21 Avril -Paracha Kedochim- La morale qui pue -Deuxieme cours

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Dans ces 4 versets que nous étudions, il y a tous les fondements de la relation avec le prochain, ainsi que les pièges fondamentaux dans lesquels il ne faut pas tomber : une idolâtrie de la morale qui devient de la morale émotionnelle, ou une idolâtrie de la vérité, au point que l’on salit quelqu’un sans qu’il n’y ait aucune utilité pour personne. Rashi dit que c’est une abomination.

Le 3ème verset nous dit \ »ne hais pas ton frère dans ton cœur. Tu auras l’obligation de parler avec la personne (à qui tu reproches quelque chose) afin que tu ne portes pas sur toi la responsabilité de sa faute.\ » Cela signifie : quand tu reproches quelque chose à quelqu’un, et que tu pourrais arriver à le haïr, apporte la preuve de ce que tu lui reproches, en ayant une explication avec lui. Sans quoi, s’il est dans la faute, tu porteras la responsabilité de sa faute.

Le 4ème verset dit \ »tu ne te vengeras pas, et tu ne seras pas rancunier avec les fils de ton peuple, et tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis Hachem.\ »

Nous avions vu que la Torah emploie le mot \ »réa’ha\ », quand on voit le sang du prochain qui coule ; et aussi, ici, quand il faut aimer le prochain. Mais, dans les autres commandements, elle emploie un autre mot : a’hi\’ha : \ »ne hais pas ton frère dans ton cœur\ » puis, dans le même verset : quand il faut avoir une explication avec lui, elle emploie le mot \ »amite’ha\ », celui qui est du même peuple que toi.

Pour le commandement de ne pas haïr, le prochain est appelé \ »frère\ ». Nos maîtres expliquent que \ »sin’a\ » n’est pas la haine, mais garder quelque chose sur le cœur : parce que c’est un frère, quelqu’un de très proche, je ne veux pas le blesser et perdre la relation avec lui, et je garde les choses sur le cœur. C’est l’idolâtrie de l’amour entre nous qui fait que je me tais. Mais la Torah nous dit : ne garde pas dans ton cœur des ressentiments, sinon cela finira par exploser. Tu dois lui parler.

Puis, quand il est dit de s’expliquer avec lui, il n’est plus appelé \ »frère\ » mais \ »amite’ha\ », concitoyen. Par ce mot, la Torah veut nous montrer que s’expliquer avec quelqu’un est un devoir civique, national car, si mon peuple est important pour moi, je ne peux me taire en voyant que tout le monde se comporte mal. Ici, il s’agit de sauver mon peuple. C’est une responsabilité nationale. Il est dit que le 1er Temple a été détruit à cause des justes qui, parmi le peuple, ne faisaient de reproches à personne. Des dictatures et des empires de mal se construisent sur l’indifférence des peuples.

Pourquoi est-il dit : tu aimeras le réa’ha, comme pour le sang de ton réa\’ha ? Et pourquoi ce verset est-il à la fin de ne pas être rancunier et ne pas se venger ? \ »Aime ton prochain comme toi-même\ » est dans le même verset, pour nous faire comprendre qu’aimer l’autre commence dans le quotidien le plus petit : comment je me comporte avec celui qui a osé me dire ou me faire une tout petite chose ? Avant de faire de grands discours sur la morale, la vérité, l’amour… il faut apprendre à bien réagir dans la vie concrète de tous les jours. C’est dans le quotidien que nous montrons notre grandeur morale, qui se voit dans les choses les plus petites de la vie quotidienne. Si nous sommes rancuniers ou nous vengeons, nous ne devons pas parler de grandes choses. Et cela commence avec le 1er prochain, le conjoint.

Pourquoi \ »réa’ha\ » est-il utilisé pour \ »le sang du prochain\ » et pour \ »tu aimeras…\ » Ce mot est traduit par les Maîtres par le conjoint, mais aussi par celui qui est le plus éloigné au point qu\’on le voit comme quelqu’un de mauvais. \ »Réa\ » signifie qui est très loin, qui nous est étranger et indifférent, c\’est pourquoi il faut nous dire de nous mettre en danger pour le sauver. Le verset signifie donc \ »tu aimeras ton lointain comme toi-même\ », celui que j’aurais des raisons de ne pas sauver, et de ne pas aimer car je n’ai aucun lien avec lui.

La Torah écrite nous donne ici une ordonnance positive : tu devras l’aimer comme toi-même. Mais Hillel le reprend sous la forme négative : \ »tout ce que tu ne veux pas que l’on te fasse, ne le fais pas aux autres\ ». L’essence de la Torah, le contenu auquel il faut arriver, c’est d’aimer son prochain comme soi-même. Mais le moyen d’y arriver, c’est \ »ne fais pas à autrui….\ » Avant de parler de grands principes, il faut commencer par les petites choses, très simples. La morale trop haute pervertit l’homme. Il faut commencer petit, et après on pourra commencer à penser à aimer.

Rashi dit, sur le 1er verset, que Avel signifie tohéva, une abomination aux yeux d’Hachem. Or, à la fin de cette paracha, il est dit, au sujet des déviations sexuelles, \ »un homme qui couchera avec un homme comme avec une femme, c’est une tohéva\ », ce qui n’est pas dit pour les autres déviations sexuelles. De plus, il est ajouté \ »comme on couche avec une femme\ ». En effet, la Torah parle ici, non du fait même de l’homosexualité, mais nous dit que c’est une abomination de prétendre que c’est comme aller avec une femme, et aussi de le légaliser. L’abomination est la théorisation de notre morale, et transformer en idéologie légale qu’aller avec un homme serait comme se marier avec une femme. C’est le danger de la normalisation d’une telle idéologie.


30 novembre -0001
  1. Rav, ce cours est encore plus édifiant que le premier! En psychiatrie, on dit aussi qu\’il vaut mieux dire tout de suite à la personne qui nous a blessé(e) le fait. Mais vous évoquez les cas du voisin, du couple, mais que faire lorsque la personne qui vous a fait du mal est un supérieur hiérarchique dans le travail ou pire, votre Maître en Torah ? Faut-il faire passer le respect dû à la personne avant la franchise ? Si vous le permettez, je voudrais évoquer une session de Chrétiens amoureux d\’Israël qui a lieu tous les ans dans le sud de la France et à laquelle je participais il y a longtemps lorsque j\’étais encore dans l\’erreur. Pendant une semaine, j\’ai écouté les orateurs à côté de trois \ »soeurs protestantes\ » et les ai retrouvées à la gare de Valence à la fin de la session. Je suis allée les saluer et elles ne m\’ont pas reconnue alors que, pendant sept jours, j\’étais assise à côté d\’elles!!! Comme vous le dites si bien, l\’amour de l\’autre commence par celui qui est à côté de soi et que l\’on ne voit pas peut-être parce l\’esprit est trop tourné vers D. sans l\’application de ce qu\’on entend. Mes salutations à votre voisin qui est la preuve incontestable de la qualité de ce cours…

  2. l\’esprit se trouve dans la lettre ;la lettre se trouve dans l\’esprit ; l\’esprit de la lettre se trouve dans la lettre de l\’esprit;;

  3. razak, avec beaucoup de reconnaissance, merci.

  4. L\’homosexualité n\’est pas génétique ce n\’est donc pas une nature mais le résultat d\’une déviance.

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Pour participer a la veillee d'Hochana Rabba en LIVE inscrivez au Groupe HaiCLIQUER ICI
+