retour à la terre est le langage de la délivrance. Nous pourrions conclure comme suit : ‘ Celui qui veut comprendre comprendra !’. Mais nous vous rassurons, le Rav ne va pas se contenter d’exprimer cette vérité, il va aussi la détailler, n’en déplaise à certains qui avaient choisi un certain confort. Il nous présente la liberté comme emblème de la loi du retour et explique que finalement, la pire chose que puissent nous faire les nations est de nous laisser tranquille.
De nouveau, le Rav explique les notions qui ont présidés à la Création des mondes, à savoir la dimension linéaire et la dimension circulaire, la force qui éloigne et la force qui rapproche. Et le Rav de conclure que ce n’est pas tant l’accomplissement des Mitsvots qui est porteur du salut du monde et de la délivrance mais le retour préalable et obligatoire sur notre Terre, Israël. Encore un début de semaine qui promet !

(1879)

About The Author
-

  • Zuhurbelea

    Shalom ! c\’est incroyable et bizarre à la fois, je viens de réaliser un truc marrant, vous allez voir : les Basques. Qui ont conservé la langue, la pêche (physique et méthodique)… Dont cette langue affiche de simples inversions ou échanges phonétiques (comme chez les amér\ »indiens\ ») par rapport à une autre plus répandue et ancienne, de l\’invasive Bavel. Pour chaque objet, ils ont un nom de pierre : à feu, à aplatir, à ouvrir, etc. Ils occupent une terre. Qui a une mer à son ouest. Ils avaient une bande de plage à leur sud-ouest et l\’ont conquise tard dans leur histoire 🙂 qui se nomme Gipuçkoa : le Gipuçko. \ »de Gipuç\ » ? J\’abuse, hein ! Lequel conquis a adopté la langue, jusqu\’à en être devenu l\’un des pôles majeurs. Ah, oui ! mais ils ne prononcent pas le Hé 🙂 . Donc l\’ouest : empressé, appétisé, tout tout-de-suite, voulant avancer l\’avènement messianique en livrant le combat ultime. Forcément appelé à la religion de Essav… appelé à tomber dans le panneau. Un jour il faudra faire face à une réforme linguistique : l\’atypicité basque est hélas matchiste dans son humeur, et injuste dans sa langue et donc son idée puisque la grossièreté de l\’antisémitisme l\’a marquée : le moustachien paiera pour Gernika – mais alors Adonai a commencé d\’avertir sur le poison de ce mal du coeur en les dégoûtant des guerres globales (même si le sabotage de rue et la menace sur individus et institutions se poursuit – je peux témoigner qu\’il y a faute de l\’état Parsisien, chantage et pression sur les citoyens au travers d\’abus administratifs et lucratifs récurrents, qui s\’appuient sur des prétextes de répression des régulières actions terroristes, que l\’énorme majorité des gens condamnent ! et donc on finit par en conclure qu\’il y a accord tacite et financier direct ou non entre les états de l\’Espine et de de l\’Offance… et les terroriseux). Les situations de cette envergure sont compliquées, et la fabrication de mozaïques de peuples par des guerriers avides fils de esav est forcément un dressage destiné à permettre un élevage, d\’humains laborieux. Les basques sont forts et patients, leur sincérité provoque la haine des conquérants. Leur patience et leur entêtement n\’ont pas suffi. Et les Celtes, têtes dures ! Non plus ! S\’il y a peuple plus solide, respect