Comment ca marche Coté D. ? – Connaissance de Soi et du Monde – 5 Juillet 2011

Télécharger Vidéo Télécharger Audio La raison véritable de la création de ce monde est de faire une résidence à D. !
Or, il est précisé que c’est un désir de D. et nous avons expliqué un peu la semaine dernière en quoi ce désir était positif.
La volonté va dans le sens de la construction alors que le désir est une autodestruction et va à l’encontre d’une compréhension connue.
Comment D. peut il vouloir ce monde pour y résider ? De tous les mondes créés, celui qu’il désire est…le notre, aussi incompréhensible soit il ?
La source qui nous unit à D. dépasse l’entendement. C’est une clef qui s’impose à tous les croyants !
Tout le monde projete sur D. des modèles catastrophiques car nous collons notre compréhension sur celle de D. !
La Torah se présente d’une manière qui défie l’intelligence humaine. Pourquoi la vache est elle permise alors que le lapin est interdit ? Quelle est la logique d’autant que le lapin est plutôt gentil ?
Pourquoi malgré la Téchouva, la prière semble ne pas être agréée ? Parfois, un seul fil de lin mélangé à un habit de laine peut bloquer une prière malgré la sincérité et la force de celle-ci ! Mieux, ca bloque même les canaux de la parnassa ! Mais pourquoi ca marche ainsi ? Mais pourquoi je me pose la question alors que je ne comprends pas la logique de D. ?
La relation entre D. et nous s’enracine à un niveau au delà de la compréhension humaine…pour l’instant !
D. étant infini, comment voulons nous qu’il se lie à nous à l’intérieur de la compréhension humaine ?
On nous dit que D. veut résider en bas…mais existe-t-il une différence pour D. entre le haut et le bas ?
Face à D., tous les hommes sont au même niveau et toute chose qui existe est voulu telle quelle au moment ou elle existe. Le flux Divin passe autant dans le médiocre que par le grand !
Caïn, 2ème génération des êtres créés, était persuadés que son acte était approuvé par D. et il s’est dit que si D. ne voulait pas, il n’aurait pas pu tuer son frère.
D. lui donna d’ailleurs la punition du meurtrier par inadvertance, il sera condamné à l’exil car D. savait qu’il n’avait pas conscience de la portée de son acte !
La Téchouva sincère transforme les fautes en les rendant positives, nous parlons d’une Téchouva véritable.
La vie est une série de choses qui se succèdent, qu’on ne comprend pas et qui s’éclaircissent d’un coup et l’homme se dit : Ah, j’ai compris !
Il a fallu ce chemin tordu, il a fallu ces chutes pour comprendre rétroactivement le tout.
Tout prend un sens à partir du moment où j’ai suffisamment d’éléments pour les comprendre, parfois il faut une vie, parfois une vie ne suffit pas.
Certaines âmes ne peuvent arriver à la Torah qu’en passant par plusieurs séquences ou vies obscures ! Et le moment le plus fort de la Téchouva est quand on comprend pourquoi on est passé par la.
Voila pourquoi les fautes se transforment en mitsvot car elles font parties du résultat.
Mais attention à celui qui se dit qu’il va fauter pour revenir ensuite ! Ce processus ne marche pas et nos maitres rajoutent qu’on lui ferme même les portes de la Téchouva!
On ne joue pas avec D. !
D., au moment où il me voit fauter, voit à l’avance tout le mécanisme de la faute, il sait qu’elle est une étape vers ma construction finale.
Tout acte qui me connecte à D. est une Mitsva et même une faute quand elle mène à l’élévation !
Ce n’est pas l’épreuve qui fait tomber l’homme mais la manière qu’il va la vivre !
Le juif est celui qui cherche le problème chez lui et pas chez les autres, voila l’essence du juif et se greffe la dessus toute la Torah !
Tout est donné par D., seul la manière de le vivre dépend de moi !
Les règles du jeu sont imposées à l’homme mais il est arbitre d’un jeu extrêmement stricte, il est libre à l’intérieur d’une structure imposée, c’est le libre arbitre !
Ce n’est pas la faute qui nous tue mais le désespoir et donc l’orgueil qui nous empoisonne! L’orgueilleux s’écroule et le humble cherche ce que D. attend de lui !
D. peut être présent, agir et tout contrôler et mes questions ne viennent que parce que je ne me donne pas la peine de comprendre ce qui se passe ! Et si malgré tout, l’homme a cherché sans trouver véritablement, il lui reste la Emouna, le parachute !
L’Emouna veut dire entrainement car on y arrive véritablement qu’après une suite d’entrainement !
L’habit cache mais permet aussi de voir car sans habit, qui peut se montrer !
Quand les maitres disent que D. s’habille, ils nous indiquent que même quand il se voile, il n’est jamais complètement voilé !
Grâce à la faute, l’homme arrive à une connexion très forte à D. à condition qu’il fasse une véritable Téchouva !
Et les bons moments contiennent infiniment moins de forces que les mauvais moments.

(1707)

Category: Livre du Tania
About The Author
-