17 Juin 2012 -Zohar- La lettre Sameh (deuxieme cours) Les miracles invisibles sont les plus grands

0 vues

MP4 MP3 Il y a 10 attributs divins, mais ils se résument à 4 attributs fondamentaux : la ‘Ho’hma est celui qui féconde ; celui qui est fécondé est la Bina. Deux enfants sont construits, à l’intérieur de la Bina : ce sont le Yessod et la Mal’hout, forces représentant l’action d’Hachem dans ce monde.

Dans le langage codé de la Torah, Hachem a créé Son monde en 7 jours, c’est-à-dire avec les 7 attributs divins du bas, en cachant son action à l’intérieur des lois de la nature.

Le Yessod représente les 6 attributs masculins, c’est-à-dire toutes les forces spirituelles qui sont dans ce monde. Il est le fils. La Mal’hout est un attribut féminin et fait allusion à toutes les forces matérielles qui sont dans ce monde. Elle est la fille.

Ils sont les 2 enfants du 8ème attribut qui est la Bina. Ainsi, la Bina met au monde une spiritualité et une matérialité qui sont toutes les 2 voilées dans ce monde naturel, de sorte que, même la vie spirituelle ne nous extrait pas (du moins visiblement) de la nature.

Dire que la Bina est la mère de Yessod et Mal’hout, signifie qu’il n’y a pas de coupure réelle entre le monde d’en haut (la surnature) et le monde d’en bas. La surnature est la matrice, la source, du monde d’en bas. Mais ce lien est voilé.

Le same’h représente la Bina et il vient devant le Maître du monde en disant : « crée le monde par moi. Pourquoi Te caches-tu dans la nature, et ne laisses-tu pas voir que Tu es au-dessus de la nature ? » Car la nature est seulement l’extériorité de ce monde, mais l’intériorité du monde est un miracle permanent. Il faut faire preuve d’intériorité pour pouvoir se connecter à la Bina, à la source véritable, et savoir que la nature est seulement un voile, et que la véritable force qui agit, c’est la Bina.

« La Bina a 2 forces : le same’h, qui représente le miracle et la présence d’Hachem dans ce monde, et qui est fermé pour signifier que tout est voilé, et toutes les forces que la mère donne à ses enfants sont complètement cachées. Il y a une 2ème lettre qui représente aussi la Bina, mais à un autre niveau, c’est le mem sofit qui s’appelle tvouna, qui se pose sur les enfants (Yessod et Mal’hout) et leur permet de vivre et d’exister. »

Quand nous sommes méritants, nous recevons des miracles. Mais le miracle visible vient du mem satoum, de la force la plus basse de la Bina, qui ne peut se dévoiler que lorsqu’Israël est méritant. Par contre, lorsqu’Israël n’est pas méritant, se dévoile le same’h, et c’est un miracle encore plus grand, mais qui est caché. Les plus grands miracles sont donc les miracles cachés. Car le miracle et la surnature font partie intégrante de l’existence de ce monde, mais sont complètement voilés, et c’est le sod du same’h. : ainsi, le fait qu’Israël ait traversé l’histoire et soit revenu sur sa terre est un miracle beaucoup plus grand que tous les miracles visibles racontés dans la Bible, qui viennent du mem satoum.

Le same’h pose une question fondamentale : « pourquoi as-Tu choisi de créer un monde où on ne voit pas la vérité, c’est-à-dire que même la nature a pour mère le miracle ? » Hachem nous fait des niflaot, mais Lui seul le sait « Hou ossé niflaot lévado ». Nous ne le voyons pas. Mais, au moment de la Délivrance, nous n’aurons plus besoin de miracles visibles (nissim), car ce monde sera à tel point transparent que l’homme verra que la nature n’a aucune autonomie et fonctionne uniquement selon la Volonté d’Hachem. Il se rendra compte que la vie naturelle est un miracle permanent, plus grand encore que tous les nissim !


30 novembre -0001