Faut pas succomber aux pressions!! -Pekoude- 27 Fev 2014

MP4 MP3 RESUME DU COURS : Nous arrivons à la dernière paracha du Livre de Chemot, livre \ »de l´identité\ ». Or, ce qui termine une chose en contient tout le message. Notre peuple nait dans ce Livre, et c´est là que l´on commence à comprendre quelle est son identité, sa mission et pourquoi il a été choisi. Notre paracha semble être seulement une répétition de ce qui nous a déjà été dit concernant le Tabernacle, mais le Baal HaTourim nous révèle le diamant caché ici.

Il dévoile qu´un mot est la clé de toute la paracha : pour exprimer que les enfants d´Israël \ »eurent fini\ » d´apporter leurs offrandes, il est utilisé le verbe \ »va-yé´hal\ » que l´on retrouve une seule autre fois dans la Torah : \ »va-yé´houlou…\ » D termina de créer le ciel et la terre. L´emploi de ce verbe, seulement à ces deux endroits, nous fait comprendre, explique le Baal HaTourim, que le monde était en attente d´être terminé et le fut véritablement lorsque le Mishkan fut construit.

Dans le Texte de la création, il est dit \ »bara Elokim…\ », signifiant que c´est le monde de la BRIA qui a été terminé à ce moment-là alors que, pour le Tabernacle, le verbe est \ »assou\ », car c´est le monde de la ASSIA. De plus, le récit de la création dit : \ »asher BARA Elolim LAASSOT\ ». Par le verbe \ »bara\ », il nous est montré que D a commencé un monde de Bria, et c´est à l´homme de \ »laassot\ », le parachever en le faisant devenir Assia. Qu´est-ce que cela signifie ? Dans la prière, nous disons que D \ »yotser or ou-BORE ´HOSHE´H\ », Il crée la lumière et l´obscurité. On remarque que, pour la création de l´obscurité, c´est le verbe \ »boré\ », c´est à dire la Bria. Autrement dit, la création que D a faite est encore l´obscurité !

Dès le premier jour, Il avait créé la lumière, c’est-à-dire qu´Il avait mis dans le monde la capacité de briller ; le rôle de l´homme est de dévoiler cette lumière ! Quand le Tabernacle ou le Temple sont là, la lumière se diffuse dans le monde ! C´est pourquoi il fut dit au roi Hérode : \ »tu as éteint la lumière du monde, à toi de la reconstruire.\ » Et il reconstruisit le Temple. Le Baal HaTourim dévoile aussi que les mots \ »et furent terminés tous les travaux du Mishkan\ » ont la même valeur numérique que \ »le 25ème jour du mois de Kislev, tout fut terminé\ ». Or, le 25 Kislev est la fête de ´Hanouka, la fête de la lumière. On comprend que D a créé un monde obscur où le peuple juif doit briller et apporter la lumière qui éclairera le monde !

On remarquera aussi que celui qui dirigea les travaux de construction du Tabernacle est appelé \ »ben Ouri, fils de Ouri\ » qui signifie \ »le fils de ma lumière\ » : c´est lui qui a hérité de la lumière d´Hachem, car il a été capable d´en être le réceptacle et de réaliser le lieu de cette lumière. Pourtant, son nom est Betsalel, qui signifie \ »à l´ombre de D\ ». Cela nous fait comprendre que l´ombre est le réceptacle de la lumière ! Il est aussi fils de ´Hour ben Yefuné, de la tribu de Yehuda, de la tribu des rois.

Mais pourquoi a-t-il pour nom \ »Betsalel\ », \ »qui est à l´ombre de D\ » ? Rashi explique qu´il y a, dans les parachiot parlant du Mishkan, un grand désordre concernant sa construction : tantôt il est dit qu´il faut commencer par l´extérieur, tantôt par l´intérieur. Ce fut la discussion entre Moshé et Betsalel, le premier disant de commencer par l´Arche et les ustensiles, mais le second répondant que \ »min´ago shel olam\ », l´habitude de ce monde est de construire d´abord le contenant, la maison, puis seulement les meubles et les ustensiles à y mettre. Pourtant, comment peut-il aller à l´encontre de ce que D avait dit à Moshé ? Mais Moshé reconnaît qu´il a raison et ajoute : \ »étais-tu dans l´ombre d´Hachem pour savoir ce qu´Il m´a dit ?\ » D´où son nom \ »Betsalel\ ».

Hachem, volontairement, a fait se tromper Moshé pour que lui, l´homme de la Torah et de l´étude, reçoive un enseignement de Betsalel, l´homme de la Mal´hout, de la nation et de l´action. Certes, la Torah apporte la lumière, mais elle doit éclairer le monde d´En-Bas. Elle donc doit emprunter le chemin de ce monde et parler son langage. Il faut d´abord construire une nation solide, avec des institutions, une armée, une économie, et seulement ensuite on pourra y enseigner et y vivre la Torah ; comme D a d´abord créé le corps, puis Il y a insufflé l´âme. C´est le langage de la Mal´hout. \ »Il y eut un soir\ », il y a d´abord l´obscurité, ensuite seulement vient la lumière.

Moshé comprend ce qu´est la Mal´hout. \ »Tu étais dans l´ombre d´Hachem\ » : parfois, pour avoir la lumière, il faut d´abord être dans l´ombre de l´extériorité ; ensuite, le Juif arrivera tout naturellement à la Torah, car elle est inscrite dans son identité. Il faut tenir aux hommes de ce monde un langage qu´ils puissent entendre, quand nous travaillons avec eux, ou allons au combat avec eux. Par notre comportement dans la vie concrète, nous leur montrons ce qu´est la Torah d´Israël.

Mais Betsalel pouvait parler de \ »min´ago shel olam\ », car il est aussi fils de ´Hour qui ne rechercha pas la facilité et mourut sans hésitation pour D et la Torah. Certes, il faut suivre le min´ag du monde, mais en ayant l´attachement inconditionnel à la Torah. Pour sa messirout nefesh, il fut promis à ´Hour que de lui sortiraient ceux qui construiraient la Lumière de D dans le monde. Notre survie dépend de notre capacité à relever la tête et à ne pas négocier avec le mal ou avec ceux qui veulent notre disparition. Nous devons être des Na´hshon qui avancent, sûrs que la mer va s´ouvrir. Quand on relève la tête, la mer s´ouvre devant nous ! En galout, nous avons baissé la tête mais le Mashia´h aura le courage de la relever, contre le monde entier, et ce sera notre Délivrance et celle de l´humanité entière !


29 juillet 2019