Comment toujours rester connecte ? -Tania- 1 Oct 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : \ »L\’âme ne rentre pas directement dans le corps. Elle se trouve dans des habits, réceptacles qui lui permettent de se manifester dans le corps. Elle a trois habits : la pensée, la parole et l\’action, qui sont liées aux 613 mitsvot de la Torah. Par exemple, un homme accomplit une mitsva par une action, ou par sa parole (il s\’occupe d\’expliquer les mitsvot), ou par sa pensée (il comprend tout ce qui lui est donné de comprendre dans la Torah). A ce moment, l\’ensemble des 613 parties de son être sont habillées dans les 613 mitsvot.\ »

Nous savons que les maîtres ont dénombré 613 parties dans le corps : 248 membres, par lesquels passe par la vie véritable ; et 365 nerfs, c’est-à-dire forces, par lesquels passe toute l\’activité sensitive, émotionnelle et nerveuse. Or, 248 est la valeur numérique du mot re\’hem, matrice, où la femme donne la vie, conçoit l\’enfant. Et 365 évoque le nombre de jours. Les deux renvoient donc à la vie. On remarquera que tout ce qui est spirituel est relié à une notion de vie : la Torah est appelée \ »ets ha\’haim\ » et l\’âme est appelée, dans la Torah, \ »nishmat \’haim\ », l\’âme de vie. Ainsi, selon le décompte de nos Maîtres, il y a autant de mitsvot que le temps de la vie et les membres qui, ensemble, forment la matrice de la vie.

Mais le corps est le miroir de l\’âme, et c\’est parce que l\’âme est elle-même composée de ces deux types de forces (248 parties vitales de l\’âme et 365 nerfs), que le corps est ainsi créé. Le but de l\’âme est de nous donner la vie et de nous permettre de vivre dans le temps, c\’est pourquoi elle est dotée de ces différentes forces, évoquées par les chiffres 248 et 365. C\’est aussi pourquoi nous avons reçu une Torah qui a 613 mitsvot décomposées en 248 et 365 qui vont permettre la connexion entre le corps et l\’âme, c’est-à-dire entre ce qui est inerte et mort, et ce qui en nous source de vie. Donc, dans un premier temps, en faisant les mitsvot, je me connecte d\’abord à moi-même, à ce qui est vraiment vivant en moi.

Dans la vie de tous les jours, quand je suis découragé, fatigué… cela prouve que je suis déconnecté de moi-même, de la source de la vie en moi. C\’est pourquoi la première parole adressée à Avraham, c\’est \ »le\’h le\’ha, va vers toi.\ » La connexion avec moi-même, c\’est la \ »mitsva\ » dont le nom signifie \ »ordre\ », mais aussi vient du mot \ »tsevet\ », équipe : je me connecte à la partie divine, inépuisable, qu\’Hachem a mise en moi. Si j\’étais toujours en situation de mitsva, connecté à mon intériorité, je ne serais jamais ni triste, ni découragé.

Comment peut-on être ainsi connecté en permanence à soi-même ? Les mitsvot, apparemment, sont très ponctuelles. Mais le texte nous répond : les mitsvot sont au niveau, non seulement de nos actions, mais aussi de notre parole, et surtout de notre pensée. Nous avons un principe fondamental : nous pouvons savoir pourquoi nous sommes venus sur terre en voyant dans quel domaine de notre vie nous avons le plus de difficultés à progresser, et nous avons tous les obstacles. De la même façon, les obstacles vont surtout surgir dans les endroits les plus importants pour ma connexion ! Or, bien sûr, ce que nous avons le plus de mal à maîtriser, ce ne sont ni nos actions, ni nos paroles, mais nos pensées ! Il y a une place, tout au fond de notre pensée, pour la plupart des fautes, et même pour les pires choses, même si nous ne les faisons pas. C\’est pourquoi Hillel disait : n\’aies pas confiance en toi, jusqu\’au jour de ta mort.

C\’est AU NIVEAU DE LA PENSEE qu\’il y a l\’opposition la plus forte parce que C\’EST LA QUE JE PEUX, EN PERMANENCE, ETRE CONNECTE A LA NOTION DE MITSVA, ET DONC A MON AME. Je suis limité au niveau des actions et des paroles, mais non de ma pensée, qui peut fonctionner constamment. Si je suis connecté en permanence à Hachem, je serai toujours dans un état de vie extraordinaire.

