Seminaire Montreal -Premier cours- 18 Kislev 5574

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Dans ce séminaire, nous essayerons de comprendre les difficultés et épreuves de l´existence. Nous pensons que, dans ce but, le mode d´emploi est la Torah et que, si nous accomplissons les mitsvot, tout se passera bien, dans notre vie. Mais cela ne suffit pas, car il faut aussi la dimension de la pnimiout de la Torah, son âme. Son corps, c´est ce qu´il faut faire ou non ; mais ce qui donne vie à mes actes et construit vraiment mon existence, c´est l´âme de la Torah ; c´est une manière d´être, de comprendre ma vie, et de réagir face à ce qui m´arrive.

Que faisons-nous sur terre ? Suivant la réponse, c´est toute ma relation et ma réaction au monde qui va changer : si je suis sur terre pour vivre dans la paix, la tranquillité ; ou pour réussir matériellement ; ou pour le mariage et la famille, etc… Ma vie est conditionnée par la réponse à cette question, qui change ma vision de toutes choses.

Notre paracha, VAYECHEV, nous donne un début de réponse. Il est dit de Yaakov \ »IL S´EST INSTALLE\ » en Erets Israël, après 22 ans d´exil chez Lavan. Yaakov a presque 80 ans. Il a commencé à souffrir dès le ventre de sa mère. Et toute son existence n´a été faite que de difficultés. De retour sur la Terre d´Israël, il aspire à la tranquillité, pour commencer à faire ce pour quoi il conçoit son existence : diffuser dans le monde la parole d´Hachem, comme Avraham ; et aussi se consacrer à ses enfants, leur enseigner la Torah et préparer le peuple juif à son avenir. Mais D a un plan différent. Commence l´épreuve avec Yossef et, durant 22 ans, Yaakov porte le deuil, la Shekhina le quitte et il ne peut préparer ses enfants ; la famille éclate, Yehuda tombe, puis c´est la descente de la famille en Egypte ; l´exil commence. Pourquoi ?

L´une des réponses est que D n´a pas besoin que nous soyons dans la tranquillité pour qu´il puisse construire ce monde et que Sa parole soit diffusée ! Nous sommes dans ce monde seulement pour nous accrocher à Lui de toutes nos forces, quelles que soient les situations difficiles et absurdes dans lesquelles nous nous trouvons. L´âme de la Torah, c´est pour en arriver à LA EMOUNA. Comme le corps, l´âme a des sens qui ne passent pas par l´intellect, et le plus raffiné est la emouna. Son domaine est toutes les situations où l´intellect ne peut plus nous expliquer ce qui se passe, et être la locomotive. D a doté notre âme d´une force qui fonctionne lorsque le cerveau ne peut plus fonctionner parce que ce qui nous arrive nous dépasse complètement. Mais… encore faut-il ne pas avoir abîmé notre âme ! Pour cela, il faut, au quotidien, vivre selon le mode d´emploi avec lequel D nous a créés : les 613 mitsvot. Elles ne sont pas le but, mais le moyen ! Leur but est de préserver intact le ´housh haémouna, le sens de la emouna, afin qu´elle se réveille et fonctionne de façon naturelle quand elle le doit. Ensuite commence notre vrai travail : construire une vie fondée sur la emouna.

Celui qui a les outils, les mitsvot, mais n´a pas encore construit une vie d´emouna, ne peut être mis dans des situations qu´il ne comprendra pas. Sa vie sera donc standard. Mais, si Hachem attend beaucoup plus de quelqu´un, pour qu´il utilise ses outils afin de construire, il sera confronté à des situations de plus en plus complexes. Enfin, si quelqu´un est un vrai artisan, D lui demandera de construire un palais d´emouna ! Sa vie sera au quotidien très difficile. L´un des symboles de ce paradoxe est rabbi Akiva qui a atteint le summum dans tous les domaines, et eut une vie terrible. Plus l´homme est grand, et plus il vivra une vie de difficultés. D ne cherche pas la quantité de nos réalisations, mais la qualité. Yaakov avait porté le deuil 22 ans, et cela l´avait élevé et préparé pour le moment où il retrouva Yossef et où il fit… le Shém´a ! Il avait atteint le contrôle total de l´émotion, et de la reconnaissance. Le Baal Shem Tov dit que chacun de nous vit pour LA minute qu´il ne faut pas manquer, pour laquelle nous sommes venus sur terre : pour notre rencontre personnelle avec la emouna.

Lorsque quelqu´un \ »arrive\ », sur les plans matériel, familial, santé, et a accumulé des sécurités, nous pensons qu´il a réussi sa vie ! C´est le modèle que nous donne le monde occidental. C´est l´exil d´Edom, la recherche de la tranquillité et de la sécurité ! A l´opposé, le judaïsme authentique nous dit : \ »LA TORAH EST DONNEE SEULEMENT A CELUI QUI MANGE LA MANNE\ ». D donnait chaque jour à chacun ce dont il avait besoin, mais ce que l´on mettait de côté pourrissait. L´homme a une grande difficulté à vivre l´incertitude. Même s´il a aujourd´hui ce dont il a besoin, il lui est dur de ne pas voir déjà ce dont il aura besoin demain. C´est ce qu´Edom a su comprendre, en proposant son modèle de civilisation fondé sur la réussite et la sécurité assurée. Ainsi, la galout est entrée au plus profond de la nature humaine, et aussi de l´âme juive. Edom dure depuis 2000 ans, car il a su mettre le doigt sur le talon d´Achille de l´homme ! Ainsi, il nous maintient en exil.

Chacun à son niveau doit comprendre que toutes les difficultés, remises en question, obstacles…. et ce qui ne va pas comme nous voudrions, n´est pas le signe d´un échec, mais d´UN CHOIX : nous faisons partie de CEUX QU´HACHEM A CHOISIS pour mener UNE VRAIE VIE ; ceux à qui est donnée la possibilité de CONSTRUIRE LEUR VIE SUR LA EMOUNA. Car, lorsque de très nombreuses difficultés se dressent sur notre chemin, la seule possibilité de nous en sortir, c´est la emouna !


30 novembre -0001