Création du monde 8 – 6ème Jour– Berechit 6 – La Grande Révélation sur l’Image de D.ieu – 15 sept 2009 -No 9 P-

Télécharger Vidéo Télécharger Audio A ce stade du récit de la Création, si vous avez suivi la série depuis son début, ce que nous vous recommandons, vous vous sentez bluffés. Il est possible que certains se disent : bon, on commence un peu à connaitre le rav mais que va-t-il nous apprendre encore de tellement spectaculaire ? Pas grande chose sinon tout ce que vous aviez déjà appris avant devra être quelque peu révisé, preuve à l´appui bien sur. Et bien sur, comme d´habitude satisfait ou remboursé!
Nous allons mettre en évidence ici combien les traductions s´écartent souvent du sens profond et réel du verset et ferment l´accès à la compréhension véritable du message divin.
Verset 1-26 וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, נַעֲשֶׂה אָדָם בְּצַלְמֵנוּ כִּדְמוּתֵנוּ; וְיִרְדּוּ בִדְגַת הַיָּם וּבְעוֹף הַשָּׁמַיִם, וּבַבְּהֵמָה וּבְכָל-הָאָרֶץ, וּבְכָל-הָרֶמֶשׂ, הָרֹמֵשׂ עַל-הָאָרֶץ.
La traduction officielle traduit ainsi : D.ieu dit: \ »Faisons l´homme à notre image, à notre ressemblance, et qu´il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail; enfin sur toute la terre, et sur tous les êtres qui s´y meuvent.\ »
Verset 1-27וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם בְּצַלְמו ֹבְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ: זָכָר וּנְקֵבָה, בָּרָא אֹתָם.
D.ieu créa l´homme à son image; c´est à l´image de D.ieu qu´il le créa. Masculin et féminin furent créés à la fois.
Nous voyons qu’il est d’abord dit : , נַעֲשֶׂה אָדָם Naassé Adam – faisons l’homme,
Ensuite il est dit : וַיִּבְרָא אֱלֹהִים, Vayivra Elokim – Elokim créa.
Comme nous l’avons vu depuis le début de l’étude, il y a une utilisation des formes Assia et ensuite Bria, pour designer apparemment la même création de l´homme.
Mais nous avons déjà donné la véritable clef de lecture : l´utilisation de verbes différents prouve qu´il s´agit en fait de deux créations de l´homme, l´une dans le monde de la Bria, monde spirituel, non matériel et l´autre dans notre monde matériel et physique, Assia.
Remarquons aussi que pour l´homme crée dans le monde de Assia (verset 26) il est dit : בְּצַלְמֵנוּ כִּדְמוּתֵנוּ, – bétsalmenou kidmoutenou – à notre image, à notre ressemblance. Alors que pour la création dans le monde de la Bria il est seulement dit : בְּצַלְמו – betsalmo – à son image et כִּדְמוּתֵנו – kidmoutenou a disparu.
Remarquons une autre difficulté dans le verset 27.
Ce verset commence et dit : Adam est créé avec le Tselem – l’image, puis le verset termine par : zakhar vé nekeva – masculin et féminin ils furent créés. Il semble donc exister un lien entre le Tselem et les dimensions masculines et féminines. LEQUEL ?

Reprenons la traduction classique dans le verset 26 et mettons en évidence quelques erreurs :
נַעֲשֶׂה אָדָם בְּצַלְמֵנוּ כִּדְמוּתֵנוּ Faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance
En vérité il n’est pas dit «et à notre ressemblance» qui s’écrit en hébreu :
ודְמוּתֵנוּ – Védmouthénou.Mais il est écrit כִּדְמוּתֵנוּ – kidemouténou.
En hébreu on dit Vé pour dire ET et KI pour dire COMME.
Donc la phrase devient : faisons l’homme – comme …..la ressemblance de quelque chose.
Le verset suggère que l´homme n´est pas fait «à la ressemblance» (comme dans toutes les traductions) mais plutôt «comme quelque chose d´autre qui aurait servit de modèle». Rachi dit : « sur le modèle fait pour lui ».
De plus, une autre erreur significative déforme le sens véritable du verset :
בְּצַלְמֵנוּ – Betsalmenou ne signifie pas « à notre image » mais « avec notre image ».
Le Beth signifie AVEC.
La seul traduction possible de ce verset devient : faisons l’homme avec le Tselem– l’image de D. – et qu’il ressemble à ce Tselem – à cette image de D..
L’homme est donc fait avec L’image de D. et il ressemble à cette image. Mais attention, être fait avec l’image ne signifie pas qu’il est fait à l’image !
La différence de lecture est fondamentale :
L´homme n´est pas à l´image mais fait avec l´image.
Ce qui suppose que D. a créé au préalable une IMAGE qui n´est pas LUI, mais seulement À LUI (comme la maison d´un homme n´est pas l´homme ou l´outil de l´artisan n´est pas l´artisan, de même D. s´est doté d´un outil qu´Il appelle IMAGE et c´est avec cet outil- IMAGE qu´Il a créé l´homme).
Mais attention: L’image de D. – n’est pas D., seulement l´outil qu´Il utilise pour créer l´homme, à la différence de toutes les autres créatures pour lesquelles Il n´a pas utilisé cet outil particulier appelé IMAGE !
Avant même la création de l´homme, D. a d´abord créé cette IMAGE, avec laquelle Il créa plus tard l´homme.
Il y a donc 3 choses :
• Il y a D.,
• il y a une image construite,
• et il y a l’homme qui ressemble à cette image.

