4 Septembre 2012 – Shmouel- Roi David- Le secret de Jerusalem (premier)

MP4 MP3 Nous commençons, aujourd’hui, l´histoire du ROI DAVID. Or, en hébreu biblique, le commencement se dit \ »rosh\ », la tête (et non hat´hala). Ce 1er événement de la vie du roi David est donc comme la tête de ce roi, le cerveau de tout ce qui suivra.

\ »Les tribus l´emmènent à Jérusalem.\ » Pour la 1ère fois, dans la Torah, il est parlé de Yeroushalaïm en tant que lieu important, ville différente de toutes les autres villes d’Israël. Jusque-là, il était seulement dit \ »vous apporterez vos offrandes à l´endroit que Je choisirai, où Je veux mettre Mon Nom.\ » Ici, David devenu roi monte à Jérusalem avec toute son armée. Mais cet endroit est habité par les Yévoussim, non-Juifs idolâtres ! Nous sommes, pourtant, 500 ans après la conquête du pays, et au cœur même de la Terre ! \ »Ils étaient les propriétaires du territoire. Quand ils virent s´approcher David, les Yévoussim lui dirent : \ »ne t´approche pas de là, à moins que tu n’enlèves, d’abord, l´aveugle et l´estropié car, tant qu´ils seront là, tu n´auras pas le droit de prendre cette ville\ ». David n’en tint pas compte, et s’attaqua à la forteresse de Tsion, qui deviendra la ville de David.\ » C´est aussi la 1ère fois que le mot Tsion est écrit dans notre Torah ! Il s’agit de la forteresse, metsoudat Tsion, qui entourait Jérusalem. Cette montagne est le cœur de Jérusalem, où sera construit le Temple. Jérusalem est la capitale, mais David fait de Tsion le lieu de résidence de la royauté d’Israël.

Mais, si toute l’essence politique et spirituelle d’Israël se trouve à cet endroit, pourquoi n’en a-t-on jamais chassé l’idolâtrie, durant 500 ans ? Il y avait une très haute colonne, avec beaucoup de protections, car en haut se trouvaient 2 statues, l´une représentant un aveugle et l´autre un estropié ; la population les vénéraient et y puisaient leur force, ainsi que leur revendication juridique sur cet endroit. David envoya ses soldats pour les ôter \ »car je ne hais rien davantage que l’aveugle et l’estropié. Qui aura le courage de les faire tomber ? Sinon, je ne pourrai entrer dans la maison.\ » Notre tradition rapporte que c´est Yohav qui arriva à monter en haut de la colonne et à faire tomber les statues. Les Yevoussim perdirent leur force et David conquit cet endroit.

Rashi explique \ »sache que les Yevoussim étaient un peuple cananéen qui remontait à Avimele´h le Philistin. Ils avaient 2 statues ; l´une représentait Itz’hak (qui, vers la fin de sa vie ne voyait plus) et l´autre Yaakov (boîteux). Dans leur bouche, il y avait un parchemin, serment d´Avraham que lui et ses descendants ne toucheraient pas à leur peuple\ ». Elles représentaient 2 accords avec Avimele’h, l´un qui nous a rendu aveugle et l´autre nous a ôté nos jambes. Or, les 2 qualités qu´un dirigeant doit avoir, c´est d’être visionnaire et de faire avancer ! Leur revendication signifiait donc \ »tant que vous aurez des dirigeants aveugles et estropiés, nous resterons ici.\ » Toute notre histoire, et aussi toute l’actualité de notre pays, sont contenues dans ces 3 lignes de Rashbi, écrites il y a plus de mille ans ! Car nous signons des accords et les respectons, alors que nos ennemis les signent pour trahir leur promesse.

Et il arriva, justement, à l’époque de Yehoshua, que les Yevoussim s’attaquèrent aux Juifs qui vivaient autour d’eux ; mais Yehoshua ne saisit pas l’occasion et ne conquit pas Jérusalem, à cause de ce serment d´Avraham dans la bouche de la statue. Pourtant, ils nous avaient attaqués ! Et le Talmud dit qu’à partir du moment où ils avaient enfreint leur serment, nous étions libérés du nôtre. Mais c´est la maladie innée de notre peuple : nous ne sommes pas capables de voir la réalité telle qu´elle est, et que l´ennemi qui est en face de nous n’a pas l’intention de faire la paix avec nous. David est le modèle du médecin, et il est là pour nous guérir, car nous sommes malades.

Le Radak ajoute \ »sache qu´il y avait une tradition depuis Moshé, selon laquelle Tsion serait l´endroit de la royauté d´Israël. Mais il était précisé que, seul le 1er roi d´Israël pourrait la conquérir ; or, la vraie royauté n´était pas encore apparue.\ » Ce commentaire nous fait entrer dans une toute nouvelle dimension, et il justifie le comportement des générations précédentes, qui n’ont pas attaqué Tsion pour la prendre ; elles attendaient la vraie royauté d´Israël ! Cela montre que Shaül savait bien, au fond, qu’il n’était le vrai roi d’Israël, sinon il aurait pris Tsion…


30 novembre -0001