Il est Interdit d’Interdire d’Interdire – Connaissance de Soi et du Monde – 25 Janvier 2011

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Dans une ambiance détendue mais sérieuse, le rav Dynovisz s’appuie sur le Tanya afin d’approfondir des points fondamentaux de morale juive.
Comment réprimander son prochain ? Comment lui montrer son erreur ? Jusqu’où doit on aller ? Peut on tout accepter ?
‘Hokhiah’ traduit habituellement par reprocher veut dire en hébreu biblique : éclairer, ramener à la lumière. Or, la méthode du reproche est la dernière chose à faire quand on veut amener quelqu’un à la lumière.
La Torah nous demande d’avoir à la fois de la psychologie et de la finesse afin de savoir montrer à l’autre son problème. Il faut savoir que voir le mal sans réagir nous associe à la faute de l’autre et ce, même si on sait pertinemment qu’il ne nous écoutera pas.
Ce n’est pas le résultat qui compte, c’est l’action !!!!!!
Nous devons faire même si nous savons ou pensons que cela ne servira à rien. Faire est une habitude morale et il n’y a pas de compte avec D.
Parfois, une parole va produire un effet des années plus tard, parfois, un acte innocent voire inconscient peut provoquer des miracles.
Le Zohar affirme que même une pensée n’est pas perdue et sera récupérée.
D. nous demande de déposer des graines et lui saura comment les faire fructifier.
Jusqu’où doit on aller quand on réprimande son prochain? Assez loin, Jusqu’à la limite…du ´danger´ (une réaction presque violente de l’autre) !
Comment doit on être ‘Mokhiah’, de quelle manière intervenir dans le reproche ? L’esprit et le message sont dans la lettre.
‘Hokia Tokhiah et Amitékha’ nous livre la Torah !
Tu ne peux ramener l’autre que si tu reviens aussi !!!!!!!
L’autre doit sentir que tu comprends et que tu vis son problème. On ne doit pas venir au nom de la perfection mais pour l’aider.
Le Baal chem tov dit que si tu vois le problème chez l’autre, c’est qu’il est aussi…..chez toi (même s’il est à un autre niveau, même s’il est encore à un niveau latent). L’autre est un signal pour nous mettre en garde.
A un niveau plus profond, toutes les âmes sont liées, il y a tellement d’interconnexions entre les hommes ! En fait, le problème de l’autre nous concerne.
D. dira à Moshé Descends de ta grandeur, maintenant que les juifs ont fauté, je n’ai plus besoin de toi.(Rachi) Aussi grand soit il, Moshé comprends qu’il dépend du peuple et reçoit alors la clef de son éternelle humilité. Impossible de se prendre au sérieux dans une configuration pareille !
Ce principe nous défend aussi du laxisme et du ‘Interdit d’interdire’ !
Il faut une limite, nous disent nos maîtres ! Savoir être bon mais pas… !
Le monde a sombré dans la tolérance et avant que le problème ne devienne international, il a existé chez nous !
Il faut haïr mais quelle est la définition de la haine ?
La source de l’enseignement du Tanya est dans la Guémara Péssahim.
Le rav raconte une histoire d’adultère. Un homme va intervenir, une bagarre va s’engager.. Sur ce cas, précis, la Guémara précise que le défendeur a le droit d´haïr le fauteur. Et pourtant, lorsque le défendeur ira le dénoncer au tribunal, les juges rabbiniques vont le condamner. Il va se révolter mais nos sages vont lui dire avec leur finesse d’esprit légendaire: pourquoi es tu venu témoigner alors que tu es seul ? Tu ne peux pas, il s’agit donc de la médisance. Extraordinaire intelligence des maîtres d’Israël ! Mais la Torah lui dira d’aider son ennemi à charger son âne face à un ami qui décharge l’âne.
‘Tossefot’ (grande école et lignée de maîtres français, parmi les lumières du moyen age) précise que la haine concerne le mal qui est en lui et NON LUI ! C’est pourquoi la Torah a si bien régi ce commandement.
‘La haine de ce qu’il fait ne doit pas se transformer en haine de ce qu’il est ‘ dixit rav Haim Dynovisz !
La haine est dangereuse et se transforme rapidement en violence. Pour ceux qui cherchent la vérité, la limite se situe à un endroit très précis. C’est extrêmement difficile d´haïr sans violence !
Trouver l’équilibre est un vrai travail d’équilibriste.
Mais la morale immédiate n’est pas viable. Nous devons travailler et faire des efforts !

(1833)

Category: Livre du Tania
About The Author
-

  • sebgm

    Vision hologrammique …

    Chaque vocation particulière est le reflet local de la Vocation une de l\’Un dans un
    ici-et-maintenant spécifique.
    Le rapport entre vocations particulière et cosmique est hologrammique mais non
    hiérarchique.
    Rapport du Tout à la partie mais non du Maître à l\’esclave.

    Puisque le Tout est Un, tout correspond avec tout, tout est en correspondance
    avec tout, tout est en résonance avec tout, tout est signe de tout.
    Perception hologrammique du Grand Tout, du Grand Un.

