Deuxieme cours -La Malhout est au dessus de la Torah -Bo-5 Janv 2014

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Le Rav répond, aujourd´hui, à de nombreuses questions suscitées par le cours de paracha de jeudi, en particulier par le point suivant : Amassa a fauté et il a été tué par Yoav, car il a mérité cette punition. Rappelons, d´abord, qu´Amassa avait soutenu la révolte d´Avshalom contre David ; il était même à la tête de l´armée d´Avshalom contre son père. Mais David l´épargna et lui confia une mission, pour lui donner une chance de se racheter : une nouvelle révolte ayant surgi contre David, il proposa à Amassa de se battre pour sauver la royauté d´Israël. Le Talmud dit qu´Amassa trouva le corps d´armée qu´il devait ramener à David, dans une yeshiva, en train d´étudier. Il s´assit pour étudier avec eux, et les ramena à David seulement après. Or, la vie du roi et la Mal´hout d´Israël passent avant son étude. Il fut finalement tué par Yoav.

Mais, demandent des auditeurs, le cours de jeudi n´est-il pas contredit par un texte du Talmud (page 49, Massekhet Sanhedrin) au sujet du roi Salomon qui élimina les ennemis de son père, et notamment Yoav qui avait participé à des complots tentant de déstabiliser sa royauté. Or, Shlomo reprit tous les crimes commis par Yoav (meurtre de Avner, etc…) Concernant Amassa, il lui demanda pourquoi il l´avait tué. \ »Yoav répondit : parce qu´il était mored béMal´hout.\ » Mais Shlomo lui dit \ »il n´a rien fait de mal.\ »

\ »Hachem dit à Yehoshua : tout homme qui refusera de se plier à ce que tu lui demanderas de faire en tant que roi, il se met en danger de mort\ ». Mais \ »celui qui n´écoute pas le roi, parce qu´il s´occupe de Torah est-il mored ? Non car la Torah dit \ »a´h vérak\ ». Cette expression, dans le Talmud, vient toujours exclure quelque chose : ici, D. dit à Yehoshua : n´autorise personne à te contredire, mais cela exclut le cas où l´on est en train d´étudier la Torah. Il semblerait donc que le roi aurait le droit de contraindre à lui obéir, seulement celui qui a une occupation personnelle, ou se révolte, etc… mais non celui qui est en train d´étudier la Torah. Ce dernier n´aurait pas l´obligation d´écouter le roi.

Rashi commente \ »Amassa a trouvé les officiers en train d´étudier, et n´a pas voulu les interrompre. Cela ne s´appelle pas mored béMal´hout car le verset dit : a´h vérak\ » : cela vient exclure le cas où le roi donne un ordre dans le but d´annuler une étude de Torah. Dans ce cas, on ne l´écoute pas.\ »

Ce Rashi semble contredire le cours de jeudi. Mais la lecture simple de ce commentaire est impossible, car elle contredit tous les fondements de la hala´ha. En effet, quand se présente à moi une mitsva que je suis seul à pouvoir accomplir, je dois laisser mon étude pour la mitsva. Par exemple, si un pauvre a faim, je dois lui donner à manger. Car \ »la Torah nous a été donnée seulement pour nous amener à faire de bonnes actions.\ » On doit aussi interrompre son étude, au moment de la lecture de la Méguila, car c´est une mitsva collective à laquelle chacun doit participer. Autre cas : quand vient le moment du Shém´a, et que je ne pourrais plus ensuite faire cette mitsva, je dois interrompre mon étude. Et, bien sûr, en cas de pikoua´h nefesh, qui repousse toute la Torah. A plus forte raison dans le cas d´Amassa, puisqu´il était question de la survie de tout Israël. \ »Il n´y a pas de mitsva plus grande que celle-là\ ». Lui et ses hommes étaient LES SEULS à pouvoir remplir cette mission confiée par David, pour LA SURVIE D´ISRAEL. Ils avaient donc l´obligation de laisser leur étude et d´obéir. D´ailleurs, Amassa, lorsqu´il reçut cette mission, n´était même pas en train d´étudier. Il est donc évident qu´il devait obéir à David.

Qu´a donc voulu dire Rashi ? Maïmonide, dans le 3ème chapitre des lois consacrées au roi, Halakha 8 et 9, explique \ »le roi d´Israël a le droit d´éliminer tout mored béMal´hout.\ » \ »Celui qui refuse d´accomplir le décret d´un roi, parce qu´il s´occupait de mitsvot, est patour (on peut pas le punir)… à plus forte raison si le roi a émis un décret qui va ouvertement à l´encontre d´un commandement de la Torah, on peut ne pas l´écouter.\ » On comprend donc que celui qui va contre le roi est passible de mort. Mais, s´il était occupé à une mitsva, certes IL A TORT, mais on ne peut lui donner comme PUNITION la mort, car il N´EST PAS MORED. Et le Rambam ajoute que \ »si l´ordre du roi VISE A empêcher l´accomplissement d´une mitsva\ », par exemple s´il envoie quelqu´un en mission DANS LE BUT de l´empêcher d´étudier, ou d´interrompre son étude, on ne doit pas lui obéir. Et c´est la signification du Rashi que nous avons lu précédemment.

En conclusion, dans le cas d´Amassa, il avait tort car il y avait un danger pour Israël, que lui seul, avec ses soldats, pouvait empêcher. Mais il n´est pas mored et Yoav ne pouvait donc pas le tuer. Certes, comme il a été dit dans le cours de jeudi, il n´était pas mored dans ce cas précis, mais Hachem l´a considéré comme tel, car il était profondément rebelle, et il avait soutenu la révolte d´Avshalom. Hachem, pour nous faire comprendre que le comportement d´Amassa était inacceptable, a laissé Yoav le tuer. Mais, de toute façon, il serait mort d´une autre façon. Quant à Yoav, il a été l´instrument d´Hachem, mais il était libre de son acte. Hachem l´a laissé tuer Amassa, car il a jugé que lui aussi méritait une punition, pour son comportement antérieur.

Nous avons donc ici la preuve halakhique que la Mal´hout est au-dessus de la Torah, tant qu´elle ne s´attaque pas directement à elle.


30 novembre -0001