On s´en fiche de ton coeur! -Tesave- 6Fev 2014

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Depuis que la Torah a commencé à parler de Moshé, toutes les parachiot citent son nom sans arrêt, du début à la fin. La paracha Tetsavé est la seule où il ne figure pas. Pourtant, c´est l´une de celles où l´on parle le plus de lui, puisque c´est à lui que sont données les ordonnances, et c´est lui qui doit les transmettre, ou les exécuter lui-même !

Nos Maîtres en donnent de très nombreuses explications, puisque la Torah est infinie. L´une d´elles est en relation avec la faute du veau d´or. Moshé avait dit à Hachem : \ »si Tu ne pardonnes pas à Israël, efface mon nom de Ta Torah\ ». Certes, D a finalement pardonné, mais ce qui sort de la bouche d´un homme, et surtout d´un juste, \ »ossé rochem\ », laisse toujours une trace : son nom fut effacé de cette paracha !

Il y a donc, dans ce silence, une première allusion à la faute du veau d´or. Il y en a une autre, à la fin de la paracha, dans cette phrase énigmatique : \ »Je serai honoré grâce à ceux qui Me sont proches.\ » Rashi rapporte l´explication traditionnelle : Hachem fait allusion à ce qui se passera au moment de l´inauguration du Tabernacle : les deux enfants d´Aaron mourront sous ses yeux ! \ »Ceux qui Me sont PROCHES\ », montre qu´ils ne sont pas morts parce qu´ils étaient méchants. Au contraire, ils étaient des justes d´un très haut niveau, mais ils ont pris sur eux de faire un service qui ne leur était pas demandé. Ils avaient de très bonnes intentions, mais D a voulu montrer Sa grandeur, et ils sont tombés à ce moment-là. Rashi rapporte aussi qu´il y avait, depuis la faute veau d´or, un décret sur Aaron et ses 4 enfants, qui devaient tous disparaître. La prière de Moshé ôta une partie de ce décret, et Aaron, ainsi que Eliézer et Itamar ne furent pas touchés, mais Nadav et Avihou moururent. Il y a donc, là, une deuxième allusion à la faute du veau d´or mais, cette fois, à la responsabilité d´Aaron, justement dans la paracha consacrée à la kéhuna et à son service divin !

Avant de monter pour recevoir les Tables, Moshé avait confié la direction d´Israël à Aaron et à ´Hour, fils de Myriam. Le Erev Rav en profita pour détourner Israël, et même par la force et la violence puisque ´Hour, qui voulait s´opposer à la confection du veau d´or, fut assassiné. Voyant cela, Aaron fit un raisonnement d´une noblesse inimaginable : il savait que la faute la plus grave qu´Israël pouvait commettre, en tant que nation, était de tuer ses dirigeants justes. Il ne peut y avoir de pardon pour un tel meurtre, selon les règles qu´Hachem fixa Lui-même, lorsque Zacharia, prophète et Cohen Gadol, fut assassiné dans la cour du Temple, pendant qu´il exerçait le service de Kippour. Ce jour-là, Hachem jura que, même si tout Israël faisait téshuva, Son décret ne pourrait être annulé, et que le Temple serait détruit.

Aaron se dit donc que, s´il était tué aussi, ce serait la fin du peuple juif, 4 mois seulement après son commencement ! Sûr que Moshé redescendrait de la montagne, Aaron agit comme s´il était d´accord avec la faute, escomptant que Moshé reviendrait à temps pour l´éviter. Mais le veau fut réalisé, et la faute fut consommée, et Aaron y eut donc une part. Il aimait tellement Israël qu´il préférait disparaître lui-même et se perdre spirituellement, pour qu´Israël puisse continuer ! Ses intentions étaient bonnes et très élevées, manifestant son amour pour le Projet d´Hachem et pour le peuple. Mais il reçut une punition terrible, dans le domaine même où il avait fauté. D lui fit comprendre : tu t´es soucié de Mes enfants, mais d´une façon injuste et à tort, alors Je prends tes enfants ! Il avait manifesté son amour pour les enfants d´Israël et, en retour, les siens moururent !

Cela nous montre l´importance fondamentale de ce message !! Nous n´avons pas à faire de calculs avec les commandements du Maître du monde ! D interdit l´idolâtrie, et même les meilleures intentions ne peuvent justifier une transgression. On ne négocie pas avec les commandements d´Hachem ! 613 commandements nous ont été donnés, et surtout trois (ne pas assassiner, ni se débaucher, et interdiction de l´idolâtrie). Ce sont les principes fondamentaux sur lesquels repose la création, les structures sur lesquelles le monde tient. Tout est négociable, sauf cela. Car, si l´on commence à négocier, on ne sait jamais où cela s´arrête. Et c´est, d´ailleurs, exactement ce que l´on voit, aujourd´hui.

Si nous croyons que nos bonnes intentions sont au-dessus de la Torah, nous nous mettons au-dessus de D. Certes, Avraham (pour Sodome) et Moshé (pour le pardon du peuple) ont négocié avec Hachem. Et il est même reproché à Noa´h de ne pas l´avoir fait : \ »imbécile, fils d´imbécile…\ » Mais c´est vrai seulement lorsqu´il s´agit de sauver et obtenir le pardon, et non pour remettre en cause les commandements. Et cette faute est tellement grave que les fils d´Aaron meurent le jour-même de l´inauguration du Tabernacle. Pourtant, c´était la réalisation du Projet : \ »Je résiderai au milieu d´eux\ ». Mais, justement parce que D dévoile Sa présence dans ce monde concret, il faut qu´en même temps, Il montre : vous ne pouvez M´enfermer dans vos sentiments, votre compréhension et votre logique ! Et Il S´échappe par quelque chose de terrible qu´Aaron comprit, et c´est pourquoi il se tut ! Le Zohar précise : il comprit qu´il n´y a rien à comprendre, que tout est au-delà de nous, et il se tut, car le langage humain ne peut transmettre de tels mots. Aaron a été connecté à la Pensée d´En-Haut, à la Ma´hshava te´hila !

Cette paracha nous dit aussi que, si le cohen n´a pas l´un de ses habits, tout son service est nul car, sans l´un de ses habits, il n´est plus cohen ! C´est D qui a choisi les cohanim et leur a confié une tâche. Mais il y a toujours, en même temps, la part de l´homme : ici, l´homme doit mettre tous ses habits. Le monde fonctionne, à la fois sur la réalisation de la part de D, et sur notre part à nous, qui est aussi importante que la Sienne ! Par exemple, un Juif l´est par sa mère, c´est la décision de D, mais la part de l´homme, c´est l´accomplissement des commandements d´Hachem. Quand nous arriverons Là-Haut, il ne nous sera rien demandé sur Sa part à Lui, mais seulement sur la nôtre. \ »Heureux celui qui y arrive avec sa part dans les mains\ » ! Nous montrerons, alors, tout le fruit de notre travail !


30 novembre -0001