Comment le Messie va-t-il se Dévoiler ? – INEDIT – Premier Episode – Paracha de la semaine Vayéchev – 24 Novembre 2010

0 vues

MP4 MP3 Tout ceux qui sont intéressés par les étapes du processus final dans leurs profondeurs sont invités à écouter ce cours extrêmement bien mené ! Mais il y a plus, à travers la délivrance finale, le rav Haim Dynovisz nous indique comment être Vivant ! Impossible de sortir indemne d’un tel cours ! Essayez et vous verrez comme c’est bon !
Comme dans tous les couples, il y a des tensions. Yéhouda(dimension féminine) va mettre à la porte Yossef (dimension masculine). Et plus tard au moment du schisme, Yéroboam descendant de Yossef chassera la tribu de Yéhouda. Ici, c’est la dimension masculine qui chassera la dimension féminine.
La dimension féminine représentée par Yéhouda ne peut pas se passer de Yossef et va dégringoler.
Dans un premier temps, il va s’attacher à une femme de Cannaan, pourtant rejetée par les pères fondateurs. Il va avoir 3 enfants dont 2 qui vont mal se comporter et D. va les mettre hors de nuire. Il perdra ensuite sa femme après 2 enfants. Bref, il semble entamer une chute qui n’a pas de fin. Il est au comble du désespoir, d’autant qu’il est rongé par le remord du malheur infligé à son père Yaacov. Mais ce n’est pas fini, il va aller alors vers ce qu’il croit être une prostituée qui est en fait sa belle fille Tamar mais il ne le sait pas (l’histoire de Yéhouda et Tamar est passionnante et riche de sens, il faut la découvrir et l’approfondir). On apprend que la femme promise à son 3ème fils est enceinte et en tant que Grand de la génération, il la condamne à mort. Mais quand il se rendra compte de son erreur, il avouera sa faute devant tous. Vous imaginez la puissance de cet Homme, respecté et reconnu par toute sa génération, avancer et être… capable de dire aux yeux de tous, sachant que sa belle fille lui avait laissé le choix de ne rien dire : ….c’est moi le coupable !
Il aura 2 enfants de Tamar mais son accouchement sera assez curieux. Le premier enfant sort sa main et la sage femme lui attache un fil rouge en disant que c’est lui l’aîné, Zérah. Ensuite, il disparaît et le 2ème enfant apparaît avec fracas et la sage femme l’appellera Perets car il est apparu avec surprise en défonçant tout. Et tout le processus de la délivrance se cache dans ces 30 versets. Passionnant !
Essayons malgré tout de comprendre à notre humble niveau une partie de ce processus.
Revenons au passage de la rencontre entre Tamar et Yéhouda. Tamar a vécu durant des années à coté de son beau père et pourtant, il ne connaissait pas son visage. Il est inutile de décrire le niveau de pudeur de Tamar ! Nous ressentons déjà que nous avons à faire à une femme très élevée. C’est elle qui aura le mérite de faire descendre l’âme du messie. Il est donc clair que son action était d’une pureté hors du commun.
Yéhouda n’est bien évidemment pas un débauché, il est au plus bas, il vit un grand désespoir et dans sa chute, a besoin de réconfort. C’est la rencontre de la sainteté et du désespéré. Mais pourquoi le Messie doit il sortir de cette situation si ambiguë ? Pourquoi l’obscurité morale d’un coté et de l’autre l’exaltation totale ? Pourquoi la lumière doit elle descendre à l’intérieur de l’obscurité ? Pourquoi Zérah sort la main en premier, pourquoi la sage femme doit-elle se tromper ? Pourquoi ensuite tout se voile ? Pourquoi juste après apparaît un enfant qui amène la surprise ? Pourquoi ce jeu d’ombres et lumières ?
Perets, qui veut dire jaillir avec force, est comparé à un ressort contracté qui est ensuite relâché. Il semble qu’il y ait une opposition entre Perets qui est le vrai premier et Zérah son frère jumeau. Pourquoi le messie doit il sortir avec une opposition ?
La délivrance finale est comparée à des eaux vivantes qui jaillissent et les juifs reviendront sur leur terre comme des sources puissantes du désert. Nous voyons ici la force et la symbolique de la contraction suprême. Le Torah Ohr demande pourquoi ces eaux sont appelés eaux vives et pourquoi sont elles considérés comme le plus haut niveau de purification ? Car la définition de la vie et de la pureté est la Libération d’une chose ULTRA Contenue ! Il s’agit d’une libération très puissante !!!
C’est pourquoi le méchant est appelé mort car il est prisonnier à l’intérieur de son idéologie dont il est l’esclave. Il est l’extrême opposé de la vie.
C’est pourquoi le Rabbi de Loubavitch avait coutume de dire avec génie que l’exil est le début de la délivrance. Ainsi, les épreuves et les obstacles nous permettent…d’exister. Si nous étions venu que pour écouter cet enseignement, cela nous aurait suffit ! Mais le rav Dynovisz ne s’arrête pas la.
La première fois où il est fait référence à la vie dans la Torah est à propos du moment ou D. donne la vie à l’homme et le terme employé est intéressant.
‘Vaypah Béapav’ signifie que l’air était contenu, comprimée et D. l’a libéré et l’a comprimé dans l’âme de l’homme. D. a décompressé un souffle dans l’homme.
La spiritualité authentique est la capacité de libérer !
D. se ‘contracte’, ‘attend’ durant 6 jours et fait naître l’homme.
La contraction du premier instant de la Création a donné ensuite une décompression. Si on ne vit pas sa vie à se libérer et à libérer les autres, nous ne sommes pas vivant. La vie, c’est la liberté !
Nous comprenons mieux maintenant la rencontre entre la lumière et la nuit, Tamar et Yéhouda. D. réunit 2 extrêmes qui vont faire naître un enfant qui va faire tomber toutes les limites. Les hommes qui font avancer l’histoire sont des lumières meurtries.
Le Roi David naît dans des conditions très particulières. Ichai, son père, était un géant de spiritualité mais il venait de Ruth, la convertie et une majorité pensait que la conversion de Ruth n’était pas valable. A son époque, la discussion faisait rage et Ichai se sépare sans divorcer de sa femme. Un jour, Ichai était seul et va proposer à une de ses servantes de le rejoindre. Mais cette servante va prévenir sa femme qui prendra la vraie place lors de l’union. Ils étaient tellement pudiques qu’ils ne se sont pas reconnus. Après 3 mois, il découvre que sa femme est enceinte et la chasse discrètement. Et que va faire sa femme ? Elle partira sans mot dire ! Tiens, l’histoire se répète. Et David va grandir comme un bâtard, abandonné des autres. Mais quand Chmouel va devoir désigner le nouveau roi d’Israël, D. lui dira qu’il faut le chercher dans la famille d’Ichai. Tous les enfants vont défiler mais personne ne va correspondre au profil du prophète. Mais pourquoi pas David ? Ah non, pas lui, ce bâtard, ce petit berger. Bon, allez, on va essayer, on n’a plus rien à perdre et voila que…C’est lui, c’est lui l’élu ! Et le père Ichai réalise alors que sa femme n’était pas adultère. Que d’émotion, que de surprise ! Incroyable ! A l’instar du retour d’Israël, le retour sur notre terre se fait par des souterrains comme l’eau vive. Plus c’est obscur et plus le dévoilement sera puissant !
Main, obscurité, défoncement et lumière sont les 4 étapes de la délivrance. D’abord un signe et nous dirons que la délivrance est arrivée mais tout va se voiler, c’est l‘obscurité totale ! Viendra alors le Messie, Perets mais l’autre le premier va s’associer à lui. Il y a la lumière de la délivrance et le libérateur. Ce sont des jumeaux, ils sont dans le même ventre mais ne sont pas exactement les mêmes.
‘Ouparasta’, 5770 (fin d’un cycle par rapport à un commencement) et ‘Ma’, 45(fin d’un cycle par rapport à un commencement) ou il se passe quelque chose. La prochaine date à venir est marquée dans ces versets. Le rav dévoile un peu mais n’en dit pas plus. Tout celui qui sait lire entre les lignes va trouver des lumières. Pour pouvoir arriver au sens de l’existence, il faut passer par la contraction de l’obscurité. Nous n’avons pas le droit de nous effondrer devant l’adversité. Soyons à la hauteur de la délivrance. Plus de panique pour le Juif de la délivrance !
Le rav Dynovisz va diriger son cours à l’image de la délivrance. Il va commencer par dévoiler des merveilles qui vont nous inviter à dire : mais oui, c’est vrai, c’est tellement clair, c’est exactement le processus historique de notre peuple ! Mais ensuite, il va ouvrir d’autres portes qui vont tout voiler. Mais alors, c’est quand, c’est comment la délivrance ? Mais il va finir par nous livrer des clefs qui vont nous permettre d’exploser des portes qui feront faire jaillir la grande lumière. Nous avons les clefs, le schéma directeur, la structure fondamentale mais il faut trouver les portes.
En attendant et pour participer au train de la délivrance, nous devons ouvrir nos portes. Notre cœur doit s’ouvrir aux autres et en premier lieu à nos conjoints et à nos proches (ceux qui sont tellement proches de nous que nous avons tendance à les négliger). Nos mains doivent se tendre vers l’autre, celui qui manque, celui qui souffre, celui qui tombe. Mais, comme le rav Dynovisz l’a répété avec talent tout au long de cette semaine magnifique, le Créateur nous a remis à notre naissance des clefs qui peuvent ouvrir les vies de nos frères et ces clefs doivent être partagés sans relâche et avec générosité afin que tous puissent accéder à cette lumière qui descend de plus en plus dans le monde. Nous devons nous préparer à être les réceptacles de ces splendeurs qui vont jaillir et nous avons le devoir et l’obligation d’aider les autres à former ces réceptacles qui vont pouvoir accueillir et recevoir la lumière sans être brisés !


9 juillet 2018