Un juif, ça a des tripes – Tania- 28 Janv 2014

0 vues

MP4 MP3 RESUME DU COURS : \ »Le côté de la Kedousha, c´est uniquement quand il y a une présence et une connexion avec la Kedhusha d´Hachem. Mais sache qu´Hachem n´est véritablement présent que pour quelqu´un qui s´annule devant Lui, soit une annulation véritable comme celle des anges, ou d´une manière potentielle, comme un homme d´Israël qui est en bas dans ce monde, qui a la possibilité de s´annuler devant Hachem, en étant prêt à donner son nefesh, sa vie, pour Lui.\ »

Le Baal HaTanya parle d´être connecté à Hachem, de ressentir Sa présence, et cela n´est possible que pour celui qui est en état de \ »messirout nefesh\ ». Nous pensons toujours que nous nous connectons à D par les mitsvot, la prière, le ´Hessed… mais il est dit ici : il faut être en état de \ »bitoul\ », être capable de donner sa vie. Qu´est-ce que cela signifie ? Car la Torah ne nous demande pas de mourir mais, au contraire, elle nous ordonne de VIVRE, \ »vé ´hay bahem\ » ! Et nous sommes sur terre pour nous connecter ICI-BAS, et non pour mourir et être connectés en haut ! Le texte dit : donner \ »SON NEFESH\ », c’est-à-dire ses forces vitales : c´est être courageux, entreprenant. Le Zohar dit que \ »le nefesh est David\ » car, pour être roi, combattre et déjouer les complots, etc… il avait surtout besoin de ce niveau, plus que du rua´h (forces du cœur, du ressenti) ou de la neshama (compréhension) ou de la ´haya (la croyance).

La messirout nefesh signifie, donc, en réalité : suis-je capable de donner toute ma vitalité, mes forces combattives, à Hachem ? La plupart du temps, nous réagissons seulement quand on touche notre ego mais, quand il s´agit d´Hachem, nous nous réfugions derrière la pensée qu´Il n´a pas besoin de nous pour Le défendre ! David, au contraire, quand il entendit Goliath insulter Hachem, comprit : D veut que je Lui montre que j´ai des tripes et que je me bats pour Lui ! Si je ne réagis pas quand on profane le Nom de D, c´est que ma Torah ne vaut rien !

\ »Moshé a ordonné à la génération qui est entrée en Eretz, de dire le Shém´a Israël deux fois par jour, pour prendre sur soi la Royauté d´Hachem et être prêt à lui donner son nefesh. Car, ne s´appelle quelqu´un qui accomplit la Torah et les mitsvot, que celui qui a toujours présent à l´esprit qu´il doit être prêt à donner son nefesh pour Hachem, pour Son unité\ ». Le Baal HaTanya met en évidence que cette prière, qui reflète le plus l´âme juive, n´a pas été donnée à la génération du désert, mais seulement 40 ans après la sortie d´Egypte, au moment de l´entrée en Eretz Israël ! Car c´est l´essence même d´une vie juive en Eretz. Le Judaisme d´Eretz ne peut commencer que sur le pilier du Shém´a. En exil, il est impossible de faire le Shém´a car, en exil, je ne suis pas dans l´endroit où vivre la Torah. Vivre la torah, c´est la messirout nefesh : toutes les forces que D a mises en moi, je les mets à Son service, et c´est possible seulement ici, où je retrouve mes forces, ma dignité. Moshé dit au peuple : \ »maintenant, vous allez entrer sur la Terre, vous allez vous battre et mettre tout votre nefesh, vos forces vitales, au service d´Hachem\ ». Et, d´ailleurs, c´est dans le désert qu´est venu Amalek, pour nous rappeler qu´un vrai Juif ne doit pas vivre dans les nuées. En Israël, tout le pays est à construire, et nous sommes Juifs par l´action ! Cela se mérite !

Le Judaïsme proclame la Royauté d´Hachem. Nous sommes Ses sujets et, si on L´attaque, nous devons nous mettre en avant pour défendre Son honneur. Le prophète Ye´hezkel dit : \ »un jour, J´ouvrirai vos tombes et vous sortirai de votre exil, mais Je le ferai pour Moi, pour Mon Nom que vous avez profané en exil, car les goim disent : \ »où est votre D ? Vous avez été abandonnés !\ » Nous devons nous battre pour Hachem, pour préserver Son unité dans ce monde. Car Il est en haut, et en bas, Il est présent dans ce monde, et sommes les garants de cette unité. Il faut être prêts à nous battre pour cette unité. Ensuite, Lui-même se battra pour nous.

Son honneur, Hachem l´a confié \ »aux pauvres de Son peuple\ ». Si je m´engage, dans le concret de ma vie, à donner aux autres, à les aider et à les relever, je relève aussi le Kavod d´Hachem. Car, si l´homme s´écroule, dans ce monde que D a créé, c´est comme si D Lui-même s´écroule ! Je dois donc toujours me demander : qu´ai-je donné, qu´ai-je fait, qu´ai-je construit ? Suis-je capable de retourner le monde, pour accomplir une mitsva ? La vraie messirout nefesh, c´est au quotidien, dans les petites mitsvot que personne ne voit, qui ne sont ni obligatoires, ni exaltantes ; dans un petit acte moral que j´ai fait. La vraie grandeur d´un homme, c´est de chercher à accomplir chaque petite mitsva, dans les petites actions de son quotidien.


30 novembre -0001

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+