Quelle mitsva a été donnée à la pensée ? \ »VE YADATA HAYOM, véashévota el levavéha… et tu sauras aujourd\’hui, et tu feras descendre dans ton cœur que Hachem est Elokim, et IL N\’Y A PAS D\’AUTRE QUE LUI.\ »

Cette mitsva nous permet d\’être connecté à Lui 24 h sur 24, et c\’est pourquoi c\’est là que nous avons le plus de difficultés. \ »Il n\’y a pas d\’autre que Lui\ ». Donc, dans toutes les situations, quoi qu\’il m\’arrive dans tous les domaines, TOUT VIENT DE LUI : si l\’on me blesse, si je n\’ai pas de travail…. Tous les problèmes que j\’ai viennent d\’un problème avec Hachem et je dois régler le problème, d\’abord avec Lui.

Pourquoi avons-nous besoin de faire les mitsvot (tefilin, manger de la matsa, etc…) ? D. a introduit dans Son monde des actions qui, PARCE QU\’IL LES A ORDONNEES, ET PARCE QUE NOUS LES ACCOMPLISSONS COMME IL NOUS LES A ORDONNEES, NOUS NOUS CONNECTIONS à ces forces que Lui-même a mises dans le monde. De même que, si nous mettons en marche un téléphone, même si nous ne comprenons pas comment il fonctionne, nous sommes connectés avec une autre personne. De la même façon, en mettant les tefilin, ou en faisant ce que D. nous a dit, nous nous connectons à Lui. Cela ne dépend ni de notre compréhension, bon vouloir, authenticité… mais seulement du fait que la mitsva est ordonnée par Hachem. Toute l\’existence n\’est qu\’énergie et connexions ; tout le monde sait qu\’il faut passer par la prise pour avoir le courant électrique, et ne cherchera à se brancher ailleurs !! Quand je suis dans le contexte de la mitsva, mon acte ou ma parole réalise la connexion. Il en est de même pour la pensée. Si, dans toutes les situations, je me dis \ »EIN OD MI LEVADO\ », il n\’y a pas d\’autre que Lui seul, je suis connecté en permanence avec Lui. C\’est la première mitsva donnée à un Juif. Avant de régler les problèmes concrets qui m\’arrivent, je me connecte à la Source, par les mitsvot qui nous sont données. Et, en particulier, grâce à ce réflexe : \ »il n\’y a pas d\’autre que Lui\ ». Je médite cela, le pense, l\’intègre en moi, au point que c\’est devenu une certitude en moi. \ »Il n\’y a qu\’Hachem\ ». Cette pensée me connecte en permanence au Maître du monde. Chaque pensée positive me connecte directement à mon âme, et à D, et je reçois des énergies de vie.

La première conséquence de la faute est la tristesse : \ »dans la tristesse tu enfanteras… dans la tristesse tu mangeras\ », est-il dit à Adam et Hava. La tristesse vient de la déconnexion de l\’âme. Mais, si je m\’habitue, plusieurs fois par jour, à avoir cette pensée \ »il n\’y a pas d\’autre que Lui\ », cela fait de moi un être profondément optimiste et positif.


30 novembre -0001
  1. C\’est La Mitzva La Plus Terrifiante !
    RAZAK MERCI.

  2. HaKavod HaRav, Chalom Rav.
    Barouh Hachem je pouvais écouter ce cours. je vous remerci Rav Dynovisz de m\’avoir aider à écouter le cous \ »en laissant la qualité de l\’image sans modification\ ». comme je l\’avez expliqué les cours où vous avez fait \ »arrangement de l\’image\ » je ne peux pas les écouter. car tous les cours depuis; où il y a \ »améliorations de l\’image\ » je ne peux pas les écouter. je vous confirme que le cours va m\’apportez dans la situation de cette étape que je traverse et dont j\’ai besoin Béézrat Hachem de hizouk et de bien réfléchir.

  3. L\’inconscient est-il un 4ème habit de l\’âme ou bien fait-il partie de la pensée, sachant qu\’il fonctionne indépendamment de la pensée ? Idem pour les rêves qui sont aussi une expression de l\’âme, mais qui ne se contrôlent pas ?

  4. … merci de m\’arrêter si je me trompe : guilgoul = incarnation consciente de qualités diverses et convergentes, vécue comme quasi-identité par l\’individu, individu qui n\’est lui-même au départ que la somme de ces aspirations et qui devient ultérieurement le rapport entre cette graine d\’identité et les fruits qui en résultent = injection d\’un potentiel céleste de concrétisation d\’un dessein général et à très long terme dans les tendances des néchamot particulières déguisées en matière de court terme = les vaguelettes de l\’océan manifestent le même vent d\’un horizon à l\’autre. Et non pas \ »tiens, je m\’appelle machin-truc, et soudain j\’éprouve un besoin d\’idéal dû à un fantôme qui passait dans le quartier, a vu de la lumière et décidé de m\’accompagner pendant les vacances\ »..? Si c\’est bien cela, alors l\’identité telle que perçue par le regard des habitudes est remise en cause dans son indépendance originelle supposée – et ainsi de source de guilgoul en source de guilgoul on pourrait finalement remonter jusqu\’à Adam Kadmom ou même à des modèles de systèmes entre séphirot, et tous leurs degrés et mélanges possibles !? Alors qu\’en est-il finalement ? Doit-on traduire guilgoul par \ »incarnation\ » plutôt que \ »ré-incarnation\ », si on veut trahir le moins possible le sens complet ? . . . . . . . § . . . . . . . J\’aimerais pouvoir vous rassurer entièrement, et affirmer que même en non-Juif, avec un peu de chance on peut comprendre qu\’il y a des connections cycliques par les mitsvot, ou en tout cas par des actions riches de sens et pas toujours compréhensibles par d\’autres : c\’est l\’image d\’une colonne vertébrale de l\’Histoire à son degré le plus secret (Histoire individuelle et quotidienne), ou d\’un paysage dont le point de naissance montagneux confond nuage et terre, sa plaine est ponctué de tornades protectrices alignées issues de la même nuée, et l\’extrémité a l\’air d\’avoir beau temps selon le delta visé par cet alignement : les premières lancent et font tournoyer des pierres, et les plus proches du delta répandent les pluies prélevées de ses eaux fertiles. C\’est l\’idée d\’une machine avec notice intégrée tenant compte des pannes et les annonçant des années à l\’avance, ou d\’un monde contenant une Torah écrite… Evidemment il faut saisir que la notion de bénédiction ou de malédiction reste une perception personnelle et momentanée. Et pour cela il vaut mieux être entouré d\’enseignants instruits plutôt que de prêcheurs de l\’ignorance – question de latitude… dans les deux sens du terme. Alors oui c\’est plus dur à comprendre pour les gens éparpillés dans les nations, mais avec un coup de pouce du destin on a la capacité de faire rentrer ça dans l\’esprit, ou même de se souvenir avoir observé des mitsvot spontanées personnelles dans certaines circonstances, même s\’il s\’agit d\’autres gestes que les mitsvot juives. Je ne sais pas si tous les esprits ont la capacité à embrasser cette notion, qui rejoint la pensée qu\’a eue Paro comprenant Adonai-Acteur dans Son monde, mais mon opinion penche plutôt pour dire que la capacité ou non de ressentir cela naît des circonstances plus que d\’une nature prédestinée ou enfermée dans un type : si fatalité il y avait, elle serait minoritaire parmi les populations. Mais je suis peu-être trop fleur bleue en pensant si positivement ? Le \ »ne fais pas la paix le premier avec ceux-là \ » m\’interpelle… Alors je ne sais plus quoi penser ! Sont-ils très nombreux, peu nombreux, ou proportion d\’un état modifiable du monde ? . . . . . . . § . . . . . . . L\’ère de la connexion a commencé, mais seulement pour Israel et les Justes : pas de répit pour edom – il suffit de vérifier les sites poussiéreux de certains nostalgiques pseudosophes des canapés pour se convaincre qu\’ils rouillent dans l\’apocalypse de leurs hantises. En effet, le mal n\’avait pas encore inventé le plastique il y a 2000 ans, et a dû maSQueR les CuivRes en fer. Le fer BRillait et semblait aimant(é), mais il a rouillé dans le sang, libérant alors rouge sur rouge le câble de cuivre (conducteur moins sujet aux dégâts de l\’occidation donc rentable plus longtemps), aujourd\’hui cause de convoitise, spéculation et vols, et dont le rouge se fait encercler par une rouille verte qui le cache entièrement : le tout étant d\’un magnétisme répulsif, ce rouge et ce vert ne se mélangent pas – ce que les gens des lois naturelles considèrent comme un avantage, en nommant cette rouille \ »protectrice\ » (alors que le fer rouillait à coeur). L\’Occident se lit par l\’oxydation (un feu du vav, eshv, non du hé – et le CaRbone de l\’aCieR n\’empêche pas le fer de CRamer lentement sous l\’action de l\’occigène – occir / frapper – et notamment en présence du sel (allusion à la période de Lot ?)) comme l\’Est se lit