About The Author
-

9 commentaires

  • Christine Bruno

    Mais au final combien ont le mérite d’être uni à la partie de l’âme dont il était une composante avant sa naissance pour trouver la plénitude ?
    Ceux qui sont véritablement sur le droit chemin de la thora et se préservent jusqu’au mariage = union parfaite qui dure toute la vie !
    Mais alors surtout un juif marié avec une non juive et une juive marié à un non juif ne pourront donc jamais construire une telle union solide parfaite et retardent ainsi aussi la venue de Machia’h ?

  • MatthieuLC

    les dix samim qui permettaient de rendre le 11e ingrédient nauséabond en une chose incroyable, n’est ce pas aussi un code à propos des 10 plus hauts attributs divins et de la malroute/corps ?

  • hayden

    Bonjour Rav,
    Encore une fois merci infiniment pour tout ce que vous faites pour nous.
    J’ai une question : Concernant ce que vous expliquez à propos de la Ketoreth, des 11 épices et du Helbona, une analogie peut-elle être faite avec ce qui est écrit dans le Zohar concernant l’arbre de la connaissance du bien et du mal, à savoir qu’en réalité, si le fruit l’arbre de la connaissance du bien et du mal était interdit à Adam lorsque consommé « seul », il lui était permis lorsque consommé « en même temps » que l’ensemble des fruits des autres types d’arbre du jardin, préservant ainsi une certaine unité avec ceux-ci (Zohar 1:35b) ?
    Selon Isaiah Tishby, cela ferait allusion à la Makhout qui lorsque « prise » seule se « sépare » des autres séfirot, avec pour résultat une coupure du flux d’émanation vivifiant.
    « From every tree of the garden you are free to eat-everything was permitted to him if eaten in oneness. […] But this tree is a tree of death; whoever takes it alone dies, for he has taken deadly poison. » – Zohar 1:35b traduit par Daniel C. Matt, Pritzker Edition

  • Hassid_Citrique

    Le Rav Dynovisz fait partie de ces très (trop) rares Rabbanim dont les enseignements sont une véritable levée de rideau sur la lumière de la délivrance finale.
    Une sacrée gifle dans la figure de tous ceux qui pratiquent une Torah refuge aussi routinière qu’inefficace sans jamais se demander pourquoi leurs actions n’ont qu’un très faible (pour ne pas dire aucun) impact sur leur vie.
    Contrairement à certaines croyances bien installées la majorité a toujours tort surtout lorsqu’il s’agit d’aller au plus profond de la vérité et ceux qui se fourvoient depuis toujours sont persuadés d’avoir raison: c’est un classique. De ce fait lorsqu’un homme vient bousculer toutes les conventions en venant fracasser tout le prêt à penser en place depuis des siècles on le montre du doigt, on le critique vivement et on fait de lui un marginal. Ils ont fait pareil avec Rabbi Nahman de Breslev dont les enseignements sont pourtant un des plus puissants phares qui n’ait jamais existé dans la nuit de l’exil…
    La Torah se doit être décodée et comprise dans son sens le plus secret afin de réaliser toutes ses promesses. Grâce aux enseignements de Rav Dynovisz et grâce à Internet qui permet de les diffuser massivement et bien de nombreux juifs dont le niveau d’étude n’est pas très avancé ont la possibilité d’avoir une profonde réflexion sur cet extraordinaire outil (arme) que représente la Torah et de nombreux juifs peuvent désormais travailler de manière pertinente et efficace sur leur middot ainsi que sur la pratique des mitsvot, chose qui était jusqu’ici réservé à une certaine élite.
    Il est du devoir de chacun de diffuser ces enseignements autour de soi car c’est en éclairant son prochain (comme le fait le Rav) sur le VERITABLE sens de notre Torah que tous ensemble nous parviendrons à hâter la venue du Mashia’h et à dévoiler la présence de D.ieu sur terre. Que le nom et le souvenir d’Amalek soit effacé pour toujours et jamais. Qu’Hachem permette à Rav Dynovisz de continuer à diffuser, au plus grand nombre, ses merveilleux enseignements.
    Bayom Hahou yiyé Hachem lémelekh al kol haaretz.