30 Octobre 2012- Tania- La Loi et le Bien

Télécharger Vidéo Télécharger Audio RESUME DU COURS : \ »Nos Maîtres considèrent que toute l\’humanité peut se diviser en 5 catégories.\ » (Il faut préciser que tout ce qui a un corps et une apparence humaine ne fait pas forcément partie de l\’humanité. Il y a, disent nos Maîtres, des créatures de forme humaine, mais qui ne sont pas des humains. Ce sont des \ »shédim\ ». Car l\’apparence physique est seulement l\’enveloppe, mais on ne sait pas quel être, quelle néshama, il y a à l\’intérieur).

Le 5 catégories de l\’humanité sont : \ »tsadik vétovlo, un juste qui a le bien\ » ; \ »tsadik véralo, il est juste, mais il a le mal en lui (il ne s\’agit pas de l\’épreuve ou de la souffrance, qui ne sont pas un mal. De quel mal peut-il s\’agir, puisqu\’il est juste, et qu\’il ne s\’agit pas de la souffrance ? Il y a, aussi le \ »rasha vétov lo\ », qui est méchant, mais qu\’est-ce que ce tov qu\’il a ? Le \ »rasha véralo : il est méchant, mais pourquoi est-il rajouté qu\’il a le ra ? Ce sont donc 2 choses différentes. Il y a, enfin, le béinoni, celui qui est entre les deux. Il peut être quelqu\’un d\’extraordinaire, mais il est \ »béin lébein\ » : il n\’appartient à aucune des autres catégories. Il y a donc fondamentalement 3 types d\’humains : tsadik (avec 2 cas possibles) ; rasha (avec aussi 2 sous-cas) et béinoni (qu\’est-ce que cela signifie ? Pourquoi ne pas donner, un nom à la dernière catégorie ?)

Tsadik vient de tsédek qui veut dire justice. Le Tsadik est celui qui brille par son sens de la justice. La justice n\’est pas forcément une prise de position morale, dans les tribunaux laïcs, et même la justice toraïque. On ne tranche pas qu\’un homme est moralement innocent, mais on a tranché que la justice humaine, extrêmement limitée, n\’a pas pu aller plus loin. Tsadik n\’est donc pas forcément quelque chose d\’extraordinaire. C\’est pourquoi on rajoute un qualificatif : \ »vétov lo.\ »

Car il y a 2 dimensions en chaque homme, et la construction de l\’homme se fait en 2 dimensions : tsadik ou rasha, et tov ou ra. Je peux être tsadik, et aussi tov li, ou bien rali ; et le rasha qui peut avoir, lui aussi, au 2nd niveau tov lo, ou bien ralo. Mais que peuvent signifier un tsadik qui a ra, et un rasha qui a tov ?

Un tsadik est celui qui s\’acquitte déjà de tout ce qui est juste au niveau de la justice ; il vit selon la loi de la Torah. Celui qui a aussi tovlo, c\’est celui qui va plus loin, car il a compris que la loi est seulement la fondation, et ne suffit pas. Certes, je dois d\’abord admettre qu\’il y a une loi et que je ne fais pas ce que je veux, car elle s\’impose à moi. En réalité, nous devons reconnaître que nous avons tous un problème avec la loi.

Dans le monde des hommes, on comprend qu\’il y ait la loi car, il nous est dit, dans les Pirkei Avot, les Maximes des Pères que, sans la loi \ »chacun mange l\’autre.\ » Mais, dans la relation avec Hachem, c\’est plus difficile à admettre, car nous pensons que ce qui compte, c\’est le cœur, et que nous avons, avec Lui, une relation, non de loi, mais de cœur. Mais il y a aussi l\’autre extrême de la loi, et on lapide… ce sont les 2 mensonges des 2 fausses religions.
Car nous avons tous un problème de positionnement par rapport à la loi : nous aimons D, mais nous cherchons à nous arranger avec la Loi : \ »je ne me sens pas prêt ; c\’est dépassé ; on verra plus tard…\ » C\’est la 1ère dimension : où en suis-je, avec la loi ?

Mais, une fois que l\’on est tsadik, on nous dit que la relation avec Hachem ne peut pas être seulement la dimension loi, et on nous demande d\’y mettre aussi toute la dimension humaine, le cœur et le tov qui est en nous, à la fois dans la relation à D, la famille, les autres… Et la loi devient pour nous acceptable, nuancée par rapport au tov : cela fait l\’équilibre entre le tov et la loi.

Tsadik véralo, c\’est le tsadik, mais qui se contente de la dimension de la loi. Il n\’a pas encore commencé la construction de l\’autre dimension.

(1009)

Category: Livre du Tania
About The Author
-