par l\’essence (quand ce n\’est par le pétrole) – et même à l\’apporte du vrai Concile à Sion, les rouge-et-vert ne parviendront jamais à un alliage sincère tant qu\’ils restent dans cet état de disharmonie. Note sur le mal nécessaire du fer : les étoiles ont des cycles parfois capricieux. A un moment de leur vie, à force d\’ajouter des particules aux atomes, elles finissent par \ »tomber\ » sur le cycle du fer. Au coeur de ce bouillon hyperénergétique, le fer nouvellement créé REFROIDIT la marmite (alors que l\’abolition de distance des particules émet de la lumière, quand le processus le créé lui, il absorbe cette lumière émise par d\’autres pour son propre compte, cet impie !), ce qui fait imploser l\’étoile par effondrement / compression / expulsion (\ »nova\ » ou plus), ce qui permet en quelques secondes l\’élaboration de toutes substances de plus de poids et nécessaires à la vie, qui s\’exilent dans les profondeurs du vide considéral pour littéralement se rassembler en mondes fertiles connectés entre eux (orbites et tourbilles, cycles & phases-faces, interférences et saisons). Note bis – nombres sympas et mal nécessaire du \ »cuivre ben fer\ » : Hydrogène 1 (cristal (son oint) : hexagone ; oxyde : amphotère (adjectif des ampholytes, tantôt acide tantôt base)), Carbone 6 (CO2 dans l\’air, et carbonates (avec oxy- et hydro-gènes) régulateurs d\’acidité océanique ; dureté : 0,5, cristal : hexagone compact ; oxyde : acide faible), Azote 7 (composant typique des protéines ; se met en paires \ »diazote\ » : la triple liaison des deux atomes est une des liaisons chimiques les plus fortes (avec le monoxyde de carbone CO) ; cristal : hexagone compact ; oxyde : acide fort), Oxygène 8 (se met aussi par paires mais par double liaison seulement ; cristal : cube ; oxyde : neutre (hmmm… \ »oxyde d\’oxygène\ » ? Donnée théorique connue via les propriétés des ions ?), Fer 26 (dureté 4, cristal : cube centré ; oxyde : amphotère. Comme dit plus haut, le fer \ »26\ » permet de créer des étoiles de type soleil – luminaire – et le 27ème monde), Cuivre 29 ((3 mitsvot sont à apporter au 27ème monde, pas aux 26 non-créés sinon on est qouf resh) ; oligo-élément essentiel à toute forme de vie (!), oligo-élément (donc à carences et excès possibles ! Mais supposé rester minoritaire – ça doit être une blague ou alors une prophétie !), antibactérien, dureté 3, cristal : cube à faces centrées ; oxyde : faiblement basique). 1 Hydrogène une fois lié à 1 Carbone trois fois lié à 1 Azote font l\’acide cyanhydrique ou prussique, présent dans le noyau casse-dents de la pêche et des prunes, les amandes amères, et qui intervient dans l\’arôme des cerises \ »églises\ » KIR(S)CHE, ne peut être formé par les Ultra-Violets absorbés en basse atmosphère mais la foudre le crée, et il est aussi la cause de la mort de millions d\’êtres humains reconnus coupables d\’exister. L’action de l’acide prussique ou \ »acide bleu\ » (1752, Pierre MacQueR, et CaRl Wilhelm Scheele 1782…) sur le fer donne le bleu de Prusse (1704, Berlin) : sûrement qu\’il le convertit en sulfate de cuivre comme huseini chuchote le mal au chien de Samael… ; L\’oxygène est plus soluble dans l\’eau que l\’azote. Mais l\’eau en équilibre avec l\’air ne contient qu\’environ une molécule de dioxygène dissout pour deux molécules de diazote, car la concurrence déloyale veut que ce dernier est quatre fois plus fréquent dans l\’atmosphère que le dioxygène. La solubilité de l\’oxygène dans l\’eau baisse quand la température monte : environ deux fois plus (14,6 mg/L) en est dissout à 0 °C qu\’à 20 °C (7,6 mg/L). Pas étonnant que la chaleur de la foi lors de la Sortie d\’Egypte était perçue comme une menace par les peuples de téva : ça les étouffe, et les pousse à refroidir le processus à n\’importe quel prix ! . . . . . . . § . . . . . . . Se reconnecter pour porter haut la reconnaissance de l\’Unicité… Voici un bon remède pour récupérer de l\’âme… Merci pour ce \ »AIN ^OD MiLVaDO\ ». Un précieux ravitaillement en plein vol. Merci 🙂

  5. … 365 … \ »Où que se porte le regard, c\’est Torah\ » : 5 Livres sur 360 degrés. Y a-t-il un groupe de 5 nerfs qui se distinguent des autres ? Les 10 Commandements se cachent-ils dans le 248 ? Ou dans les deux ? (360 – 10 = 14 x 25 ; 248 – 10 = 14 x 17 ; différence 360 – 248 = 112 = 14 x 8)

  6. Bonjour, c\’est la deuxième fois que j\’entends parler de la fête de pesah dans vos cours et manger la matza autour de la table de seder serait je pense un dévoilement de lumière en moi exceptionnel. Comment je le sais ? Parce que quand j\’entends parler de cette fête c\’est mon coeur qui s\’élève d\’une manière que je ne peux pas exprimer avec des mots…

  7. Je soupçonne vos mains d\’être pleines de lumières et d\’énergies

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel