16 Juillet 2012 -Zohar- La lettre Kaf deuxieme cours- Sacrifie toi mais touche pas aux autres !!

0 vues

MP4 MP3 Pendant la fête de Souccot, on doit faire une soucca. La loi précise que le toit ne peut être au-dessus d´essrim ama, 20 coudées. Nos Maîtres expliquent que 20 est la valeur numérique du kaf, qui représente le Kéter. La emouna n´est possible que si tu ne dépasses pas 20 coudées, et tu n’entres pas dans le monde du Keter car, si tu y entres, ton moi disparaît entièrement

La Torah demande à l´homme de s´élever et d’atteindre des notions qui le dépassent, mais à condition qu´elles ne le fassent pas disparaître. Le judaïsme est l’équilibre entre les 2 extrêmes qui sont : je suis, mais sans me souvenir de ma Source qui me dépasse complètement : c’est le yesh sans le ayin ; ou bien, je ne reconnais que ma Source, au détriment de mon existence, je disparais complètement et je me sacrifie : c’est le ayin sans le yesh. Dans le judaïsme, on me demande de relativiser mon moi, car la réalité vraie me dépasse. Mais, en même temps, je dois continuer à exister, et je ne dois pas m´annuler complètement. L´existence, c´est yesh méayin, l´équilibre des 2 car, si Hachem m’a créé, c’est pour que j’existe devant Lui, et non pour que je m’annule et que je disparaisse.

Certaines sources, dont le Zohar, disent que \ »la Torah sort de la ´Ho´hma ». Pourtant, on appelle la Torah \ »Kéter Torah\ », et elle aurait pour origine le Kéter. Mais ce sont 2 plans qui se complètent : il y a une dimension de la Torah qui s’enracine dans la ‘Hohma, ce sont presque toutes les lois de la Torah, 610 mitsvot sur 613, car la Torah a été donnée pour vivre avec elle, et non pour mourir pour elle. Par exemple, nous avons l´obligation de transgresser shabbat, si cela sauve notre vie. Ta vie, l´affirmation de toi, ton yesh, est au-dessus de la loi.

Mais il y a aussi 3 lois qui proviennent du Kéter. C’est un service qui demande à l´homme de s´annuler et de disparaître ; s’il y a une opposition entre ta vie et la loi, c´est la loi qui l´emporte ; c’est le niveau du ayin, et il y a disparition du yesh. Si on te dit \ »tue\ », \ »sois idolatre\ », ou \ »débauche-toi pour sauver ta vie\ », tu dois te laisser tuer. Car ces 3 mitsvot sont au-dessus de la vie. La vie est une âme et un sens et, si je commettais une de ces 3 choses, ma vie n´en aurait plus.

C’est pourquoi Hachem dit au kaf de vite remonter car si, dans chaque chose, l´homme doit aller jusqu´au bout et se laisser mourir, le monde ne peut tenir. Le Kéter ne descend donc pas dans mon monde, il reste en haut ; et j´ai accès seulement au yesh. Mais il y a 3 cas où Kéter descend au-dessous de ‘Ho’hma et Bina, il entre dans ce monde, et il devient Daat ; tout se met à trembler et va disparaître, et il faut se laisser tuer pour Hachem, dans ces 3 mitsvot. Le kaf voulait que l’homme serve Hachem sans limites, en toutes circonstances, mais Hachem a refusé.

Toutefois, lorsque c’est en présence de 10 Juifs, il y a aussi obligation de se laisser tuer pour toutes les lois de la Torah, plutôt que de les transgresser, car il y aurait humiliation de tout le peuple, et le peuple est au-dessus de la vie de chacun ; la nation est éternelle, et non l’individu. Chaque fois que l’on est en présence d’un phénomène d’éternité (l´ein sof, sans limite, par une mitsva qui s’enracine dans le Kéter, ou devant la nation), on doit se sacrifier.

Le cours nous explique aussi pourquoi la faute d’Adam fut l’incapacité à gérer le Daat, c’est-à-dire à définir le sens de la vie et, juste après, suivirent les 3 fautes fondamentales.

Précisons bien que, dans la Torah, quand l´homme doit aller jusqu´au sacrifice, c´est seulement le sacrifice de soi : se laisser tuer, et non tuer les autres ! Seulement dans ce cas, le kaf, le Kéter, pourra être dans ce monde.


30 novembre -0001