Si Ma Vie, ce n’est que Toi, si je ne vis qu’à travers Toi, alors Ou suis-je, Ou est ma Place ? – Connaissance de Soi et du Monde – 6 Décembre 2011

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Attention, ce cours est novateur et il convient de l’écouter avec attention !
A de nombreuses reprises, nos maitres comparent les anges à des animaux ! De nombreuses prophéties appellent même les anges, ‘Hayot Hakodech’ !
Comment des créatures qui représentent des réalitées spirituelles peuvent elles être comparées à des bêtes ?
Le texte nous dit qu’Ezekiel a vu le char céleste avec à sa droite un lion et à sa gauche, un taureau ! Comment cela est il possible ? Comment peut-on parler d’animaux en haut ?
Essayons d’abord de comprendre ce qu’est l’ange !
Nos maitres comprennent que la Création se divise en 5 mondes fondamentaux et en décroissant, nous avons: Atsiloute(1ere lettre Aleph), Bryia (1ère lettre Bète, Béréchit Bara Elokim, la Torah nous parle au début de la création du Ciel et de la terre au niveau du monde de la Bryia, le 1er verset de la Torah nous apprend que notre monde n’est pas le seul et il y a une terre et un ciel dans chaque monde, la Torah nous apprend à croire à ce que nous ne voyons pas), Yétsira (fait allusion à une certaine action créatrice dans le monde de la Yétsira, la Torah ne nous parle pas du monde d’Atsiloute qui commence par ‘Aleph’ car ce monde dépasse complètement notre entendement, Av(Aleph, Bète) est le père, il est celui qui est capable de transmettre à ses enfants la conscience d’une existence qui traverse nos sens et que tout se joue à des niveaux qui ne sont pas forcément visibles(Bète d’Av comme Bryia) ou à des niveaux qui échappent à notre intelligence (Aleph d’Av), les mères sont au nombres de 4 comme les 4 lettres du nom Divin…nous sommes donc dans le multiple de 4…40…400, 4 est le chiffre matrice, la mère est Eme (Aleph Même), elle continue le travail du père qui enseigne de ne pas croire uniquement en ce que l’on voit, elle permet de passer de l’esprit au corps, de la théorie à la réalisation, tant qu’on est encore dans les 40 jours, nul ne sait si ca va aller plus loin, la force de la mère est de prendre le concept qui nous dépasse et de le faire vivre dans la réalité(l’échelle de Yaacov, ancrée dans le sol et la tête en haut et les anges montent et descendent)) puis Assyia (notre monde matériel se trouve dans l’extrémité inférieure du monde de la Assyia, pour avoir une idée, notre monde n’est qu’1/60 de la Yétsira qui n’est qu’1/60 de la Brya qui n’est qu’1/60 de la Atsiloute).
Les concepts fondamentaux sont identiques mais à échelle différente et le nom commun de toutes les créatures est Malhakh et selon les mondes, ils prendront différentes identités (Ofanim, Séraphim, Hayot Hakodech, Krouvim…) ! Tous appartiennent à la grande famille de créatures célestes appelées le Malhakh !
Elles sont Haya et l’homme est appelé Hayim !
Au niveau du fond, il n’y a aucune différence entre l’ange d’en haut et l’ange d’en bas !
Les anges préposés au service Divin incarnaient l’essence qui allait donner le lion et cette force avait le mérite de soutenir le trône Divin à droite ! Ezékiel n’a pas vu la forme du taureau mais la force du taureau !
Il n’est pas bon que l’on soit seul et tout ne peut se construire qu’à 2 ! Nul ne peut se suffire à lui-même ! C’est vrai au niveau des couples mais c’est vrai aussi au niveau de toutes relations humaines ! La dimension masculine est celle qui donne et la dimension féminine est celle qui reçoit ! Celui qui reçoit et celui qui donne mènent une action !
C’est le principe même de la création, le Ciel et la Terre !
Le 2 fondamental est la matrice de tout progrès ! Jamais tout seul !
La vie se construit à 2 ! Impossible de progresser seul !
L’existence ne peut être conçue qu’en association avec les autres !
La dimension Adam ne se trouve pas en haut, seul existe la dimension animale Mais qu’est ce que c’est l’animal ? Il est celui qui est au service de l’homme ! Dans notre monde moderne, notre animal, ce sont les machines (ordinateur, machine à laver, cuisinière, frigidaire,…). L’animal représente la créature qui n’a pas été créé pour elle-même mais pour autrui !
Il y a la créature Adam et la créature animal et la différence fondamental est le but de leur existence ! La créature Adam existe pour elle-même et la créature animale existe pour les autres ! Suis-je l’adhérent de, l’épouse de, l’époux de, l’enfant de, la mère de….ou suis-je l’initiateur de mon projet ?
Il faut les 2 mais on peut être toute sa vie être un animal ! Très fort !!
Il faut chercher SA Mission pour devenir éternel ! Dans toute relation, il donc y avoir Unité sans Uniformité!
Si ma vie, ce n’est que Toi, si je ne vis qu’à travers Toi, alors Ou suis-je, Ou est ma Place ? Attention, ce cours est à réécouter pour bien capter la finesse de l’enseignement !

(1853)

About The Author
-

  • Roland2

    Rav puisqu’Adam est seulement dans ce monde, ce qui est une grande anomalie par rapport à la symétrie des créations, est-ce que finalement le projet n’est donc pas d’amener Adam aussi à être un animal, puisque quand Avraham par exemple trouve l’essence de sa mission dans le plan divin, ne devient-il pas un animal pour Dieu ? Ne pensez-vous pas que le regard de la roue du Trône de Dieu sur elle-même est plus gratifiant que celui de « ces hommes » dont vous parliez ici sur terre ?

  • elior

    Bonjour Rav, c’est d’autant plus surprenant qu’Ezékiel dit 4 « visages » (phanim = phé+noun+youd+mem = 180 = 4 x 45 = 4 x Adam). On retrouve ces lettres (et cette guematrie de mot) dans le verset : Bereshit 3,8 : « Ils entendirent la voix de l’Eternel, parcourant le jardin du côté d’où vient le jour » littéralement « de devant » (miphéné= mem+phé+noun+youd). Maintenant, il faut voir que dans ce mot il y a phé+noun, or le mot que nous devrions chercher (pour voir) c’est le mot ophan = roue (aleph+phé+noun), c’est pourquoi si on remonte dans le verset précité, on trouve un aleph qui se trouve après 4 lettres de phé-noun(du mot miphéné) ; les 4 lettres qui sont à l’intérieur sont dans l’ordre après le aleph : shin, tav, vav, mem. Maintenant, si on cherche la première occurrence d’un mot composé de ces lettres (shin,tav,vav,mem) dans la Torah, on trouve cela au verset Bereshit 2,20 : « L’homme imposa des noms (shemot = shin+ mem+ vav+tav) à tous les animaux qui paissent, aux oiseaux du ciel, à toutes les bêtes sauvages ; mais pour lui-même, il ne trouva pas de compagne qui lui fût assortie ». Ainsi, l’homme a donné des noms comme Lion, Bœuf, Aigle (des visages), mais il ne s’est pas donné de nom à lui-même; cependant nous savons qu’il s’appelait Adam. Plus loin dans les versets ; D.ieu l’appelle Ich et sa femme Icha. Est-ce que « Ich » est le nom de la mission de l’homme sur terre ? De plus, doit-on considérer que l’action de D.ieu est traduite par les roues du Char Céleste par lesquelles le Char est mis en action ? Je demande cela parce qu’au verset Bamidbar 23,23, il est écrit: « Il ne faut point de magie à Yaacov, point de sortilège à Ysraël ; en son temps, il sera dit à Yaacov et à Ysraël comment D.ieu a agi (pa’al = pé+aïn+lamed = 180) ». Or Rachi dit : « Ils seront assis devant Lui et apprendront la Tora de Sa bouche, et leur place sera au sein des anges de service ( !) qui leur demanderont « Qu’a fait Qél ? ». Ce qui est étonnant, c’est qu’il est dit à Yaacov et à Ysraël, c’est-à-dire que les deux noms sont compris sur le même niveau ; nous savons que Yaacov avait deux femmes. De plus, le nom Ysraël a été donné du côté d’où vient le jour car c’était à l’Aube. J’ai parlé de l’action de D.ieu ; il est aussi dit à Tehilim 77,12 « J’évoquerai le souvenir des œuvres de Y.ah, oui, le souvenir de tes antiques merveilles. » où le mot œuvres « ma’alélé » (mem+aïn+lamed+lamed+youd = 180).————————————————————-« Et quand je hurle mon cri barbare, tous les animaux du ciel et de la terre, abasourdis, se demandent vers quel côté se porte mon amour ! Il faut écrire son nom avant que le sang se refroidisse, avec crainte… Mais qui est donc celle destinée à m’épeler, celle vers laquelle mon guilgoul se tourne ? Mon D.ieu qui Voit jusqu’aux 4 coins du ciel et de la terre, où est-elle ? » (dam meod)