Même un géant reste un homme- Roi David- 12 Nov 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Dans la guerre avec son fils Avshalom, \ »David ordonna son armée en différentes troupes : un tiers confié à son général en chef Yoav, un autre tiers à Avishai frère de Yoav et un tiers à Itai le Guitti (un non-Juif). David dit à son armée : je me propose de venir avec vous\ » et ils lui répondirent \ »non, ne viens pas car, si nous sommes en désavantage, on nous laissera fuir mais toi, tu en vaux des milliers…\ » Il est incompréhensible de voir David, le dirigeant par excellence, qui est toujours à la tête de ses troupes, leur demander s´il peut venir ! Et ils lui répondent de rester ! \ »C´est bon, c´est votre décision, j´accepte.\ » Etant donné que l´ennemi était le propre fils de David, les soldats avaient très peur que celui-ci ne \ »fonde\ » devant Avshalom. Ils n´osaient le lui dire ouvertement, mais David comprit et savait qu´ils avaient raison.

\ »Le roi appela les 3 chefs de son armée et leur dit : soyez prudents avec mon fils, et tout le peuple entendit quand il dit de ne pas toucher à Avshalom. Le combat s´engagea et les serviteurs de David eurent l´avantage. Il y eut un grand carnage dans les rangs adverses… Ils virent Avshalom qui s´enfuyait sur son cheval. Il passa sous un chêne, sa chevelure s´y accrocha et il resta suspendu entre ciel et terre. Son \ »péred\ » (cheval) l´abandonna.\ »

Avshalom était un nazir, et avait une longue chevelure. On remarquera que sa monture est un \ »péred\ », mot qui signifie \ »séparation\ » : lui qui avait voulu séparer le ciel et la terre, Hachem de Son monde, et s´attaquer à la Mal´hout de David (qui est le symbole même de l´union entre ciel et terre), sa punition fut qu´il se retrouva pendu entre ciel et terre, et son cheval \ »séparation\ » l´abandonna ! Dès que le politique n´est pas entre les mains d´un homme de Torah comme David, le politique coupe le ciel de la terre, il n´y a plus de place pour D dans Son monde, et plus de Projet divin !

\ »Un soldat de Yoav vit ce qui se passait et le lui rapporta…. Yoav prit 3 lances et transperça Avshalom. Il appela plusieurs hommes. Ils lui plantèrent 13 lances dans le corps.\ » 13 est le chiffre du e´had auquel Avshalom s´était attaqué. Par ce signe, Yoav montrait comment il fallait comprendre ce qui se passait : la Providence avait livré Avshalom entre leurs mains, en le suspendant ainsi entre ciel et terre, abandonné par la \ »séparation\ », et ils ne faisaient que terminer le travail commencé par Hachem Lui-même.

Dès qu´il apprit la mort de son fils, David s´effondra et porta le deuil en pleurant. \ »Yoav arriva et lui dit : tu fais honte à tes serviteurs, eux qui ont sauvé ta vie, celle de tes femmes et tes enfants, et tu oses montrer à tout Israël que tu aimes tes ennemis et hais tes amis ! Si Avshalom avait été vivant, nous aurions été tous morts ! Lève-toi, mets-toi au balcon et parle avec ton cœur au peuple, car j´ai juré sur le Nom d´Hachem que, si tu ne te montres pas maintenant, je t´arracherai Israël, et ce sera l´épreuve la plus terrible que tu aies subi depuis ton enfance !\ » David se leva, se mit au balcon et dit : \ »faites savoir dans tout le pays que le roi attend que tout le peuple vienne à sa rencontre pour le ramener à Jérusalem.\ »

David comprit que Yoav avait raison. Le Malbim explique qu´Avshalom était condamnable à mort, à la fois parce qu´il était \ »mored béMal´hout\ », s´était révolté contre la royauté (or, il est dit que \ »le roi n´a pas le droit de pardonner à celui qui a mis en cause en public sa royauté légitime\ ») et il était \ »rodef\ », puisqu´il poursuivait son père pour le tuer (il y a obligation d´arrêter un rodef, et de le tuer si l´on sait qu´il recommencera). De plus, Yoav était préposé à la sécurité d´Israël et la présence d´Avshalom mettait tout le peuple en danger. Yoav n´a donc fait que ce que Hachem et la Torah lui demandaient. Il ne pouvait agir autrement.

On voit, à nouveau, l´honnêteté de la Torah qui nous montre que David s´est trompé. Il s´est comporté ici comme un père, et non plus comme un roi, et le peuple ne pouvait le suivre. Lui qui est toujours le spécialiste de l´interprétation de la volonté d´Hachem, modèle messianique qui ne peut être attiré ni par le pouvoir ni par l´argent mais, lorsqu´il s´agit de sa famille, le père passe avant le roi. C´est pourquoi la Torah interdit à quelqu´un de témoigner lorsqu´il s´agit d´un proche parent, car D. nous a créés avec des limites, que nous devons prendre en compte. Mais, en même temps, on voit la grandeur de David qui accepte de faire téshuva devant son subordonné qui, pourtant, venait de tuer son fils et lui parlait très mal. C´est l´essence du Juif authentique de savoir reconnaître ses erreurs et de faire téshuva. Aucun de nous n´est préservé des fautes, mais l´important est de toujours se relever.


30 novembre -0001
  1. vous avez rapportez le rabbi pour expliquer que la venue du machiah sefera a partir de la france cad avec le meme caractere dans lebon sens que la revolution francaise ceci est d autant plus juste que nous avons un tehilim qui dit que j ai pris david de sedom cad que hachem a greffe l atome de la royaute qui etait chez moab pour le mettre sur israel forme par les 12 tribus qui eux n avaient pas dans leur potentiel ce greffon de royaute puisque toutes les tribus se valent .

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+