Attention aux coups de soleil -Connaissance de soi et du monde- 13 Mars 2012

  1. ce qu\’on peut remarquer c\’est que le nom chemech est lui aussi à l\’intersection de deux noms divins chem dans un sens,de la droite vers la gauche et chem dans l\’autre sens:chemech

  2. c est le phenomene magnifique du tsimtsoum car si tsimtsoum y a pas = y a pas nous= donc pas d existence

  3. Bonjour Rav, j’ai des questions… Job 30,30 : « Ma peau, toute noircie, se détache de moi, et mes os sont brûlés par le feu de la fièvre ». Si on regarde les trois premiers mots, ils commencent par les lettres Ain, Shin, Mem qui peuvent former les mots Shema. En faisant le compte en valeur numérique des autres lettres on a vav+resh+youd+’heth+resh+aïn+lamed+youd = 535. Il manque donc un 7 (Zaïn) afin d’obtenir la guematria de Ysraël (youd-shin-resh-aleph-lamed = 541). En ajoutant un zaïn, on peut alors former les mots Reya’h (resh-youd-‘heth) = odeur, qui a un rapport avec Ichè le feu de purification (Shemot 29,18), Ra’al (resh-aïn-lamed) = étourdissement, qui a un rapport à l’élévation de Jérusalem (Zakariah 12,2), et Ziv (zaïn-youd-vav) = mois de Ziv qui a un rapport avec le Temple (1 Rois 6, 37). Or, la différence entre le mot Magen (mem-gimmel-noun = 93) et celle de Elokim (Aleph-lamed-hé-youd-mem = 86) est justement 7. Le Zaîn correspond à la couronne ; en effet il y a sept lettres qui peuvent recevoir trois petits zaïn disposés en faisceau sur leur tête. Le magen est lié à cette idée (Tehilim 3,4). Il me semble que le verset Job 30,30 a un rapport avec la faute du veau d’or car s’il manque la couronne cela correspond à « car personne ne portait sa couronne sur lui » (Shemot 33,4) ; de plus dans Job 30,30, il y a une répétition de la notion ‘heth-resh qui correspond à la brûlure, or il est dit en Shemot 32,16 que les lettres de Torah avait été gravées (‘harouth) or juste après le veau d’or est révélée. La notion va plus loin : dans Job 30,30 il y a trois mots où on trouve la particule « ‘heth-resh » et si on prend les lettres qui restent de ces mots (shin, hé, veth), on peut alors former le verbe shaboh (faire prisonnier). Ce verbe apparait pour la première fois dans Béréshit 14,14 où Rachi explique la vigueur d’Abram a décliné à Dan car il a vu que ses descendants y élèveraient un jour un veau d’or (Sanhedrin 96a). Le rapport avec Dan se fonde peut-être par rapport à Béréshit 49,17 où Dan détient le 7 associé au lettres « ‘heth-resh » (a’hor). Dans Béréshit 14,14, Abram arme Eli’èzer et ils se mettent à la poursuite des ennemis. Rachi explique « armer » comme dans Shemot 15,9. Or, on dirait qu’il y a un lien entre l’épée et le bouclier. Dans Job 30,30, le dernier mot ‘horev (chaleur) possède les mêmes lettres que le mot épée (‘hèrèv). On trouve lien dans Devarim 33,29 « Heureux es-tu, Ysraël ! Qui est ton égal, peuple que protège le Seigneur ? Bouclier qui te sauve, il est aussi le glaive qui te fait triompher ». Il y a une autre notion encore. On voit dans Béréshit 14,14 qu’il est question d’Eli’èzer ; or dans Béréshit 15,1 Hashem s’adresse à Abram et dit : « Ne crains point, Abram : je suis un bouclier pour toi ; ta récompense sera grande ». Le verset qui suit, Abram se fait un souci par rapport à sa postérité et c’est à ce moment qu’il évoque que le seul héritier qu’il a est Eli’èzer. Or, on sait qu’Eli’èzer a joué un rôle important dans