    Deux niveaux d\’appréhension du monde : le niveau commun des apparences
    objectuelles et le niveau initiatique des signes symboliques …
    Pragmatique et mystique …

    Tout les passés utiles sont en mémoire hologrammique dans le présent …
    Tous les futurs possibles sont en germe métaphorique dans le présent …
    Jonction absolue du présent et de l\’éternel dans l\’instant plein …
    Pour cela, prendre possession de l\’instant présent comme du seul lieu de devenir,
    c\’est-à-dire de création …

    Du Kegon-shyô (Buddhâvatamsaka-Sûtra ; école chinoise Hua-yen : Doctrine de la Totalité)
    qui enseigne que toutes choses sont en constante relation et se donnent
    naissance les unes aux autres (structure hologrammique du Tout-Un) :
    \ »La cause ne connaît pas l\’effet.\ »

    Chaque partie est plus que sa fonction au service du Tout.
    Le Tout se réfléchit dans chacune de ses parties (aux deux sens du verbe réfléchir).
    Chaque partie réfléchit le Tout (effet hologrammique).
    Chaque partie ne peut accomplir sa vocation propre qu\’en contribuant
    valablement à la vocation du Tout.
    Le Tout n\’accomplira sa vocation qu\’en favorisant l\’accomplissement des
    vocations de ses parties.

    Cultiver la résonance hologrammique entre le ici-et-maintenant de \ »ma\ »
    conscience et le partout-et-toujours de l\’Esprit (qui est la manifestation du Réel-Un).
    Cette résonance s\’appelle lucidité et clairvoyance.
    Mais il faut une énergie mentale colossale pour outrepasser la pensée
    conceptuelle et accéder à la pensée hologrammique.
    Et l\’on sait que pour puiser cette énergie à sa source, il faut quitter la
    sociosphère (donc entrer dans l\’inhumain, dans l\’asocial).

    ne plus voir un arbre, mais éprouver l\’arborescence à
    l\’oeuvre. Ne plus voir la pierre, mais ressentir la pétrification. Ne plus
    regarder la rivière, mais vivre l\’écoulement. Ne plus reconnaître un
    homme, mais découvrir un cheminement.

    Résonance intégrale …
    Effet hologrammique ultime et suprême …

    Le \ »Je\ » comme lieu de conscience et de convergence hologrammique, porteur
    d\’une vocation (évolutive) locale et unique.

    Le \ »Je\ » est un fragment hologrammique du Tout, ici-et-maintenant.
    Ce \ »Je\ » contient donc la connaissance de tout.
    Mais ce \ »Je\ » ne le sait pas.
    Il doit être révélé (au sens photographique).
    Révélation …

    Pour un même cliché, il existe de multiples prismes, de multiples optiques, de
    multiples révélateurs …

    La métaphore est un chemin ouvert et provisoire (le seul, probablement …) pour
    dire l’indicible.
    Dès que l’indicible est perçu au-delà de la métaphore, alors celle-ci n’est plus
    utile.
    Il faut, comme disent les maîtres Tch\’an, \ »oublier la nasse quand le poisson est
    pris\ ».

    La Parole qui dit le Réel, naît de la résonance hologrammique entre une pensée qui
    chemine et la mémoire cosmique dont tout ce qui existe (dans la nature et dans
    la culture) est signe.

    Ni Révélation, ni Invention : résonance créative …

    Là gît le fondement de la métaphore hologrammique.

    Le principe hologrammique joue à plein.

    Par \ »révélateur\ », il faut entendre un stimulateur de résonances hologrammiques

    Marc Halevy
    Journal d\’une recherche \ »De l\’être au devenir\ » Tome 3
    recherche google : mémoire hologrammique + eschatologie puis pdf : hologrammique

  • Sabban

    chavoua tov
    A propos de l\’enseignement du Baal Chem Tov: si l\’on prend l\’exemple d\’un Rav qui doit s\’occuper de sa communauté et doit \ »voir la boule de neige avant l\’avalanche\ ». S\’il remarque des comportements \ »problématiques\ » dans sa communauté (par exemple des comportements déplacés entre hommes et femmes, ou autres…) alors que personne ne l\’avait remarqué, est-ce à dire qu\’il a une once de ce problème en lui? Son rôle est de repérer justement les attitudes problématiques et donc d\’être attentif et sensible à cela. Où est la limite de cette enseignement? (j\’espère avoir bien formulé ma question)
    merci

  • rav Haim Dynovisz

    REPONSE A FABIENNE: IL EST CLAIR QUE CELUI DONT LA VOCATION ET LA FONCTION EST DE VOIR CE QUI NE VAS PAS CHEZ LES AUTRES AFIN DE LES AIDER A S\’AMELIORER, CELUI LA N\’EST PAS CONCERNE PAR L\’ENSEIGNEMENT DU BAAL CHEM TOV PUISQUE C\’EST LUI, (ET NON LA PROVIDENCE QUI LE MET EN FACE), QUI VA A LA RENCONTRE DES AUTRES