La Téchouva n’est pas un aboutissement mais un commencement – Connaissance de Soi et du Monde – 26 Novembre 2010

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Nous allons de nouveau partir à la recherche de nous même sinon comment espérer réussir notre mission sur terre. Les explorateurs ont découragé le peuple de rentrer en Israël et le décret tomba : aucun ne put rentrer en terre d’Israel. Mais certains juifs vont regretter et vont décider quand même de faire la guerre pour pénétrer en Israël malgré l’interdiction de D. et se feront massacrer. Que se passe-t-il ici ? Ce passage semble contredire le fait que rien ne tient devant la Téchouva d’autant qu’ils ont tellement regretté leur geste qu’ils iront au péril de leur vie. Nous continuons en parlant d’Elicha ben Abouya, un de nos plus grands maitres qui se fourvoya et abandonna toute la Torah pour aller vers les plaisirs éphémères.Rabbi Meir, son élève, fit tout pour le faire revenir mais son maitre lui répondit que ca ne servirait à rien qu’il revienne car il a entendu les anges célestes dire que tout le monde pouvait revenir sauf Elicha ben Abouya. Mais nos maitres qui ne laisse rien passer et pénètre toujours l’âme du problème, vont préciser qu’il l´avait entendu des anges et non de D. lui-même. S’il l’avait voulu, il aurait pu s’élever au dessus du niveau des anges. Le secret de la Téchouva est que son âme peut toujours être réveillé car elle est intacte. Elicha ben Abouya était arrivé à un niveau ou tous les rayonnements étaient éteints. Les fonctionnaires de D. que sont les anges ont dit qu’il ne pouvait pas faire Téchouva. Tant que ce n’est pas D. qui parle, il y a de l’espoir pour réparer.
Notre peuple est appelé croyant fils de croyant. Autrement dit, le peuple juif est le peuple qui est constamment soumis à des contraintes et limites qui auraient pu lui faire perdre confiance, il est le peuple de l’impossible, il sait trouver des solutions la ou personne n’en trouve. Avraham est le père des croyants car toute sa vie est une confrontation à l’impossible ! Il croit en une promesse impossible et sa force a été d’investir en sachant qu’il ne verrait rien de son vivant. En se collant à D., nous faisons le choix de l’infini. Cette force de la foi est inscrite dans le patrimoine génétique du juif ! Mais comment ont-ils pu commettre la pire faute de notre histoire remettant en cause la source même du peuple juif (ils ont douté de la promesse de la terre en pleurant au retour des explorateurs) ? Les pensées négatives sont remplis de cholestérol et de mauvais sang qui bouchent nos artères spirituelles.
Elicha ben Abouya va un jour assister à une scène qui va les désarçonner, il va voir un enfant faire 2 mitsvot censées rallonger la vie et…mourir. Il n’a pas réagi mais est resté avec cette question qui va le ronger et petit à petit, la fissure va faire son chemin. Un peu plus tard, il entendre un chant romain qu’il fredonnera encore et encore, il lira ensuite des revues profanes et la descente continuera. Tout a commencé par une petite fissure qu’il n’a pas bouché et celle-ci a cassé son mur.
Mais si rien ne tient contre la Téchouva, pourquoi lui était elle impossible presque ? Car la Téchouva doit venir de nous même et non d’un choc extérieur. Tout ce qui n’est pas l’aboutissement de notre propre travail ne tient pas ! Nous devons bâtir les bases et les fondations de notre propre retour. Aussi immense soit elle, une élévation subite qui n’est pas le produit de notre propre recherche ne tient pas. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe juste après l’ouverture de la mer, le peuple se retrouve dans le désert assoiffé et se révolte devant D. Il y avait un piège : il suffisait de demander à celui qui est capable d’un tel prodige…à boire. Car plus le cadeau est grand, plus grande est l’épreuve ! Celui qui viendrait vivre en Israël sans changer devrait réfléchir! La Téchouva commence quand tout se voile ! Seul l’aboutissement d’un long travail et non d’une conjoncture va engendrer des fruits. Le Pardon ne vaut que s’il est le résultat d’une réflexion profonde. Il y a la Téchouva qui provient de la pureté de l’être qui se révèle au moment d’un choc et il y a aussi la vraie Téchouva devant laquelle rien ne tient, c’est celle qui vient au moment ou nous sommes serein et tout va bien!

(1288)

Category: Livre du Tania
About The Author
-

  • cjimmy

    Bonjour Rav,
    Ce cours me semble fondamentale car il permet de prendre conscience de la fragilité de la techouva qui provient de l\’écoute de vos cours car il faut être honnête la lumière nous est servie sur un plateau… En effet il est clair que cette techouva provient d\’un cadeau qu\’on nous fait!