la postérité d’Abraham, car il a trouvé une femme pour son fils. A cela, il me semble qu’il y a un rapport avec ‘Hava, la femme (icha) d’Adam car juste après qu’il est dit « l’homme donna pour nom à sa compagne ‘Hava » (Béréshit 3,20), il est dit «Avayé fit pour l’homme et pour sa femme des tuniques de peau, et les en vêtit. Le mot peau fait écho à celui qui se trouve dans Job 30,30. Ce que je constate c’est qu’il manque un 7 au nom ‘Hava (‘heth-vav-hé=19) pour obtenir la valeur numérique 26 du nom Hachem. De plus en Béréshit 3,17, la terre est maudite car Abram a cédé à la voix de sa femme. C’est donc comme si l’épouse avait perdu la couronne et porte alors le nom ‘Hava. Et ici, il y a un lien avec le soleil car Rachi explique le nom ‘Hava (Béréshit 3,20) et fait alors référence à Qohèleth 2,22 : « Qu’est-ce qui revient donc à l’homme de tout son labeur et de toutes les combinaisons de son esprit, pour lesquelles il se tracasse sous le soleil ? ». On peut aussi remarquer que Job (Iyov = aleph-youd-vav-veth ) a pour valeur numérique 19. Il est dit dans les Proverbes du Roi Chlomo 12,4 : « Une femme vertueuse est la couronne de son époux ; une dévergondée, c’est la carie de ses os ». Il y a donc bien un rapport avec Job 30,30. De plus à Job 30,31 : « Ainsi, ma harpe s’est changée en instrument de deuil, et ma flûte émet des sanglots ». Est-ce que Job a un problème de cœur car le mot deuil (èvél = aleph-veth-lamed = 33) possède le 7 qui permet de revenir au chem Avayé (26) quand on s’appelle Iyov ? L’origine vient-elle de son zivoug (zaïn-youd-vav-vav-gimmel = 32) qui ne possède pas le Aleph, alors c’est comme si le Ziv (la lumière en araméen) frappait le dos (gèv). Mais si son zivoug récupérait un aleph, alors la lumière pourrait être comme une toison (gez) qui réchauffe ses reins mais ne brûle pas (Job 31,20) ? Mais si on considère cela, d’où viendrait alors le « aleph » pour le zivoug ? Est-ce de la lune (Ishayahou 30,26), car la valeur numérique de levanah (lamed-veth-noun-hé) = 87 = Elokim +1. Or si on fait le compte par rapport au problème de cœur (lev = lamed-veth) de Job qui devrait récupérer le aleph afin de s’opposer fermement au chagrin (avel = aleph-veth-lamed), cela ne doit-il pas venir de Dan qui doit reconstituer son cœur car Daleth+noun + aleph-veth-lamed = Levanah. C’est comme si Dan représentait Hen (Hé-noun). Or la première fois que le mot hen apparait dans la Torah c’est à Béréshit 19,29 où il est dit qu’Hashem a eu pitié de Loth et a détruit les villes où Loth a résidé en elles (hen). De plus, il y a Chimchon, descendant de Dan…or Chimchon (shin-mem-shin-vav-noun) porte en son nom le mot soleil (shemesh = shin-mem-shin). A quoi correspondent le vav et le noun qui s’ajoutent à shemesh ?………………………………………………………………………………………….Qui suis-je ? Mon nom est Tel H’our (Tav-lamed ‘Heth-vav-resh), Mont Blanc. Qui parle, ci ce n’est la Vanité ? Dans ce cas, ma neige peut-elle se fondre au Sinaï ? / ner seli’hoth / car je ne peux faire de ma bouche une prisonnière quand mon cœur s’élance vers l’Unique. Je reconnais qu’ Hachem est l’Eternel, et que je Lui appartiens. El ‘harouth ! (Aleph-lamed heth-resh-vav-tav). HaShemesh ! (hé shin-mem-shin). Devarim 32,12.

Laisser un message

© 2018 RavDynovisz.tv | Mentions légales - Plan du site

Setup Menus in Admin Panel

Merci de supporter notre site et adherez au Groupe Hai MERCI
+