Les quatre etapes d´une delivrance et le secret du sept, du trois et du onze–30 Janvier 2011-Paracha Bechalah

Télécharger Vidéo Télécharger Audio La sortie de Mitsraim s´etend sur trois Parachiot dans le Torah, pourquoi? Et pourquoi, aussi, le reccit des 10 plaies se fait en deux fois, d´abord sept, puis trois? Et que represente la onzieme plaie, lorsque les egyptiens sont noyes? que signifie etre en exil? Le cerveau, le coeur et ce qui se trouve au dessus d´eux….apprennons a nous liberer.

(4202)

About The Author
-

  • 551976

    MERCI RAV pour ce cours .on pourrait dire ceci?:si je prends vos 4 references de reaction ,c.a.d:la RESIGNATION,LE SUICIDE,LA PRIERE et LA BAGARRE,aux comportements de la SORTIE D\’EGYPTE….pour les nations , on aurait par continent,et pour exemple ,bien -sur: l\’europe et sa resignation (en temps de guerre:le nazisme;en temps de paix!!!:le communisme ;et aujourd\’hui,en temps normal!!!,depasser sa nature,ce mur:pas la bonne sortie d\’egypte,l\’immigration sous toutes ses formes) ,l\’asie et son suicide(en temps de guerre:les kmers rouges,les kamikases ;en temps de paix!!!:la coree du nord ;et aujourd\’hui,en temps normal!!!,depasser sa nature,ce mur,cette muraille:pas le bon rassemblement des differences pour des peuples en sortie d\’egypte ,la religion dans le bon sens du terme ,un fond de liberte) ,l\’amerique et sa priere(en temps de guerre:la raison du plus fort est toujours la meilleure ,demandez aux indiens;en temps de paix!!!:in god ,we trust…à l\’arnaque ;et aujourd\’hui, en temps normal!!!,depasser sa nature:rendre à\ »cet art\ »,ce qui appartient à\ »cet art\ »:pas les bonnes nations aux bons endroits,de l\’alaska à terre neuve ,en passant par hollywood) ,l\’afrique et la bagarre(en temps de guerre:les differentes traites negrieres:africaines,arabo-musulmanes,transatlantiques;en temps de paix!!!:l\’exploitation des matieres premieres ,richesses des dictateurs et de leurs sources ,les empires dictatures,miseres des populations: ;et aujourd\’hui, en temps normal!!!,depasser sa nature:faire la veritable revolution:liberer les femmes de leurs accouchements,les hommes de leurs corruptions patriarcales,une famille liberee,à la grande joie des enfants,premier vivier continental de la planete!!!.merci.

  • suissamoche

    dans une emission de radio une egyptologue dit au journaliste qu il n y a jamais eu d esclavage dans l egypte de pharaon . etonnement du journaliste mais madame c est ecris dans la bible …. legyptologue repond c est que la bible ment. voila ce que c est la mauvaise comprehensionde la bible…

  • NissimParis

    Merci pour ce cours qui encore une fois est une merveille de splendeur ! En étudiant depuis mon iPad quotidiennement avec vous je me rapproche sans cesse d\’Hachem et je solidifie mon émouna sans cesse grandissante.. ! Je remercie Ribono Chel Olam tous les matins pendant la mitsvah des tefilines d\’avoir mis vos cours sur mon chemin.

  • elior

    AVaNTI ! Aleph-vav-noun-tav-youd ; avonotaï. “[Mes péchés] m’ont débordé, je ne puis plus rien voir” (Tehilim 40,13). « Que je m’élève sur les ailes de l’aurore, pour m’établir aux confins des mers, là aussi ta main me guiderait, et ta droite se saisirait de moi. Si je dis : – Que du moins les ténèbres m’enveloppent, que la lumière du jour se change en nuit pour moi ! » (Tehilim 139,10-11) « Mais voici le jeûne que j’aime : c’est de rompre les chaînes de l’injustice, de dénouer les liens de tous les jougs, de renvoyer libres ceux qu’on opprime, de briser enfin leur servitude » « C’est alors que ta lumière poindra comme l’aube, que ta [guérison] sera prompte à éclore. » (Ishayahou 58,6 et 58,8) Yehouda Ben-aRouKHa. Aro’ha ! « Aussi je dis : – Voici, je me présente ! Dans le rouleau du livre se trouve ce qui m’est prescrit. Accomplir ta volonté, mon D.ieu, tel est mon désir ; ta loi a pénétré jusqu’au fond de mes entrailles. » (Tehilim 40,8). “Here I am, here I am, waiting to hold you.” http://www.youtube.com/watch?v=b49YfsjXw5E&feature=related Arie-l.