Cette lecture nouvelle, et pourtant très ancienne puisqu´elle ne fait que rendre justice au texte biblique, nous permet d´éviter le piège et le danger de la « religion de la ressemblance ».
La tentation de faire \ »ressembler l´homme à D.\ » au point de les assimiler et d´inventer le principe de \ »l´homme-dieu\ », est l´un des pièges les plus répandus des fausses religions.
La traduction \ »l´homme à l´image de D.\ » est malheureusement devenu la traduction universelle et incontestée.
Mais il est possible d´affirmer que notre civilisation se fonde depuis des siècles sur une dramatique erreur de lecture et de traduction de l´Écriture.
Nous avions remarqué que le verset 26 parle de צֶלֶם – Tselem – Image et de דְמוּתֵ – Dmout – ressemblance, alors que le verset 27 ne parle plus que du צֶלֶם – Tselem – Image.
Nous avions remarqué aussi que, dans le verset 26, l´homme est créé selon le principe d’Assia (création dans notre monde matériel) alors que, dans le verset 27, sa création est au niveau de la Bria (création dans un monde spirituel).
Nous avons à présent toutes les clefs nous permettant une bonne lecture et une vraie compréhension.
Le verset 26 parle effectivement de la création de l´homme dans ce monde et il est dit : Il fut créé de manière à ressembler à l´Image conçue par D. (comme nous l´avons expliqué, Tselem Elokim ne signifie pas l´Image de D. mais, l´Image appartenant a D.)
Cependant le verset 27 ne parle pas de la création de l´homme physique dans ce monde – Assia –, mais de sa dimension spirituelle dans le monde supérieur et spirituel – Bria. Et cette dimension spirituelle créée dans le monde de la Bria n´est autre que le Tselem lui-même !
D. a donc créé en priorité l´Image spirituelle de l´homme dans le monde de Bria, puis Il a créé l´homme physique dans notre monde selon cette Image c´est-à-dire selon le principe de la ressemblance.
On comprend donc pourquoi le verset 27 qui se situe au niveau de la création spirituelle de l´homme ne parle que du צֶלֶם – Tselem – Image car en fait, c´est précisément de la création du צֶלֶם – Tselem – Image qu´il est à présent question.
La Torah nous révèle précisément dans ce verset ce qu´est le צֶלֶם – Tselem – Image – et de quoi il se compose : zakhar vé nekeva – masculin et féminin ils furent créés.
L´image n´est pas celle de D. mais celle du zakhar vé nekeva – masculin et féminin !!
L´homme a été créé avec « la ressemblance à l´Image » et cette image a été créée avec les deux principes, zakhar vé nekeva – masculins et féminins!
Qui est Elokim ?
Autre précision importante sur le mot Elokim que nous traduisons généralement par D.ieu alors qu’il s’agit de « D.ieu dans sa fonction de Créateur », bien qu’ayant d’autres fonctions, comme celle de juge, ou celle de guerrier, de bonté, d’amour, de vérité, de clémence, etc…
Le nom Elokim ne signifie donc pas D. dans son intégralité, mais seulement une des fonctions de D.
Celui qui lit la Torah en hébreu s´aperçoit qu´elle utilise fréquemment différents noms pour parler, apparemment, du même D.!
Il est donc clair que ces différents noms désignent les fonctions et les manières d´agir de D. dans Son monde.
Rachi traduit Elokim par Baal ha kokhot koulam – le Maître de toutes les énergies créatrices.
Il est donc capital de remarquer qu´il n´est jamais dit «Image de D.» dans toute la Torah, mais «Image d’Elokim», et la nuance est fondamentale !
C´est-à-dire que cette Image, qui est en fait la dimension spirituelle de l´homme, est inspirée par D. en tant que Créateur.
C´est donc la dimension créatrice qui est à la fois « masculine et féminine »
Comment savons-nous que l’image du Créateur est une image masculine et féminine ?
Parce que tout ce que le Créateur a créé, correspond au principe de masculin et féminin. Comme nous l’avons vu avec le premier verset : Berechit bara Elokim et Hachamaïm ve et Haaretz. – au début le Créateur créa le ciel – masculin, qui envoie son Eau, – et la Terre – féminine, qui reçoit son eau et qui donne ses fruits qui sont ses enfants – (la mère patrie).
Et tout dans la Création apparaît selon ce double modèle, masculin et féminin CIEL – TERRE ; LUMIERE – OBSCURITE ; JOUR – NUIT ; HOMME – FEMME.
La Création toute entière est donc selon «l´Image du Créateur», c´est-à-dire, selon le principe de l´union des dimensions masculines et féminines.

Mais la raison pour laquelle, seul Adam est appelé «avec l´Image», c´est parce qu’en lui, dans un seul être et une seule créature, se réunissent ces deux principes, alors que tous les autres aspects de la création sont soit masculin – le ciel – soit féminin – la terre.

Nous comprenons aussi, qu´au regard du Judaïsme, seul un homme marié s´appelle véritablement un Adam et il est donc évident aussi que seul un homme marié peut prétendre être un «serviteur de D.»
Nous comprenons aussi la place prépondérante de la femme et épouse dans le Judaïsme puisque c´est elle qui fait de l´homme, l´être qui couronne et parachève la création toute entière. Mais plus encore, étant active et indispensable dans cette construction de l´homme, elle devient la « couronne de son mari » et la source unique et véritable de sa réalisation.
Elokim a d’abord fait le Tselem. Comme un architecte qui fait un plan pour une construction, et qui donne ensuite ce plan à l’entrepreneur pour exécution, et bien évidemment la maison construite n’est pas à l’image de l’architecte mais du plan !
Et pourtant tous les traducteurs ont traduit : la maison est à l’image de l’architecte.
Nous remarquons que dans les deux versets qui parlent de la création de l’homme selon le principe du צֶלֶם – Tselem – Image –, le mot Tselem est répété à trois reprises.
L´homme se compose essentiellement de trois parties :
• Le cerveau
• La parole
• L’acte
Les trois utilisations du mot Tselem font allusion à ces trois parties, mais puisque nous avons expliqué que le Tselem se compose lui-même de deux dimensions, masculine et féminine, chacune des parties qui composent l´homme, a une dimension masculine et féminine.
Il y a donc une « pensée masculine » et une « pensée féminine », une « parole masculine » et une « parole féminine », une « action masculine » et une « action féminine ».
En hébreu, la pensée masculine s´appelle ´Hokhma, la pensée féminine Bina , la parole masculine Dibour, la parole féminine Amira , l´action masculine Bria, l´action féminine Assia.
Il y a donc six dimensions dans l’homme, ‘Hokhma, Dibour, Bina, Amira, Bria, Assia, équivalent aux six jours de la semaine.
Les trois dimensions masculines sont : ‘Hokhma (pensée masculine), Dibour (parole masculine), Bria (action masculine).
La ‘Hokhma – la pensée masculine est la vérité théorique qui ne s’est pas encore confronté à la réalité concrète et terrestre. Aussi, cette forme d’intelligence est encore sans nuance et sans souplesse.
Cette forme de pensée, lorsqu’elle s’exprime seule, peut être dangereuse car elle mène facilement au fanatisme et à l’intolérance.
Le Dibour – la parole masculine, trouve son expression véritable dans les 10 Dibarot – dix commandements (traduction non fidèle au texte qui parle de Dibarot-Paroles et non de Tsivouy–commandement). D. s’y présente comme un Maître absolu qui dicte, impose sa Loi, mais d’une manière très concise (10 paroles qui contiennent 613 commandements !). À nouveau, comme dans la pensée masculine (´Hokhma), la vérité dévoilée est encore au dessus du monde et ne s´habille pas à l´intérieur des nuances et des subtilités de la réalité concrète. C´est d´ailleurs l´une des causes qui entrainera la faute du veau d´or, seulement quarante jours après, car lorsque la vérité s´exprime sous la forme théorique avec de grandes phrases et de grands principes, elle reste au dessus de ce monde et ne peut empêcher l´homme de dévier vers des valeurs plus proches et plus concrètes (le symbole de l´idolâtrie, l´image, la statue que l´on voit et peut toucher)
La Bria – l´action masculine est comme le monde de la Bria, monde encore spirituel et au-dessus du notre. C´est une action qui ne prend pas en compte les détails.
