Sommes nous Vraiment Vivant ? – Connaissance de Soi et du Monde – 22 Mars 2011

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Toute la vie n’est qu’un entraînement!
La Emouna nous permet de vivre, autrement dit elle est comme une résurrection, nous livre le prophète Ekhezkiel.
La Torah est une force qui donne la vie, elle n’est pas qu’une connaissance.
‘Simha Raba’ est ce qui confère à l’âme sa force. MaCHIaH est celui qui croit fondamentalement que les choses peuvent changer et agit en conséquence. Il est celui qui a une foi et un optimisme inégalable.
Au plus profond de chaque être humain est enfoui une étincelle messianique…oui, c’est possible !
Tout le monde parle de délivrance mais seul le messie amène la délivrance. Tout le monde a besoin d’y croire !
L’outil de la délivrance est le niveau de ‘Simha (Mêmes lettres que Machiah) Haba’ !
L’endeuillé est en état de déconnexion mais il est le canal d’un dévoilement extraordinaire du Divin. D. se sert des ustensiles brisés pour remplir le monde. Le cœur brisé est le plus grand des réceptacles. Celui qui accepte le deuil avec dignité devient un canal de réception exceptionnel. La période de deuil est une période d’enivrement spirituel et quand la personne sort de son état, elle se reconnecte de manière encore plus forte.
Toute épreuve bien vécue suit le processus suivant.
Au moment de l’épreuve, il y a une déconnexion mais ensuite la personne se sent porté par une chose qui vient au dessus de lui. Ces forces quittent alors la personne mais il reste une trace (le Rochem) qui lui permet de remonter encore plus haut.
Toute une vie à apprendre comment passer une épreuve !
La vie après l’épreuve est…de transmettre quelque chose aux autres !
Qui peut, après l’épreuve, vivre dans un débordement de joie ? La prière de résurrection des morts concerne ce débordement de joie que nous demandons tous les jours. Mais alors, sommes nous vivant ?
Nous ne sommes sur terre que pour faire revivre les morts mais pour ce faire, il faut des problèmes pour resurgir.
La pire des choses qui pourrait arriver à un être humain est le tout va bien, le bonheur béant. Quel drame ! Passer autant à coté du seul et unique but de l’existence : se faire revivre et faire revivre les autres ! Il y a du travail !
Voila le test de la Emouna ! Il est dit ‘Le Tsadik VIVRA par sa Foi’, autrement dit, un homme véritable est constamment au milieu de problèmes avec lesquels il va rebondir !
Pour finir, une très jolie loi : Prêter est plus grand que donner !
Car en obligeant à rendre, on oblige l’homme à se dépasser sans atteindre sa dignité !
On l´invite ainsi à la réussite en toute indépendance et le lien se créé !

(2772)

Category: Livre du Tania
About The Author
-

  • Sabban

    bonsoir rav
    j\’aimerais vous poser une question: lorsque l\’on traverse des épreuves successives il y a des moments où on arrive à se taire et des moments où on crie et on pleure momentanément et ensuite on se ressaisie et on recommence à avancer. Est ce que à ce moment où on n\’a pas réussi à se taire (je ne parle pas ici d\’un abandon de la pratique, juste d\’un découragement)alors on a raté ce moment de \ »et matso\ » même si ça ne dure que quelques heures et qu\’ensuite on se relève on réécoute un cours, on prie…. enfin bref on se ressaisie on reprend courage et confiance?
    merci de votre réponse car cette question me perturbe

  • elior

    Le Maître du monde connait tous nos faits et gestes, longtemps d’avance. Ainsi, c’est étrange d’exprimer que le Maître du monde est heureux alors que nous transformons l’obscurité en lumière (que nous dépassons l’adversité) car : imaginons qu’un malheur arrive et nous sommes à l’instant où nous allons soit tomber dans la mort de l’âme (tristesse qui nous fait tomber dans le noir absolu de l’oubli de notre volonté) soit nous élever dans la grandeur d’âme (combativité glorieuse et joyeuse de la lumière pénétrante de notre volonté) ; et bien à cet instant, quoi que nous sommes en mesure de faire, le Maitre du monde connait déjà l’issue de cette situation donc le Maitre du monde ne sera pas heureux, ni ne sera désolé car Il sait déjà. On pourrait dire qu’Il a déjà versé ses larmes car c’est probablement sur cette mer de larmes que l’esprit du Machiah planait au commencement du réchit ; Il est capable de déverser au début le pourquoi de ce qu’il adviendra à la fin. Ainsi, on comprend que l’homme ne peut acquérir l’emouna en se disant que D. sera reconnaissant car évidemment qu’Il reconnait ; et puis c’est LE Maitre de l’existence donc Il sait exactement. Par contre, nous pouvons être heureux en nous disant qu’à l’instant où un malheur nous arrive que le Maitre du monde connait déjà l’issue de notre volonté, mais que nous ne la connaissons pas et que nous sommes, à cet instant, en train de « prophétiser » avec nous-même. Nous sommes en mesure de sourire car nous nous dévoilons à nous-même en sachant (d’où la prophétie) qu’on pourra plus tard (à la renaissance lors du bilan de notre vie après notre mort de ce monde) en commenter avec le Maître du monde. En fin de compte, on pleure deux fois (le moment où on est petit face au malheur dans ce monde et après à la mort lorsqu’on se remémore et qu’on passe de la tristesse au sentiment honteux de ne pas avoir été consciencieux, et c’est peut-être à cet instant là qu’on va vraiment mourir et préférer tomber dans l’inconscience) ou on sourit deux fois (le moment où on se surpasse dans ce monde et le moment où on pleure de joie car le dévoilement à la renaissance nous surpasse de beauté tellement on ne se rendait pas compte de la grandeur de ce que c’est l’emouna, mais heureusement on accepte davantage). L’emouna n’existe que dans notre désir de dialoguer avec le Maitre du monde ; notre moyen de communication, c’est notre vie. Si notre vie est platonique, alors notre conversation n’a pas d’expression; elle peut quand même avoir un peu de sens, mais elle manquera d’intention donc de mémoire. La vie c’est : «Souviens-toi…» car qui veut se souvenir du mauvais ?

  • Sabban

    bonjour
    j\’ai quelques fois le sentiment que certaines épreuves nous renforcent mais que lorsque qu\’après on se retrouve devant d\’autres épreuves mêmes moindres il y a une sorte de trop plein, de ras le bol qui fait qu\’au lieu de grandir encore on peut s\’écrouler à un moment où on ne s\’y attend pas et pour une raison qui parait presque anodine au regard des épreuves précédentes: c\’est comme si on tirait trop sur une corde qui finit par atteindre son point de rupture. Comment peut-on alors surmonter ce sentiment de trop plein et reprendre des forces et se reconnecter, alors qu\’on est soi même surpris de s\’écrouler à ce moment après ce qu\’on a vécu de bien plus dur avant? Merci

  • rav Haim Dynovisz

    REPONSE A ELIOR:\ »Le Maître du monde connait tous nos faits et gestes\ » TOUT VOTRE COMMENTAIRE S\’ENRACINE DANS UNE PETITE CONFUSION DU DEPART, \ »CONNAITRE ET SAVOIR\ » AU NIVEAU DE D. N\’ONT STRICTEMENT RIEN A VOIR AVEC NOTRE DEFINITION DE CES NOTIONS…AUSSI, ON NE PEUT RIEN \ »CONSTRUIRE\ » A PARTIR DE CES AFFIRMATIONS…C\’EST CE QUE LE RAMBAM EXPLIQUE EN DETAIL DANS LE MICHNE TORAH ET AUSSI LE BAAL HA TANIA DANS LE TANIA…

  • rav Haim Dynovisz

    REPONSE A FABIENNE: il existe bien sur une infinite de niveaux depuis le simple juif au juste parfait….mais tant que l\’on \ »continue\ » sans tomber et lacher….on est dans le bon chemin

  • elior

    Bonjour Rav, quand je m’appuyais sur la phrase : « Le Maitre du monde connait tous nos faits et gestes », je voulais dire qu’on est seulement capable de savoir ce que le Maitre du monde nous connait au moins comme on se connait car nous ne sommes pas capable de savoir au-delà de nous. Ainsi, la phrase revient à dire : Moi je me connais autant, et bien ce « autant » le Maitre du monde, le connait et il peut expliquer pourquoi on est bloqué à ce « autant ». C’est pourquoi, on obtient plus de joie quand on se développe en connaissance, car on sait davantage que D. connait ce « autant qu’on a progressé ». La joie est connaissance. Ainsi, quand une épreuve arrive et qu’on est dans l’incapacité de comprendre et de connaitre la raison de cette épreuve et ainsi d’en retirer de la connaissance sur nous et donc de la joie, nous sommes donc obligé d’entrainer un processus qui nous fait entrer dans cette recherche. Or pour se connaitre davantage, on doit se lier au Créateur. Ainsi, si maintenant j’ai une épreuve, je marque un point d’ancrage dans ma mémoire en sachant que maintenant je suis connecté avec le futur (dans un autre point d’ancrage dans le temps et l’espace) à un endroit où je suis libéré. C’est pourquoi c’est comme si on était esclave et qu’on se disait : « Souviens-toi maintenant que tu as pris conscience que dans un temps futur tu pourras peut-être avec joie dire : « Souviens-toi que tu as été sorti de l’esclavage car tu étais lié au Maitre du monde ». En faisant ça, c’est comme si notre moi présent faisait un retour vers le futur. Mais, il faut toujours savoir que la vraie connaissance c’est celle qu’on a du Maitre du monde ; mais là seule possibilité d’obtenir cette connaissance, c’est en l’arrachant à notre vie ; donc en communicant avec nous-même. On ne peut connaitre que ce qui est relatif à nous, car sinon on est plus que nous et ça c’est difficilement possible ; à moins d’utiliser des points d’ancrage dans le futur en créant un potentiel dans le présent. Pour terminer : « Le Maitre du monde connait tous nos faits et gestes » doit être mis en parallèle à la phrase « ô Maitre du monde, garde-moi car je m’abrite en toi » c’est-à-dire qu’en agissant-en faisant-en nous abritant, notre maison d’esclave deviendra notre maison de liberté ; on comprendra davantage qu’on porte en permanence une mezouza, que nous sommes lié (gardé), du passé à l’avenir. Ainsi, la vie = « Souviens-toi » car sinon qu’est-ce qui se poursuit? et que veut-dire grandir dans la connaissance de l’infini ?

  • 30543

    cours d\’hier er d\’aujourd\’hui,passionnants!!!
    la déconnection de l\’âme se fait aux niveaux les plus élevés de cette dernière pour un endeuillé?
    une question d\’une élève: pourquoi seulement pour les parents,on n\’est en deuil une année complète sur le plan halachique?j\’ai déjà entendu des explications,mais j\’aurais voulu savoir quelle est votre réponse,car perdre un conjoint,un enfant, sont aussi des épreuves terribles!

  • charle

    bonjour rav dans le livre de shmouel le fils de david et urie tombe gravement malade david prie jeune tant que l\’enfant et malade et dès que son enfant meurt il se reprend se lave se parfume se fait servir un repas comment se fait il qu il ne respecte pas le deuil de son fils