  • Camouna

    Shalom Rav, je voudrais d\’abord vous remercier,et surtout remercier le Maitre du Monde de vous avoir mis sur mon chemin, pour tout l\’enseignement que vous m\’apportez,(moi qui n\’était qu\’une brebis égarée au milieu de notre peuple), et je voulais savoir si on verra les cours du 1 et 2 Février sur Internet.Qu\’Hashem vous bénisse et vous aide indéfiniment pour tout ce que
    vous faites.Amen

  • bluxor

    Bonjour.Voilà un cours bien salutaire et qui rend justice à la grandeur de l\’Egypte. Si effectivement il y avait bien quelques galériens en Egypte, ceux là se situaient vers les marges de zoneland mais pour une grande majorité les chaines égyptiennes n\’étaient en rien synonymes d\’oppression.
    Les égyptiens aimaient leurs chaines, ils en avaient de nombreuses, multiples, variées, colorées, ils payaient même pour les avoir. Les chaines étaient objets d\’un commerce et contribuaient grandement à toute la dynamique commerciale, politique, militaire, sociale de l\’Egypte. Il y avait des chaines pour les sportifs, les voyageurs, les politiques, les religieux, les retraités, les femmes, les enfants et même des chaines étrangères, ou bizarres de chez zarbi, bref la surabondance. On comprend facilement que Pharaon ait pu tirer en son cœur gloire d\’une telle prolifération, lui même avait une chaine perso en or qu\’il portait à son cou et à laquelle selon les circonstances il suspendait tel ou tel accessoire. C\’était beau! On a peine à imaginer aujourd\’hui.
    Parmi toutes les réussites extraordinaires de l\’Egypte, il en est une autre qui exaltait la gloire de Pharaon, un système informatif/informatique ultra performant dont les flux permanents inondaient tous les coins et recoins de l\’Empire. Ne connaissant ni jour, ni nuit, ni repos, l\’engin était chauffé à blanc en permanence, du métal rouge vif incandescent. Certains informaticiens se sont alarmés alors du fait et ont tenté de prévenir Pharaon d\’un risque de bug lié à la surchauffe. Mais d\’autres ont démontré que même en rouge vif exponentiel le système tiendrait le coup. L\’Egypte ne transigeait pas avec la liberté d\’information et de circulation. Le flux informatif créait un vacarme incessant, sans que l\’on n\’arrive à bien distinguer s\’il s\’agissait d\’un seul gros bruit produit par l\’ensemble des connexions où alors de la concomitance d\’une quantité astronomique de petits bruits. Certains mirent en garde contre ce phénomène potentiellement dangereux pour les oreilles, prétextant que l\’on ne s\’entendait plus, et peut être bientôt plus du tout, il leur fut répliqué que chacun avait le droit de parler et que pour le reste il suffisait de tendre l\’oreille. L\’ Egypte ne transigeait pas avec la liberté d\’expression, elle valait à elle seule tous les autres motifs de glorifications de Pharaon. Cependant entre toutes les informations circulants en Egypte proliféraient des minuscules bruits parasites qui agaçaient beaucoup les Egytiens, d\’autan plus que les informaticiens de Pharaon ne savaient vraiment pas par quel bout les prendre. Pharaon cependant ne s\’en trouva pas diminué estimant que la multiplication des parasites était une preuve de la prolifération des bonnes émissions. Il faut, dit il, voir là simplement l\’extrême sensibilité d\’écoute à laquelle le système en général permet désormais à chaque égyptien de parvenir, une sensibilité épidermique à la nano information.
    Voilà donc quelques unes des merveilles de l\’Egypte et qui pourrait reprocher à son chef d\’en vouloir tirer gloire en son cœur de tant de merveilles mirifilesques.
    Voyons. On a vu que certains parmi les informaticiens se faisait quelques soucis quand à la pérennité du système. Il faut bien comprendre qu\’à l\’époque la vie n\’était pas vraiment facile pour ceux qui manipulaient le langage machine ; signes, chiffres et autre icônes.
    Tout informaticien de haut niveau, connaissant un grand nombre de hiéroglyphes, et apte à les manipuler avait alors bien peu de chance de pouvoir se reposer ne serait ce qu\’un instant.
    Aujourd\’hui c\’est facile, le repos. Mais à l\’époque lorsque l\’un d\’eux se reposait sur son canapé, il pouvait arriver qu\’un serpent traverse le salon ou alors une autruche ou un aigle ou un âne, ou un taureau ou que sais je encore.
    Le fait en soi n\’aurait pas été bien gênant, si l\’homme cultivé n\’avait reconnu là des hiéroglyphes en mouvement. Du texte vivant ! Voilà donc le drame des informaticiens, plus ils connaissait de signes, et plus il en voyaient partout puisque ceux ci étaient des dessins représentant des objets, animaux parties de corps etc etc. Plongés en permanence dans un bouquin voilà le bien triste sort des informaticiens d\’Egypte. Du texte partout, même dans un miroir, même en mangeant du pain, partout en permanence. L\’inflation des signes, qui alimentait le pc central et qui était alimentée par lui en retour, était un vrai calvaire pour ceux qui manipulaient ces signes. Comment en sortir ?
    Il leur fallait absolument un coin de repos sous peine d\’implosion du sens et des sens.
    Delà est venu l\’idée de créer dans l\’os (opérating système) un trou. Escamoter un signe, faire disparaître une image. Aussitôt dit aussi tôt fait et les informaticiens ont pu gouter un repos bien mérité. Enfin un bref repos. Le choix du signe à faire disparaître n\’avait pas été facile, jugez qu\’en Égypte les signes étaient à ce point entremêlés qu\’en supprimer un, revenait à déstructurer toute une chaine et de là peut être toutes les chaines. Le choix se porta donc sur le plus petit signe possible, un point, le point, ze poïnte . De là certes tout finirait par bouger mais… lentement, histoire de s\’habituer à un changement qui revenait en fait à une sorte de « désécriture ». Un bref repos. Car certains vinrent et dire, vous avez escamoté un signe ? Ce n\’est pas possible. Lequel ? Ils voulaient le voir. Mais comment montrer ce qui n\’est plus. Certains dirent que ce signe n\’avait jamais existé. D\’autre décidèrent d\’aller voir au fond du trou, d\’autre autour, mais le trou lui même nul ne le voyait , et pour cause, même de nos jours essayez de voir un trou. Aussi difficile que de voir un taureau dans un tunnel par une nuit sans lune. Certains reprochèrent aux informaticiens de vouloir ramener le monde à la préhistoire. D\’autres dirent que ce trou était un signe en plus, ou en moins ou plus ou moins. Petit à petit cette percée dans les signes ne laissa personne indifférent.
    Les informaticiens responsables de l\’affaire se retrouvèrent au chômage et s\’organisèrent en chômeurs gardiens du trou. De là l\’expression qui fut reprise bien plus tard par les astrologues : un petit trou pour l\’informatique un grand pas pour l\’humanité !
    Voilà encore une fois la grandeur de l\’Egypte jusque dans le trou.
    Il faudrait bien sur affiner, détailler, préciser ; possible, mais bon on va pas y passer la nuit et d\’ailleurs y suffirait elle et aussi et surtout, c\’est plus sympa à l\’oral.
    Alors permettez que je me retire sur la pointe des pieds telle la petite souris dans son trou.
    Bonne continuation.

  • elior

    Avanti ! Aleph-veth-noun-tav-youd; il manque un veth pour former Av Nativ. C\’est ça qu\’il faudrait retrouver. Le chemin qui ramène à la Source. « Conduis-moi dans le sentier de tes commandements ! car je l’aime ». Le beth qui est une seconde création, ce beth qui correspond au tikoun. Pour cela, il faut pouvoir pleurer, faire une complainte(qoun), faire techouva. Il faut voir AVéN TI(qoun) = Aleph-vav-noun Tav-youd-qaf-vav-noun ! A ce mot « qoun » je lie ainsi les versets suivants : «Quand je réduirai la terre d’Egypte en ruines, et que le pays sera dépouillé de ce qu’il contient, quand je frapperai tous ceux qui l’habitent, on saura que c’est moi l’E.ternel. C’est la complainte (qoun) que l’on chantera, que chanteront les filles des nations. Elles la chanteront sur l’Egypte et sur toute sa multitude, dit le Seigneur D.ieu. » (Ezéqiel 32,15-16) et « Et dans leur désolation, ils diront une complainte (qoun) contre toi : Qui était comme Tyr, qui est comme une ruine au milieu de la mer ».

  • elior

    Aro’ha ! car cela fait référence à « tout ce qui parcourt le sentier ( Aleph-resh-heth) des mers » (Tehilim 8,9) ; « Eternel, enseigne-moi ta voie, conduis-moi dans le sentier de la droiture, à cause de ceux qui me regardent de travers. » (Tehilim 27,11).

  • elior

    Quant à la chanson dont j’ai fait allusion ; cela doit être lié à « Celui-ci, pareil au jeune époux sortant de sa chambre nuptiale, se fait une joie, tel un héros, de parcourir sa carrière (aleph-resh-heth). » (Tehilim 19,6). En ce qui concerne le Arie-l que je liais à la chanson, je fais ainsi référence au Ben Ish Haï (cf. 1 Chroniques 11,19-22).

  • elior

    En ce qui concerne les 4 étapes d’une délivrance, on peut voir un rapport avec le mot hébreu Aïn-vav-noun-tav-youd qui veut dire « saisonnier ». En effet, il y a 4 saisons dans une année. Je me demande si on peut trouver un sens à cela ; si dans la Torah, on donne une signification aux différentes saisons ?

  • Sarah72

    Toda raba Rav Dynovisz. C\’est exactement ce que je vis en ce moment où je ne vois plus clair, où il me semble être entourée de mers et de murailles, ne sachant quelle décisions prendre et dans quelle direction aller. Alors merci de me donner la solution en m\’accrochant de toutes mes forces à ma Emounah en HaChem; à la 11ème Force, qui apparemment serait la dernière ???… En effet, c\’est la plus difficile, alors encore une fois heureusement que le Maître du Monde est là !

  • jac11

    Shalom Rav, pourquoi la civilisation egyptienne n\’est-elle pas representee dans la statue de Daniel?Si je me rappelle bien il y a les Babyloniens, les Perses et les Medes puis les Grecs les Romains et les Arabes toutes civilisations qui sont nees ont grandi ont eu leur apogee et puis sont vouees a la disparition. Les Egyptiens ont suivi le meme chemin. Est-ce parce que c\’est une civilisation de debauche? Est-ce parce que Pharaon se voulait une divinite? .