Comme nous le voyons, la dimension masculine a un avantage et un inconvénient. D´un côté elle est capable d´englober au-delà des limites d´un endroit précis et particulier et même au-delà du temps présent et de l´instant. Elle sait prendre de la hauteur, du recul et refuse de se laisser enfermer dans le particulier. Mais d´un autre côté elle reste théorique, abstraite et peut maintenir le monde dans une utopie qui entraîne le fanatisme et l’intolérance.
Les trois dimensions féminines sont Bina (pensée féminine), Amira (parole féminine), Assia (action féminine).
La Bina – la pensée féminine, enseigne à l´homme comment faire correspondre la vérité avec ce monde et ceci bien sûr est impossible sans : d´une part, l´apport de nombreuses nuances à l´absolu représentée par la ´Hokhma, et d´autre part, l´effort que doit faire ce monde pour se hisser et s´élever vers cette vérité néanmoins nuancée, mais qui ne doit ni changer ni se réformer.
L´union entre la vérité et ce monde est ce qu´il y a de plus difficile à réaliser, surtout lorsqu´il s´agit de la Parole divine qui, dans son essence, est bien évidemment totalement au-dessus de ce monde. C´est cette difficulté qui transforme trop souvent les religions en fanatisme car lorsque la Parole divine ne s´adapte pas à ce monde elle le détruit.
Mais d´un autre côté les réformes sans cesse grandissantes de la Parole divine – afin de servir les intérêts étroits de l´homme du moment – transforment cette Parole en véritable mensonge, vide de tout contenu spirituel authentique. La Bina va apprendre à l’homme à faire correspondre le monde à la vérité, c’est le travail le plus difficile, c’est la dimension féminine. C’est le « Comment on y arrive ».
Cette dimension seule aussi ne peut se suffire à elle-même, car elle est trop proche du concret et du détail pour avoir suffisamment d’envolée et arriver à voir de manière globale.
L’Amira, parole féminine, est la capacité de transmettre, d´enseigner et de convaincre sans avoir besoin d´ordonner ou de contraindre. Une telle parole n´est possible que si celui qui cherche à convaincre se met au niveau de celui qui écoute, à la différence de l´ordre donné, qui ne tient compte ni de la compréhension ni de la sensibilité du receveur.
L’Assia – l’action féminine, est le sens du détail, la précision et le respect des limites.
Nous sommes à nouveau en présence d´une qualité et d´un défaut. D´un côté la dimension féminine tient compte de la réalité concrète et s´efforce de l´élever et de l´améliorer, mais de l’autre côté, prisonnière, des détails, des limites et de l´instant présent, elle perd le recul et la hauteur, parfois nécessaires pour ne pas perdre l´idéal et l´espoir.

Le Tselem dont est doté l´homme est donc l´union des deux dimensions, masculin et féminin. C´est pour cette raison que l´homme est la plus parfaite des créatures puisqu´il est le seul à pouvoir réunir les contraires en dévoilant leurs complémentarités. S´attacher à une vérité absolue et immuable (´Hokhma- dimension masculine) et en même temps manifester une tolérance infinie pour les autres et le monde, telle est la mission de l´homme véritable.
Sincèrement, qui avait lu le texte sous cet angle????????

(4315)

About The Author
-

  • Aryeh

    le sepher ha bahir dit
    l eau contient le feu
    H2O l eau est aussi fondamentalement FEU
    when Hydrogene is burnt it produces water…and water contains also hydrogen

    on dit que la Tora est BERITH ESH alliance de feu mais aussi la Tora est l eau.

    pouvez vous developper sur les eaux sexuelles?
    l eau contient la force vitale, l energie de vie, du feu…qui nous porte. y aurait il ici un lien? la chastete? la tsniouth?

    zera le vatala? celui qui perds l eau perds el feu…???

    merci