Preparation a Roch ha Chana- 2 Cours- 12 Aout 2013

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : \ »Celui qui a véritablement la emouna n\’est pas inquiété par les épreuves de ce monde car, dans tout ce qu\’il doit traverser, qu\’il reçoive ou ne reçoive pas, c\’est la même chose pour lui. Celui qui fait une différence entre recevoir et ne pas recevoir, témoigne sur lui-même qu\’il fait partie du erev rav.\ » Si nous sommes heureux quand nous recevons et tristes quand on nous prend, ou ne recevons pas ce que nous pensions, cela montre que nous sommes du erev rav.

Pourtant, il est dit que c\’est seulement à la Délivrance que \ »D. sera un et Son Nom sera un.\ » Bien sûr, D. est toujours un, mais LE TALMUD nous dit que, pour l\’instant, nous avons de Lui une perception double et, seulement à partir de la Délivrance, nous le percevrons de façon unique. C\’est en raison de cette perception double que, lorsque nous prions, nous avons deux bénédictions différentes : quand nous recevons quelque chose de bon, nous remercions \ »hatov véhamétiv\ », Tu es bon et fais du bien ; par contre, lorsque nous perdons quelque chose ou ne recevons pas, nous disons \ »Tu es un juge de vérité\ », car nous vivons ce qui nous arrive comme un jugement et une condamnation, et nous nous soumettons au jugement de D. C\’est seulement à la Délivrance que nous comprendrons que tout était un bien absolu, \ »hatov véhamétiv\ ».

D\’après la vision du Talmud, nous ressentons forcément plus de joie lorsque nous vivons de bons moments. Au contraire, selon LE TANYA, nous devons vivre les bons et mauvais moments de la même façon, que nous soyons touchés (si nous recevons ou perdons) sur le plan matériel, ou sur le plan spirituel. Lorsque nous travaillons notre caractère et nous affinons, ce qui nous arrive sur le plan spirituel nous touche même beaucoup plus que ce qui se passe sur le plan matériel. Au contraire, le erev rav n\’est sensible qu\’à ce qui le touche extérieurement, quant à la santé, les enfants, ou la famille.

Celui qui est vraiment du erev rav, Hachem l\’y laisse. Mais lorsque c\’est seulement notre comportement qui est du erev rav, Hachem va susciter des problèmes pour nous toucher et nous permettre de sortir de ce comportement. \ »Car la raison essentielle pour laquelle l\’homme a été créé dans ce monde, c\’est pour l\’éprouver dans ce genre d\’épreuves, le toucher dans son ego, et mettre en évidence ce qu\’il a dans le cœur.\ » Nous sommes venus sur terre pour être dans des situations où nous ne recevons pas, ou bien on nous prend ce que nous avons, afin d\’être testés quant à ce qui est dans notre cœur. \ »Si l\’homme fait le bon choix et comprend que tout est pour le bien, cette emouna lui permettra de tout transformer en bien, au point qu\’il pourra ressentir déjà dans ce monde que tout est pour le bien. Car, quand l\’homme comprend que tout mal provient d\’un bien extrêmement élevé, le Eden d\’En-haut, qui ne peut être compris aujourd\’hui, le mal visible se transforme déjà en bien véritable.\ » Ainsi, le vrai but de notre présence sur terre est de pouvoir, déjà, transformer tout ce qui nous arrive en moteur de réussite.

C\’est ainsi que Ish Gam Zou pouvait dire sur chaque chose \ »gam zou létova\ » cela aussi est pour le bien. Il avait la force de voir que tout est pour le bien, au point que tout mal était changé en bien et toute difficulté devenait tremplin de réussite. C\’est l\’essence même du Judaïsme. Rabbi Akiva, quant à lui, disait que \ »tout ce que fait Hachem est pour le bien\ », c’est-à-dire qu\’il sera possible, un jour, de voir que tout est pour le bien.

Nous sommes sur terre pour être éprouvés, et l\’on voit ainsi comment nous réagissons. Les perturbations sont le signe de notre éternité. Le monde à venir continuera à être un monde de défis à relever, mais nous ressentirons que les difficultés sont la condition et le moyen de notre progression, ainsi qu\’il est dit dans le Talmud : \ »les justes n\’auront pas de repos, ni dans ce monde ni dans l\’autre, et ils continueront à aller de combat en combat\ ».


30 novembre -0001