J´aurai mieux fait de me taire ! -Psaumes- 25 Fev 2014

MP4 MP3 RESUME DU COURS : PSAUME 23 : \ »Chant de David. D est mon Berger et je ne manquerai de rien.\ » Celui qui se laisse diriger par D ne ressent pas les manques dans sa vie ; il a une telle confiance qu´il sait que tout ce qu´il traverse est pour son bien. \ »Mon âme se trouve toujours au repos car je ressens partout Ta justice, et parce que tout ce qui m´arrive, c´est pour la grandeur de Ton Nom.\ » Au début, David n´évoque que de bonnes choses, un monde de bonheur. Puis, tout d´un coup, il évoque la mort : \ »Même si je dois marcher à l´ombre de la mort, je n´aurai pas peur. Bien que je reçoive des coups (que le Malbim explicite : \ »Bien que Tu me frappes\ »), ma consolation est que Tu me soutiens… Mon souhait est de pouvoir être assis dans Ta maison pour l´éternité.\ »

Le Malbim explique ce psaume d´une façon extraordinaire : dans ce chant, David se remémore son histoire, avec les deux grandes étapes de sa vie et la transition entre les deux. \ »Au début, il se rappelle son adolescence, quand il était seul avec ses moutons et se sentait lui-même le mouton d´Hachem qui était bon avec lui. Ces années sont les meilleures de sa vie, car il pouvait consacrer tout son temps à Hachem, et il a commencé à composer les psaumes. Avant que ne lui soit imposée la couronne royale qui l´a nécessairement arraché à sa vie de solitaire avec D.\ » Ce que le Malbim nous révèle ici de David, est le fondement de l´identité juive : un homme est sur terre pour sortir de sa nature et de ses limites, et réussir à faire ce vers quoi sa nature ne l´aurait pas poussé. La nature profonde d´Avraham était la rigueur, et celle d´Itz´hak la bonté (on le voit avec Esav), mais chacun a su devenir le modèle de la qualité opposée à sa nature.

David est un tendre (comme on le voit avec Shaul) et un homme spirituel, et c´est pourquoi il était heureux dans sa jeunesse, seul avec D. Mais il a accepté sa mission sur terre, et a su devenir un guerrier et un roi. Il dit devant Hachem \ »je suis ani et dal, je suis pauvre\ », ce que les commentateurs expliquent par son humilité. Mais le Malbim ajoute : sa nature profonde était d´être un homme simple qui n´avait pas de satisfaction à être roi. Celui lui fut imposé. De là, nous comprenons que nous sommes sur terre pour remplir la mission que D a pour nous et, s´Il nous demande de nous investir dans notre nation, alors nous devons le faire.

D a organisé tous les événements successifs de la vie de David pour qu´il soit peu à peu confronté à la dure et cruelle réalité de ce monde : appelé dans la maison de Shaul malade, puis il ressent le désir de se battre contre Goliath, puis il se retrouve à la tête des armées, puis est confronté à la haine de Shaul, etc. C´est ainsi que, d´ascète spirituel, D le fait devenir un combattant, puis un roi ! Certes, il ne s´y est jamais habitué et a toujours aspiré à revenir dans la maison de D, mais il a accompli tout ce qu´il devait, simplement parce qu´il devait le faire !

C´est tout le débat aujourd´hui en Israël. La réponse est ici : certes, il y a des hommes dont la nature est de servir D en tournant le dos au monde, mais il faut vivre la synthèse entre les deux : on ne nous demande pas d´adhérer à l´idéologie selon laquelle il faut s´engager dans ce monde, mais nous devons le faire simplement parce que c´est un devoir, qui est au-dessus de l´idéologie. Peut-être que ce ne sont pas mes idées, ni ma nature, mais je le fais quand même ! Si je vis dans un pays, je dois y faire mon devoir ! Aujourd´hui, les uns disent : nous n´avons pas besoin des autres ; et ces autres disent : nous remplissons notre devoir en étudiant. Mais les deux ont tort. Nous avons besoin de ceux qui étudient et de la force de l´étude de la Torah, mais il y a un devoir, et personne ne peut s´y soustraire. Le devoir est le même pour tous, et je ne peux décider que vais à l´encontre. Mais, en même temps, ceux qui disent cela le font avec de mauvais arguments, par haine de la Torah ; pour eux, son étude est stérile, et eux aussi sont dans l´erreur. La seule notion qu´il faut évoquer est le devoir.

D Lui-même a amené un étudiant de Torah à devenir chef des armées et roi. Mais il ne l´a pas fait par contrainte contre la Torah, mais en l´amenant à prendre conscience peu à peu qu´il y a une réalité dans laquelle il faut s´impliquer : Je veux te voir étudier, mais aussi avec une épée. Et David a pu l´entendre, car il savait que D l´aimait et n´était pas hostile à la Torah. Il faut amener un homme à prendre conscience qu´on a besoin de lui, parce qu´il est capable de faire ce que les autres ne peuvent pas.

Dans un conflit humain, chacun se considère comme supérieur ; il a des valeurs, dénigre celles des autres et ne les aime pas. Alors que si nous sentions un amour véritable et un respect, de la part de ceux qui pensent différemment, il serait possible de se parler.

La Torah du Mashiah fera comprendre que le monde est créé sur le principe du corps et de l´âme, et que l´on a besoin des deux.


30 novembre -0001