9 Mai 2012 Shmouel -Roi David- Tout est entre (mes) (Ses) mains

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : David dit à Shaül : « soit c’est Hachem qui t’a poussé à te battre contre moi, alors je dois faire techouva, soit ce sont des hommes qui t’ont monté contre moi, et ils seront punis. »

En réalité, les 2 sont vrais en même temps : ce sont les hommes qui ont dressé Shaül contre lui ; mais Hachem dirige Son monde, et rien ne peut se faire sans Sa volonté et Son action.

Plus profondément, David nous explique comment une victime doit déchiffrer ce qui lui arrive : ce sont 2 niveaux différents d’interprétation, et les 2 principes se juxtaposent et fonctionnent en même temps.

Le Rambam demande : puisque rien ne peut se faire sans que Dieu ne le veuille, et sans les forces qu’Il donne à ce moment-là, comment comprendre que je reçoive cette énergie d’Hachem et qu’en même temps, j’aie le libre arbitre et je sois responsable ?

Nous ne pouvons comprendre les mécanismes divins, car nous projetons sur Dieu nos interprétations et les catégories gérant notre monde. Dieu appartient à une dimension qui nous est complètement étrangère. Dans notre monde, les 2 sont impossibles en même temps, car je ne peux donner les forces à quelqu’un pour faire quelque chose, et le laisser faire, puis le punir de l’avoir fait ! Mais, dans la dimension de Dieu, cela est possible. Nous ne pouvons pas le comprendre, mais nous savons que cela fonctionne comme cela.

L’homme qui fait le mal est régi par son libre arbitre et devra rendre des comptes pour ce qu’il aura fait. Mais la victime doit toujours remonter à la source 1ère et se dire que cela lui arrive, soit pour une punition, soit pour une réparation (l’âme doit se nettoyer, car vivre c’est se salir, puis les difficultés nous nettoient), soit pour une élévation (c’est le cas des justes, soumis à des épreuves qui les obligent à se surpasser). Ce sont 3 échelons pour lire ce qui m’arrive. Ainsi, il ne faut pas me contenter de regarder la difficulté et celui qui m’a fait du mal, car si Hachem lui a donné les forces de me nuire, c’est qu’Il voulait que cela m’arrive et je dois en comprendre le sens. Je dois me soucier uniquement de la source. Ma conception de la justice que je pourrais appliquer à l’autre va, alors, totalement changer car, moi aussi, j’ai une part de responsabilité dans ce qui m’arrive (punition, réparation ou élévation). C’est ce que fait David : il ne renonce pas à la punition contre ceux qui lui nuisent, mais il ne se sent pas le droit de les punir : que la Source qui les a envoyés les punisse elle-même.

David montre que, même dans les situations où il souffre en tant que victime, il est capable de prendre du recul et de voir que Dieu Se sert d’intermédiaires pour le punir ou pour le perfectionner. Certes, ces intermédiaires sont des gens mauvais, qui avaient décidé de faire du mal, et qui paieront pour ce mal. Mais David regarde seulement le bien, le nettoyage qu’Hachem veut faire en lui, au travers de ce qui lui arrive.

Tous ses ennemis le traitent de fils de la Moabite. David comprend donc que c’est ce qui doit être nettoyé en lui. Certes, il est le fils d’Ishaï, descendant d’Oved, Boaz, et Ruth. Mais il sait qu’il faut un nettoyage à cause de ses ancêtres, car le mal fait par les générations se transmet aux générations suivantes et, par un acte de bonté infinie, Hachem donne la possibilité de nettoyer ce mal. C’est pourquoi David ne se révolte pas contre l’épreuve, ni contre ceux qui sont seulement les intermédiaires d’Hachem, et il ne cherche pas à éviter ce nettoyage.

C’est la question fondamentale : pourquoi est-on sur terre ? La vie n’est qu’une série de difficultés, en raison de ce nettoyage nécessaire des âmes, et de la préparation au monde qui sera dévoilé avec la Délivrance. C’est d’ailleurs le même mécanisme que pour exercer un métier, ou pour faire quoi que ce soit, il faut toujours une formation et une préparation, puis des tests et des examens.

Certes, ce monde semble aller de mal en pis. Mais, en réalité, c’est seulement dans son extériorité qu’il se détériore tandis que, dans son intériorité, il se répare. C’est l’histoire racontée par Rabbi Ra’hman : le fils d’un roi avait un corps fait en diamant recouvert d’une peau. Alors qu’il allait prendre la relève de son père, sur le trône, il fut frappé d’une lèpre et sa peau tomba en lambeau. L’enfant devint de plus en plus laid, et le père se désespéra. Mais, quand toute la peau fut partie, apparut le diamant ! C’est ainsi que fonctionne l’histoire humaine : un diamant y est caché. Le monde se détruit dans son extériorité mais, dans son intériorité, est en train de se construire une profondeur. Et, lorsqu’elle apparaîtra, elle emmènera avec elle l’humanité vers un monde meilleur.

Le Rabbi de Loubavitch, lui aussi, disait que le monde va de mieux en mieux et qu’il est prêt pour la Délivrance car, pour que son intériorité puisse être dévoilée, il faut que son extériorité disparaisse.

Pour nous aussi, toute perfection s’obtient après un très profond nettoyage de notre légèreté, afin qu’apparaisse notre sérieux. Aucun homme ne peut réussir sans une formation, une préparation et un très sérieux nettoyage qui ne s’arrête pas à nous, car il y a aussi toutes les générations antérieures. Cela est vrai pour toute l’humanité, et c’est pourquoi nous l’apprenons de David qui, grâce à ses psaumes est devenu un modèle universel.

David sait que ce nettoyage ne va pas s’arrêter à Shaül. C’est pourquoi il agit, face à lui, avec une surnature. Il sait qu’il doit acquérir des mérites pour être protégé, ainsi qu’il le dit : « par le mérite que je n’ai pas porté atteinte à ta vie, Hachem me sauvera face aux dangers futurs. » Il est conscient qu’il a une mission et que, s’il réussit, de lui sortira le Mashiah (qui sera appelé « ben David », bien qu’il y ait beaucoup d’autres justes dans cette lignée, car c’est David qui fut la matrice du Mashiah). Il est le modèle de la teshuva toujours possible : dans ce monde, tout peut être réparé.

A notre échelle, chacun d’entre nous porte sur lui beaucoup de choses qui doivent être réparées et, par bonté, Dieu nous en donne l’opportunité. C’est pourquoi, tous les intermédiaires qui se présentent à nous, nous devons les prendre seulement comme des moyens pour nous nettoyer.


30 novembre -0001
  1. Béni soit le Rabbi DE LOUBAVITCHE \ »Faratsta Tsorfat\ » Merci Rav

  2. Merci cher Rav pour ce cours qui m\’a fait tant de bien ! Comme D.ieu est grand ! Avoir la possibilité de voir nos ennemis comme des \ »savons\ » qui nous aident à grandir ! Merveilleux ! Quelle paix du coeur que de pouvoir laisser la punition de ceux qui nous font du mal à D.ieu et Lui seul ! Ceux qui nous font souffrir et nous blessent ne pourront pas nous détruire totalement car D.ieu nous protège
    de sa droite triomphante ! Quelle repos pour nos âmes et nos esprits ! Gloire, gloire soit au D.ieu d\’Abraham, d\’Isaac et de Jacob ! AMEN !

  3. ce qu on peut dire aussi c est que david etait jeune quand chaoul était le gadol ha dor

  4. david était trés jeune quand chaoul était Son gadol ha dor
    pourquoi ne donne t on pas des guitares (il y en a a dix cordes) a la bar mitsva ou a la brith mila
    david jouait il de la musique pour ses soldats
    dans les grottes
    jouait il à plusieurs
    il y a une phrase d\’une chanson d\’un chanteur que j\’aime beaucoup (qui s\’appelle bernard lavillier(pour le chalom))
    \’\’ses rifs comme des éclairs déchiraient le brouillard\ »\ »
    un rif est une forme de dynamique musicale technique à la guitare

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+