26 Juin 2012 -Tania- Connaissance de soi- Tu souffres…tant qu´ c´est pas moi !

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Le Tania parle de « l’erreur qu’ont faite certains… qui ont étudié l’aspect caché de la Torah… et ont compris le sujet du Tsimtsoum (de la contraction) à la lettre, c’est-à-dire qu’Hachem s’est retiré Lui-même dans Son essence de ce monde et que, comme un roi, un dirigeant, Il s’occupe de tout, dirige Son monde, mais Sa présence n’est pas effective dans ce monde. »

Ils croient qu’absolument tout fonctionne selon la volonté d’Hachem, dans les moindres détails, mais qu’Il n’est pas présent à l’intérieur de Son monde, et dirige tout de l’extérieur, et non de l’intérieur.

Ainsi, dans la véritable emouna (croyance en Hachem), il y aurait 2 thèses fondamentalement différentes. Mais pourquoi le Tania considère-t-il que cette conception change tout, et qu’ils ont fait une erreur tellement grave ?

C’est la différence fondamentale existant entre la simple THEORIE et la PRATIQUE : tant que l’on n’est pas impliqué dans les situations, et qu’on ne les vit pas de l’intérieur, on ne peut ressentir ni comprendre. Il faut une implication de l’intérieur.

C’est ce que nous montre magnifiquement ce Texte où Hachem se dévoile à Moshé, pour la 1ère fois : Il le fait dans un buisson de ronces, le plus vil des végétaux du désert, pour manifester : mon peuple est dans la souffrance, et Je suis avec lui à l’intérieur de sa souffrance, « ANO’HI IMO BATSARA ».

Moshé fit la même chose lorsqu’il pria, les mains levées vers le ciel, durant tout le combat de Yehoshua contre Amalek. Il demanda à s’assoir sur une pierre, car il ne pouvait prier pour son peuple, s’il ne ressentait pas sa souffrance.

Pour aider quelqu’un à s’en sortir, il faut être passé par les mêmes épreuves ou souffrances que ce qu’il traverse. Mais, même si nous n’avons pas vécu les mêmes expériences que lui, l’âme divine (la partie du divin) qui est en nous, nous fait ressentir sa souffrance et nous permet de l’aider. Car c’est le véritable problème posé ici par le Tania, au-delà du fait de savoir si Hachem est à l’intérieur ou à l’extérieur du monde, c’est de savoir si Hachem Se sent concerné par notre vie et par ce que nous ressentons. L’origine de l’idolâtrie, à l’époque d’Enosh, fut de penser qu’Hachem ne peut s’intéresser à nous, et que nous avons besoin d’intermédiaires. Ensuite, les hommes se sont attachés aux intermédiaires, et ont oublié Hachem.

Certes, Hachem est infini. Pourtant, Il nous dit : « Je ressens la souffrance de mon peuple, et c’est pourquoi Je suis dans un buisson. » De la même façon, si l’âme divine qui est en moi est éveillée, je dois, moi aussi, me sentir concerné par mon peuple, et souffrir avec ceux qui souffrent. Les Maîtres de la ‘Hassidout nous font comprendre que le judaïsme, plus qu’une série de mitzvot, d’actes à faire ou ne pas faire, est UNE MANIERE D’ETRE ET DE RESSENTIR. Le véritable travail que je dois faire est de construire et de dévoiler l’étincelle divine qui est en moi. Alors, je me sentirai concerné par les problèmes et la souffrance des autres. Et c’est seulement ainsi que s’accomplira le Projet d’Hachem où chacun se sentira une partie de chacun des autres ; nous serons indissociables les uns des autres, ressentant les problèmes et les joies les uns des autres. Ainsi, je serai impliqué dans ce monde, et non plus centré seulement sur moi-même.

(1037)

Category: Livre du Tania
About The Author
-

  • ajbuszyc

    c\’est pour cela que j\’évite de m\’investir et d\’y penser et de ressentir car cela devient rapidement insupportable et que je me cache dans mon gouf (il fait écran BH, sinon on ne peut pas tenir, c\’est cela qui est d\’autant plus inquiétant c\’est qu\’après 120ans BH, il faudra faire face et là cela va être très très embarrassant surtout si on a rien à Lui opposer et soumettre en termes de contenu ….).
    merci.

  • Dominique

    Oui mais comment vivre alors sans tomber dans une certaine deprime toute cette souffrance autour de nous, personnellement quand j`etais apprenti medecin je pleurais toutes les nuits en pensant aux souffrances de certains de mes patients et puis avec le temps il a bien fallu que je me blinde un peu, simplement pour pouvoir etre utile et moi meme continuer a vivre.

  • vessella

    Réponse à Dominique le Floch.C\’est cela être utile et responsable. Vous êtes Juif, vous avez de la chance!, déployer davantage d\’efforts pas uniquement chez vous, mais pour votre communauté,soyez à l\’écoute de sages, déployer davantage de capacités en tant q\’Humain pour aider toute votre communauté; pour que vos actions et implications contribue à nous faire entendre et comprendre à nous qui ne sommes pas juif que signifie l\’humanité.

  • marcy

    Mon Rav votre cours que je réécoute est magnifique car vous expliquez avec une telle dextérité intellectuelle quelle doit être le cheminement de l\’homme à savoir, la révélation de son âme divine qui passe par la construction de soi en accomplissant les mitsvots. C\’est exactement ainsi que je comprends la thora et c\’est pour ça qu\’elle est si belle et si difficile aussi! Faire les mitsvots et ne pas avancer dans la construction de son être me parait impensable et vain! Ressentir la souffrance de l\’autre n\’est possible que lorsqu\’on a atteint soi-même un degré de souffrance tel que l\’on ne peut plus justement ignorer celle de l\’autre! Il m\’est difficile de trouver les mots suffisamment forts pour dire combien vos cours sont précieux et combien ils participent de la construction de ceux qui vous écoutent! Merci!