Ne les laissez pas pourrir notre monde- Souccot- 1 Septembre 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Chaque mitsva a une ségoula. Nous avons 248 mitsvot positives, en rapport avec les 248 membres, ou parties fondamentales du corps humain. Chacune agit pour transformer notre être, le construire, l’élever, et le connecter au Maître du monde. Il y a, ainsi, 248 connexions possibles avec le Maître du monde, correspondant aux 248 mitsvot positives, notamment, faire une soucca et y manger. Chaque mitsva construit quelque chose dans notre être. Par exemple, manger de la matsa développe en nous la qualité de la liberté, la capacité de faire de bons choix durant l´année.

Que va construire en nous la fête de Souccot ? Le secret de cette fête est inclus dans le mot \ »soucca\ ». On peut le décomposer en deux groupes de lettres : same´h hé, et kaf vav, dont les valeurs numériques respectives sont 65 et 26 ; 26 est la guématria du Nom divin à 4 lettres, que l´on ne prononce pas tel qu´il s´écrit, jusqu´à la Délivrance finale ; 65 est celle du Nom Adonai, qui signifie \ »mon Maître\ » et qui est la manière dont nous prononçons le 1er Nom. La parole est le monde de l´action ; le Nom Adonai est donc l´habit de D. tel qu´Il Se dévoile dans ce monde concret ; c´est la force qui change le monde. Par contre, ce qui est écrit est dans la pensée ; le Nom à 4 lettres, Awayé, est donc au niveau de la pensée ; on se connecte à lui seulement par la pensée, et non par la parole ; ce Nom représente la dimension éthique de D., l´ensemble des valeurs éthiques de la Torah, qui sont contenues en lui : justice, amour, bien… En prononçant le Nom Adonai, nous réunissons les deux mondes.

Une question fondamentale se pose : peut-on imaginer que l’on puisse transformer, améliorer et parfaire le monde, par la seule parole ? Il y a deux courants : l´un pour qui un homme, un groupe ou un Etat arrivera à parfaire le monde seulement par la force de la vérité, de l’exemple et de la transmission de la parole. Pour d´autres, au contraire, il est impossible de transformer vraiment le monde sans l’utilisation d’une force physique. En réalité, les deux sont faux lorsqu´ils sont séparés.

Nos Maîtres disent qu´après la Délivrance, le Nom divin se prononcera tel qu’il s’écrit car les vrais méchants aurons disparu. Pour l´instant, c´est ce mal qui dirige le monde et les paroles ou l´exemple ne suffisent pas, contre lui ; il faut aussi exercer une certaine force. Il faut les deux, et cela est manifesté par le fait que nous lisons un Nom et en prononçons un autre : la Torah nous demande cette union des deux, d´agir avec une certaine force, mais d´une façon qui soit totalement morale.

Aujourd´hui, le monde est partagé entre l´orient et l´occident. Le 1er ne retient que l´aspect Adonai et, pour lui, l´éthique est au-dessus de tout et justifie tous les moyens, tous les coups. Le 2nd, par hypocrisie, ne retient que la dimension d´Awayé mais, peut-être que s´il agissait, le 1er ne commettrait pas toutes les horreurs qu´il fait. Quant à nous, nous devons réunir pensée et action, agir avec force, mais avec une morale parfaite. Mais ce sera seulement l’expérience de la Délivrance car, jusqu’à présent, cela n´est pas encore réalisé. Aujourd´hui, la morale devient une oppression qui augmente parce que l´autre côté, l´occident, ne réagit pas.

La Fête de Souccot construit notre âme, de génération en génération, pour que nous soyons prêts à combattre le mal, mais dans le respect de la morale. C’est pourquoi, nous dit le Zohar, durant toute la semaine, nous invitons Avraham… et, le 7ème jour, le roi David. La prière dit que D. \ »reconstruit la soucca de David qui est tombée.\ » Il est fait référence à la dimension davidique, car il incarne à la perfection celui qui est un guerrier, capable d´utiliser la force sans réserve, mais avec la morale la plus grande.

Le Mashia´h ne sera pas un enseignant, mais un soldat d’une moralité parfaite, sur le modèle du roi David. D. doit relever la soucca de David, car rien n’est plus fragile qu’une soucca, et que l’union entre ces deux extrêmes que sont la force et la morale. En ajoutant les 2 valeurs numériques 26 et 65, on obtient 91, guématria de \ »amen\ », la emouna. C´est la emouna qui amène la Délivrance du monde. Le monde ne peut changer seulement par les paroles, mais il faut agir et se battre contre le mal, tout en restant moral ; c´est la emouna véritable.

La soucca est la seule mitsva où l´on entre entièrement à l´intérieur ; de la même façon, la vraie emouna doit nous recouvrir entièrement et ne rien laisser de nous à l’extérieur. C´est pratiquement la dernière fête de notre calendrier, car nous devons nous purifier pour être des hommes capables de nous battre contre les tyrans, mais en restant moraux, comme David qui se battait toute la journée, puis étudiait durant la nuit, et y écrivit les psaumes. Nous faisons téshuva pour arriver à être, dans la vie, les soldats d´Hachem, contre le mal. Nous remarquerons que, dans notre tradition, nos Maîtres ont prévu que la guerre de Gog et Magog surviendrait durant la fête de Souccot. Gog est celui qui voudra détruire Israël, et même le monde. Ce sont des individus à forme humaine, qui sont en réalité des \ »shédim\ ». La guerre de Gog sera la guerre des \ »shédim\ » contre les humains.

Quand le Mashiah se dévoilera, il fera apparaître la perfection qui ne disparaîtra jamais, car le monde sera redonné aux humains. Ensuite, le mal existera encore, mais il sera canalisé, et ce sera notre mal à nous, dont le Talmud dit qu´il est nécessaire, sinon la vie n´aurait plus de goût !


30 novembre -0001