4 Juin 2012 Zohar -le secret des lettres- La lettre Sameh- Y a t´il une force mysterieuse qui nous empeche de tomber?

Télécharger Vidéo Télécharger Audio Le Same’h vient, à son tour, devant le Maître du monde, afin que la qualité qu’il représente soit choisie comme modèle pour incarner le Projet de la création.

Le commentaire du Matok MiDvash explique que le same’h représente l’attribut divin de la Bina, c’est-à-dire la 8ème force, du bas vers le haut ; c’est la 1ère des forces qui sont au-dessus de notre monde. Par la circoncision le 8ème jour, le peuple juif est connecté à cette force, et échappe aux mécanismes de ce monde : il est né et ne disparaîtra jamais, comme le font les civilisations des nations, qui naissent, grandissent, s’affaiblissent puis meurent.

La same’h argumente donc qu’il représente la force qu’Hachem donne au peuple juif, et qui permet au monde de ne pas disparaître. Il mérite donc de servir à la création.

Le Matok MiDvash nous fournit une clé fondamentale pour la compréhension de cette lettre si mystérieuse : il y a 2 forces dans la Bina, la plus haute est représentée par le same’h, et l’autre (que l’on appelle tvouna) est représentée par le mem sofit (le mem lorsqu’il est à la fin d’un mot). Ces deux lettres sont des lettres fermées.

« Dans le langage de la kabbala, le mem sofit s’appelle aussi la mère qui couve ses enfants pour leur donner vie et maintien. Mais, quand les enfants (qui sont les enfants d’Israël) fautent, leur fautes arrivent à atteindre le mem et la mère s’en va de dessus ses enfants, qui se trouvent seuls ; c’est la chute des deux forces qui sont les forces fondamentales d’Israël, le yessod et la mal’hout. A ce moment, se dévoile la lumière du same’h pour veiller sur eux et les empêcher de tomber (some’h, signifie « veiller sur »)

Le same’h fait allusion à Hachem qui « soutient tous ceux qui tombent », comme le dit David dans un Psaume. Il revendique donc d’être la 1ère lettre de la Torah car, grâce à ce soutien aux enfants d’Israël, le monde ne s’écroulera jamais.

Par les explications du Matok MiDvash, et les valeurs numériques du same’h (60) et du mem (40), ce cours nous donne peu à peu les 3 éléments d’un puzzle que nous verrons s’assembler par la suite.

D’abord, on trouve ces valeurs numériques liées à Yitzhak, Yaakov et Esav ; ensuite, ces nombres seront associés à la Torah (40) et au peuple d’Israël (60) ; on trouve aussi que sont liées à la Terre d’Israël les notions représentées par 40 (Yehoshua et la force de la Torah de Moshé) et par 60 (Caleb et la force des 3 pères, l’essence du peuple d’Israël).

(2815)

Category: Zohar
About The Author
-