About The Author
-

4 commentaires

  • Christine Bruno

    Dès la Création,Hachem ne donne t-il pas l’exemple en fixant une limite à la mer? N’est -elle pas l’élément le plus puissant de la terre à vouloir recouvrir toute la terre?
    Mais l’homme orgueilleux=abject ne veut décidément pas accepter l’interdit=limite!
    D’où l’apparition de la mort= nombre limité d’années à vivre dans ce Monde ! Et combien sa pollution aussi montre à quel pont l’homme ne sait pas se limiter…
    Mais la curiosité ne nous incite t-elle pas à nous intéresser à élargir nos horizons ?
    Qu’elle soit donc bien utilisée,n’est ce pas ?
    Encore Merci! pour ce cours si éprouvant de la limitation! Quoiqu’il en soit,La Miséricorde d’Hachem,Elle, n’a pas de limite!

  • davidyoel

    Bonjour Rav , et à tous .
    Personnellement j’ai compris que nous étions la génération du déluge quand l’invasion migratoire en provenance de Syrie a commencé . Dans les médias il était question de déluge de migrants , de raz de marée humain, avec toujours cette photo d’un bateau de migrants perdu au milieu de l’océan tel Noah sur son arche.
    Plus ou moins dans la même période un attentat avait eu lieu dans une boite de nuit « pas triste  » et beaucoup de drapeaux arc en ciel furent déployés .
    A noter aussi que le documentaire sur les attentats du bataclan s’apelle « Fluctuat Nec mergitur » dont la traduction signifie  » il est battu par les flots mais ne sombre pas .
    Mais quel est le rapport entre le déluge et les migrants ? De la même manière que le récit de la tour de Bavel suit le récit du déluge, un extrême en entrainant un autre, la perversité de la génération de Noah précédant la dictature de Bavel ainsi la débauche de l’occident entraine l’invasion islamique de l’europe.
    En ce moment le mouvement vegan fait beaucoup parler de lui et se radicalise de plus en plus en attaquant des boucheries par exemple . Ils estiment que nous n’avons pas droit de vie et de mort sur les animaux ce qui en soit est une idée tout à fait respectable . Peut être qu’inconsciemment ces gens sont à la recherche de cette pureté perdue du Gan Eden . Le problème c ‘est que cette vérité déconnectée de sa source risque de devenir porteuse de mort car si les animaux deviennent l’égal de l’homme alors ce sera le premier pas vers la légalisation du mariage inter espèce . Les robots sont déja des citoyens à part entière , pourquoi pas les chiens ?

  • Danit

    Shavoua tov Cher Rav Dynovisz ainsi qu’à toute l’équipe !
    Les deux premières parachiot du Tanakh et la haftara de la paracha Noah font un raccourci extraordinaire de tout le plan de l’humanité : Achem créé, puis détruit en raison du péché. Combien de temps s’est-il écoulé entre ces deux évènements ? Difficile à dire. Ce qui est sûr, c’est que dès le processus de reconstruction voulu par Achem, Il renouvelle et rétablit avec Noah et sa famille l’Alliance détruite par Adam et Eve, et ce qui est surprenant, par la même occasion, tout aussi bien avec tous les animaux de la création, montrant par-là que rien ne peut exister sans Son Alliance ! De plus, rien n’étant le fruit du hasard dans la Bible, les extrêmes précisions de durée qui nous sont données quant au timing de la mise en place du déluge, de sa durée puis de sa régression jusqu’à son évanouissement, ont certainement une signification profonde, voire préfigurative qui a sans doute quelque chose à voir avec le timing de la mise en place des temps de la fin. Mais, cette paracha Noah ne prend tout son sens qu’associée à la haftara d’Esaïe 54 et 55. En effet, alors que vient à peine d’être évoqué le début de la reconstruction du monde au travers de la paracha Noah, la haftara qui y est divinement associée, tirée d’un texte d’Esaïe, nous propulse jusqu’aux temps messianiques et remplit soudainement nos cœurs d’espérance en ouvrant immédiatement, sans préliminaire, la porte de la délivrance finale, qui vient contrebalancer de manière saisissante ce temps phénoménal de destruction quasi générale, à l’exception d’un homme et de sa famille. En effet, dans cette haftara, il est question d’Epoux, de Sauveur d’Israël, de Libérateur (versets 5 à 8 d’Esaïe 54) , d’établissement de la Jérusalem céleste (versets 11 et 12), et de mission indéfectible d’Israël établi comme témoin pour les nations, guide et législateur des peuples (verset 4 d’Esaïe 55).
    Autrement dit, en ces brèves et quelques pages que contient toute la Bible, Elohim nous invite, dès le « commencement » de toutes les péripéties qui vont se nouer et suivre dans Sa relation avec sa créature jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, à saisir par un raccourci fulgurant, toute l’histoire de l’humanité qu’Il a déjà d’avance programmée, et ce, à travers Son périscope, en nous invitant non sans insistance à peine voilée, à devenir participant de Son plan de guérison et de restauration !
    Qui pourrait alors encore oser prétendre que la Bible n’est pas d’origine divine ?

  • Pingback: Nous sommes la génération du déluge | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation