About The Author
-

6 commentaires

  • Danit

    Léhitraot Cher Rav Dynovisz !
    Pour beaucoup de chrétiens qui ont fait téchouva et sont revenus à la Torah, ce cours apparaîtra d’une profondeur inouïe et d’une clairvoyance inimaginable dans la dimension prophétique.
    Votre enseignement m’invite, une fois n’est pas coutume, à parler de Yeshoua, et je ne peux m’empêcher d’effectuer, par extrapolation extrêmement facile à réaliser, toute la dimension prophétique que contiennent vos recherches dans ce cours, dans la mesure où est prise en compte toute la relation vécue entre le peuple juif et le Juif Yeshoua, rejeté par ses frères. C’et en soi assez extraordinaire.
    Je parle, bien sûr, non d’un Jésus paganisé mais du Juif Yeshoua qui, en tant que Juif, a respecté toutes les fêtes juives, connaissait la Torah par cœur comme il l’a démontré à plusieurs reprises dans ses approches avec le peuple et le sanhédrin, et qui, en « bon Juif » est mort en récitant la prière que récite tout Juif au moment de mourir. La question que j’aimerais effleurer est celle-ci : ce Yeshoua avait pour père un certain Joseph (comme par hasard) qui a joué sans aucun doute un rôle majeur dans l’éducation de l’enfant, mais dont l’importance a été portant occultée en chrétienté. Ce Joseph était un descendant de la tribu de Juda, comme l’indique les deux généalogies fournies par Luc et Matthieu. Alors, n’est-il pas envisageable de considérer que Yeshoua serait venu en tant que Machiah Ben Joseph, soit en tant que serviteur souffrant avant d’endosser le rôle de Machiah Ben David ?
    Sa mère étant une lévite, il remplirait donc, lors de sa nouvelle venue, à la fois les fonctions de prêtre (par sa mère) et de Roi (par son père). En tout cas, un fait troublant est à considérer : il est rentré dans Jérusalem sur un âne, comme le prophète Zacharie l’avait annoncé 600 ans auparavant, en son chapitre 9, versets 9-10.
    Des études comparatives très sérieuses ont été faites pour montrer le parallèle saisissant qui existe entre les détails de la vie de Yossef et celle de Yeshoua, tendant à démontrer au final que Yossef était une préfiguration de Yeshoua. Elles sont à votre disposition si vous le souhaitez.
    Mais, pour moi, votre cours revêt une dimension prophétique incroyable !
    TODA RABA ! Soyez superbement béni pour un tel enseignement !

    • rav Haim Dynovisz

      Avec tout le veritable respect que j’ai pour vous, votre sincerite et votre finesse, je connais par coeur la tendance a laquelle vous faites partie…apres vous etre rendu compte de tous les mensonges et abominations construit autour du personnage de jesus par tous les paiens europeens devenus les chretiens idolatres, vous essayez malgre tout de sauver jesus (le sauveur) en l’identifiant a present a yossef…..allez on est reparti pour un tour d’imbecilites, de paganisme et d’idolatrie…….mais quand cesserez vous enfin de vouloir sauver votre « sauveur »…..il ne reste rien de lui…que 2000 de decheances, de degradation de l’homme et de la verite vraie…….desole de vous decevoir, mais moi je veux vraiment vous sauver alors laissez tomber votre sauveur responsable des pires atrocitees commises en son nom depuis 2000 ans…accrochez vous a de vrais juifs et vous serez enfin sauve…..

  • Danit

    Cher Rav Dynovisz,
    Entrer dans une argumentation serait vaine et inutile car le domaine que nous touchons maintenant c’est celui de la Révélation et par conséquent de la conviction intime, en dehors des preuves pouvant être apportées. Je dirai simplement que Laban a bien réussi son coup et que le rejet perdure mais il n’est pas appelé à durer car, tout comme pour joseph, il est annoncé dans le prophète Zacharie, prophète du messianisme par excellence, une réelle et certaine réconciliation entre Yeshoua et ses frères. Je vous renvoie au chapitre 12 verset 10 « ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique…ils pleureront sur lui amèrement comme on pleure sur un premier né ».Autrement dit la fin de l’histoire de Joseph qui pleure et prend ses frères dans ses bras marque les événements à venir quand aura lieu la réconciliation entre Yeshoua et ses frères. C’est là la finalité de toute la dimension prophétique contenue dans l’histoire de Joseph : envoyé dans un monde païen, avant de retrouver les seins, une partie de l’histoire de Joseph s’est déjà réalisée dans la vie de Yeshoua, venu pour ramener à Elohim tous ceux qui étaient perdus dans les nations (Ne savez-vous pas que je suis venu pour les brebis perdues de la Maison d’Israël ? Mais, tout comme Joseph finit par laisser son travail dans le monde païen, Yeshoua Machiah Ben David reviendra prioritairement pour ses frères tout d’abord par l’onction dont ils vont être revêtus comme annoncé dans le prophète Osée en son chapitre 6 verset 3 : « sa venue est aussi certaine que l’aurore. Il viendra pour nous (le peuple JUIF comme la dernière pluie qui arrose la terre ». Le temps de l’Eglise est donc terminé, dépassé et se met enfin en place toutes les pièces du puzzle divin dont le mot central est Israël d’où partira un rayonnement et jaillissement vers les nations. Par conséquent, en prenant un peu de hauteur, on ne peut en vouloir à Yeshoua si, le paganisme s’est emparé de sa personne, de son travail et de son histoire au point d’en faire un dieu païen. En effet, beaucoup de paroles attribuées à Yeshoua dans les Evangiles sont le fait de traductions délibérément orientées, mais au-delà de toute cette confusion créée, Lui demeure, et son rôle aussi, et l’accomplissement de la volonté d’Achem également à travers Lui. Simplement, un effort et à faire pour apprendre à séparer le bon grain de l’ivraie.
    Enfin, je me réjouis déjà avec Shaul de Tarse, visualisant ce qui est prévu d’arriver selon les Saintes Ecritures, plus précisément dans Romains 11 verset 15 « Si leur mise à l’écart a entraîné la réconciliation du monde (Acte 1 du plan divin), que produira leur réintégration sinon le passage de la mort à la vie ! (Acte 2 du plan divin), soit temps messianiques !
    Je crains de vous avoir peut-être agacé par mes propos, mais ne m’en veuillez pas, considérez seulement que nous ne voyons pas l’horizon du même point de départ, bien que visant la même finalité.
    Pour tous ceux qui sortent des ténèbres, vos cours sont une richesse extraordinaire et il nous appartient d’attendre de pouvoir marcher tous ensemble d’un même pas, avec pour guide le peuple juif et pour repères la Torah !
    Soyez béni. Shalom !