10 Juillet 2012 -Connaissance de soi- Lorsque toutes les etincelles perdues seront revenues

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Un texte du Talmud dit que l\’on peut parfois contraindre quelqu’un à vouloir : \ »on le force jusqu’à ce qu’il dise \ »je veux\ ». Nos Maîtres expliquent que nous ne savons pas ce que nous voulons véritablement. Au fond de lui, l\’homme veut le bien. Mais s’interposent, entre sa conscience et son vrai vouloir, tellement de couches qu’il ne sait pas véritablement ce qu\’il veut. Il faut donc casser toutes ces couches, ces klipot, jusqu’à ce que jaillisse finalement son vrai vouloir. C’est ce que fait le Maître du monde avec nous quand, par des difficultés, des épreuves, Il dévoile notre vrai vouloir, et nous réveille. Pourquoi cela doit-il se faire par la force ? Pourquoi pas par la douceur, l’explication, la bonté ? C’est ce que l’on voit dans le monde naturel : pour arriver à la couche de pétrole, ou à un trésor, il faut perforer la terre.

Dès Berechit, la Torah nous montre que la racine de tout mal est la volonté de se faire du bien : l’arbre paraît bon et beau. Juste après est venu le meurtre ; puis l\’idolâtrie, à l\’époque d\’Enoch ; ensuite, dans la même paracha, la débauche de l\’humanité entière. Or, ce sont les 3 fautes les plus graves.

Adam et Hava ont mangé seulement parce qu\’ils ont subi l\’influence du na\’hash. Si cela vient de l\’extérieur, cela prouve que ce n\’est pas authentique. Je dois donc toujours me demander : de quoi ai-je véritablement besoin, et qu\’est-ce que je veux vraiment ? Le yetser hara, c\’est toutes ces forces qui, dans le monde, me font vivre d\’une manière qui n\’est pas forcément ce que je veux vraiment. Au contraire, la véritable vie, c’est quand je suis capable de me prendre en main, de me responsabiliser et de dire : « je serai ce que je veux être ». C’est tout le Projet de l’histoire humaine, avec 2 chemins, les 2 arbres : l’arbre de la vie, auquel on accède par soi-même, en voulant et en se responsabilisant.

Hachem doit nous ramener à notre véritable volonté, et cela ne peut se faire par la douceur, puisque la douceur est justement le problème : ne pas se prendre en main, ne pas se responsabiliser, ne pas se faire violence. C’est la raison véritable pour laquelle la définition d’un roi est le ratson, la volonté, qui ne s\’exprime que lorsqu\’il y a une montagne devant lui et que le roi doit la défoncer.

En réalité, nous avons peu l\’expérience de faire vraiment ce que nous décidons, car nous faisons sans cesse ce que l\’on nous dit de faire. Pourtant, il est un réveil qui ne peut venir que du plus profond de la volonté réelle d\’une âme. C\’est le retour des convertis : étincelles tombées dans la klipa qui les empêche de revenir à leur source qui est Israël. Il n\’y a rien, autour d\’elles, qui puissent réveiller ces étincelles. Elles sont complètement perdues à l\’intérieur d\’une écorce, d\’un corps non-juif qui les tient prisonnières. Quand cette écorce est brisée et que l\’étincelle revient à sa source, une étape fondamentale dans le Projet est atteinte. Car ces âmes se réveillent par leur seule volonté d\’être ce qu\’elles sont, seulement parce qu\’elles le veulent, sans aucune influence extérieure. Adam a refusé d\’exercer sa propre volonté, pour être pris en charge par un autre que lui-même. Le retour de ces étincelles, c\’est le tikoun de la volonté. Et le tikoun de la faute d\’Adam aura été fait quand la dernière étincelle sera revenue.

Dans la Hassidout, la Délivrance finale dépend de ce que nous serons capables de réveiller et de ramener les étincelles de sainteté qui sont tombées dans la klipa et qui attendent d’être réveillées pour rejoindre leur source. Et quand la dernière étincelle sera revenue à sa source, le libérateur se dévoilera, et la Délivrance viendra.

(881)

Category: Livre du Tania
About The Author
-